Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Souviens-toi Jeanne

De
208 pages
« Jeanne était née avec le siècle et fêtait ses quatorze ans ce jour-là, un lundi pluvieux du mois d’août, comme il y en a souvent dans les Flandres, même en août. Mais ce n’était pas un jour ordinaire : le tocsin avait sonné. La guerre était déclarée. »

EXTRAIT

La toile, le tableau plutôt, me rappelle beaucoup celui qui était exposé à l’hôtel de la Noble-Cour abritant le musée. Même format, même décor. Une exception de taille, il ne s’agit pas d’un autoportrait. Le sujet au premier plan devant cette fenêtre ouverte sur la place de Cassel n’est pas le peintre, mais Jeanne, en buste, nue, de trois quarts dos.
– Vous avez posé pour Orpen ?
– Eh oui, ma chérie. Tu vois que je n’étais pas le sac d’os que je suis maintenant. J’avais tout juste 17 ans.
Jeanne se redresse du haut de son mètre cinquante-cinq. Elle veut saisir son déambulateur pour se placer près de son portrait et continuer à me parler d’Orpen. J’en suis sûre. Je n’en saurai pas plus. Une demi-heure peut-être s’est écoulée depuis mon arrivée dans sa chambre. J’avais trouvé un pauvre petit animal recroquevillé dans son fauteuil et puis, peu à peu, la vie s’était remise à circuler dans ses veines. Mais l’effort fourni à l’évocation du peintre et de ses jeunes années a été trop violent pour Jeanne.
– Écoute, je n’en peux plus. Mais tu me plais. Reviens.

À PROPOS DES AUTEURS

Originaire de Bailleul, René Charlet suit des études à l’université de Lille. Il s’adonne avec enthousiasme à l’enseignement de l’Histoire et de la géographie. Les aléas de la vie le conduisent à exercer sa profession ici et là, de Tourcoing à Hazebrouck, en passant par Alger, Nieppe, ou encore Wormhout. Son goût pour le chant choral, découvert dès l’enfance, ne le quitte pas. Depuis 2007, il fait partie du Chœur Régional du Nord – Pas de Calais. Inlassable conteur, il ambitionne de partager ses expériences à travers des récits policiers qu’il écrit seul ou avec Geneviève Reumaux – la complice qui l’accompagne depuis l’université.

Native de Quaëdypre, dans le Nord, Geneviève Reumaux voit le jour dans une ferme et est élevée au sein d’une fratrie de huit enfants.Très jeune, elle affiche une passion contagieuse pour les mots. Après des études de lettres, elle traverse la Méditerranée pour enseigner plusieurs années en Algérie. De retour en France, elle s’installe dans ses Flandres natales pour se consacrer à l’éducation de ses trois fils et de ses chers élèves.
A l’heure de la retraite, Geneviève retrouve avec plaisir les bancs de l’université pour obtenir une maîtrise de Français Langue Étrangère. Elle s’engage alors auprès du Groupement des Retraités Éducateurs sans Frontières qui l’envoie en Moldavie et en Arménie pour aider les professeurs de français. Elle intervient également au département des étudiants étrangers de l’université Lille3, ainsi qu’au sein de l’association Terre d’Errance à Steenvoorde auprès des demandeurs d’asile.
Elle se consacre aujourd’hui à l’écriture et situe ses intrigues dans la campagne flamande où elle vit toujours et dont elle évoque l’atmosphère attachante et mystérieuse.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Député, pour que ça change

de le-cherche-midi

La Rawette

de editions-dricot9387

« Jeanne était née avec le siècle et fêtait ses quatorze ans ce jour-là, un lundi pluvieux du mois d’août, comme il y en a souvent dans les Flandres, même en août. Mais ce n’était pas un jour ordinaire : le tocsin avait sonné. La guerre était déclarée. »

EXTRAIT

La toile, le tableau plutôt, me rappelle beaucoup celui qui était exposé à l’hôtel de la Noble-Cour abritant le musée. Même format, même décor. Une exception de taille, il ne s’agit pas d’un autoportrait. Le sujet au premier plan devant cette fenêtre ouverte sur la place de Cassel n’est pas le peintre, mais Jeanne, en buste, nue, de trois quarts dos.

– Vous avez posé pour Orpen ?
– Eh oui, ma chérie. Tu vois que je n’étais pas le sac d’os que je suis maintenant. J’avais tout juste 17 ans.
Jeanne se redresse du haut de son mètre cinquante-cinq. Elle veut saisir son déambulateur pour se placer près de son portrait et continuer à me parler d’Orpen. J’en suis sûre. Je n’en saurai pas plus. Une demi-heure peut-être s’est écoulée depuis mon arrivée dans sa chambre. J’avais trouvé un pauvre petit animal recroquevillé dans son fauteuil et puis, peu à peu, la vie s’était remise à circuler dans ses veines. Mais l’effort fourni à l’évocation du peintre et de ses jeunes années a été trop violent pour Jeanne.
– Écoute, je n’en peux plus. Mais tu me plais. Reviens.


À PROPOS DES AUTEURS

Originaire de Bailleul, René Charlet suit des études à l’université de Lille. Il s’adonne avec enthousiasme à l’enseignement de l’Histoire et de la géographie. Les aléas de la vie le conduisent à exercer sa profession ici et là, de Tourcoing à Hazebrouck, en passant par Alger, Nieppe, ou encore Wormhout. Son goût pour le chant choral, découvert dès l’enfance, ne le quitte pas. Depuis 2007, il fait partie du Chœur Régional du Nord – Pas de Calais. Inlassable conteur, il ambitionne de partager ses expériences à travers des récits policiers qu’il écrit seul ou avec Geneviève Reumaux – la complice qui l’accompagne depuis l’université.


Native de Quaëdypre, dans le Nord, Geneviève Reumaux voit le jour dans une ferme et est élevée au sein d’une fratrie de huit enfants.Très jeune, elle affiche une passion contagieuse pour les mots. Après des études de lettres, elle traverse la Méditerranée pour enseigner plusieurs années en Algérie. De retour en France, elle s’installe dans ses Flandres natales pour se consacrer à l’éducation de ses trois fils et de ses chers élèves.
A l’heure de la retraite, Geneviève retrouve avec plaisir les bancs de l’université pour obtenir une maîtrise de Français Langue Étrangère. Elle s’engage alors auprès du Groupement des Retraités Éducateurs sans Frontières qui l’envoie en Moldavie et en Arménie pour aider les professeurs de français. Elle intervient également au département des étudiants étrangers de l’université Lille3, ainsi qu’au sein de l’association Terre d’Errance à Steenvoorde auprès des demandeurs d’asile.
Elle se consacre aujourd’hui à l’écriture et situe ses intrigues dans la campagne flamande où elle vit toujours et dont elle évoque l’atmosphère attachante et mystérieuse.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin