Sous le pied de l'archange

De
Publié par

Auteur d'une oeuvre abondante 18 romans, 6 recueils de nouvelles, 9 récits et essais , Roger Vercel reste l'un de nos grands romanciers de la mer. Inspiré du spectacle de l'Océan et des paysages de sa « Bretagne aux cent visages », il s'est toujours montré attentif aux hommes, marins ou habitants des côtes, dont il évoque le destin rude et la vie aventureuse.
Dépeignant ici les splendeurs de la baie du Mont-Saint-Michel, il évoque la vie de ses pêcheurs de grève et nous prend au filet d'un drame auquel ses personnages, comme envoûtés par le prestigieux monument, ne pourront échapper. Dans un style simple et vigoureux, par une constante recherche de la concision, l'auteur de Remorques et de Capitaine Conan (Prix Goncourt en 1934) montre qu'il est bien ce conteur merveilleux, capable de décrire aussi bien les passions humaines que les beautés ou les débordements de la nature, dont Romain Rolland admirait le réalisme et la justesse de style.
Publié le : vendredi 2 novembre 2012
Lecture(s) : 12
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226228024
Nombre de pages : 272
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Auteur d'une oeuvre abondante 18 romans, 6 recueils de nouvelles, 9 récits et essais , Roger Vercel reste l'un de nos grands romanciers de la mer. Inspiré du spectacle de l'Océan et des paysages de sa « Bretagne aux cent visages », il s'est toujours montré attentif aux hommes, marins ou habitants des côtes, dont il évoque le destin rude et la vie aventureuse.
Dépeignant ici les splendeurs de la baie du Mont-Saint-Michel, il évoque la vie de ses pêcheurs de grève et nous prend au filet d'un drame auquel ses personnages, comme envoûtés par le prestigieux monument, ne pourront échapper. Dans un style simple et vigoureux, par une constante recherche de la concision, l'auteur de Remorques et de Capitaine Conan
(Prix Goncourt en 1934) montre qu'il est bien ce conteur merveilleux, capable de décrire aussi bien les passions humaines que les beautés ou les débordements de la nature, dont Romain Rolland admirait le réalisme et la justesse de style.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.