//img.uscri.be/pth/b8ab3b41375adfbcf042268d330c4a3d879bf2e8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Souvenirs sur Marcel Proust

De
272 pages

Parus en 1926, ces Souvenirs sur Marcel Proust réunissent des lettres de Marcel Proust à Robert Dreyfus. La correspondance commence lorsque le premier a 17 ans, en 1888, et se termine en 1920, deux ans avant sa mort. Nous suivons l’écrivain à chaque époque de sa vie : du lycée Condorcet aux années d’écriture d’À la recherche du temps perdu, en passant par ses premières mondanités. Proust y parle d’amitié, de salons mais aussi de littérature. Il évoque Gobineau, Ruskin. Robert Dreyfus encadre ces courriers de notations autobiographiques, de portraits et de rapprochements critiques entre la vie et l’œuvre de son ami.
La nouvelle présentation de l’ouvrage révèle aussi quelques mystères. Dreyfus a censuré certaines expressions de Proust en les remplaçant par des mots qu’il jugeait plus convenables. Les « affectueusement » de Marcel Proust deviennent « bien à toi », par exemple. Bienséance, quand tu nous tiens…
Une promenade dans l’intimité d’un des plus grands romanciers français du XXe siècle.

Voir plus Voir moins
Parus en 1926, ces Souvenirs sur Marcel Proust réunissent des lettres de Marcel Proust à Robert Dreyfus. La correspondance commence lorsque le premier a 17 ans, en 1888, et se termine en 1920, deux ans avant sa mort. Nous suivons l’écrivain à chaque époque de sa vie : du lycée Condorcet aux années d’écriture d’À la recherche du temps perdu, en passant par ses premières mondanités. Proust y parle d’amitié, de salons mais aussi de littérature. Il évoque Gobineau, Ruskin. Robert Dreyfus encadre ces courriers de notations autobiographiques, de portraits et de rapprochements critiques entre la vie et l’œuvre de son ami.
La nouvelle présentation de l’ouvrage révèle aussi quelques mystères. Dreyfus a censuré certaines expressions de Proust en les remplaçant par des mots qu’il jugeait plus convenables. Les « affectueusement » de Marcel Proust deviennent « bien à toi », par exemple. Bienséance, quand tu nous tiens…
Une promenade dans l’intimité d’un des plus grands romanciers français du XXe siècle.