Testaments

De
Publié par

Un virus décime tous les adultes de plus de vingt ans sur la planète. Il reste quelques mois aux hommes pour transmettre leurs savoirs, leurs amours, leurs espoirs. Charles, un médecin de ville, prend rapidement conscience du danger et décide de se retirer dans sa maison familiale, où il invite son meilleur ami et deux autres couples à tenter de se protéger. Comme de véritables Robinson Crusoé, ces familles vont vivre isolées du monde avant qu'il ne les rattrape. Les parents vont essayer de préparer leurs enfants à l'inévitable avec conviction, drôlerie parfois, sincérité et amour. Ce livre nous pose la question la plus simple du monde: que serions-nous prêt à faire pour nos enfants? À chacun notre testament.
Publié le : jeudi 16 avril 2015
Lecture(s) : 3
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342036817
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342036817
Nombre de pages : 256
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Ainsi soit-il, Éditions Amalthée, 2011
Yann Lecroulant TESTAMENTS
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0120262.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication iteur en 2015par Mon Petit Éd
Pour mes enfants, le cœur de ma vie.
Personnages Première famille Charles : Médecin généraliste de quarante-cinq ans. Ami d’enfance de Benjamin. Patricia: Fonctionnaire dans une mairie. Quarante-deux ans. Épouse de Charles. Camille :Fille aînée de Charles et Patricia. Quinze ans. Vincent:Fils de Charles et Patricia. Dix ans.
Deuxième famille Benjamin: Professeur de sport de quarante-six ans. Ami d’enfance de Charles. Vit avec Cécile. Cécile: Employée dans une banque. Quarante-cinq ans. Vit avec Benjamin. Martine:Assistante maternelle. Cinquante ans. Célibataire. Mathilde:Fille aînée de Benjamin et Martine. Dix-sept ans. Nicolas :Fils de Benjamin et Martine. Quatorze ans. Alice:Fille de Benjamin et Cécile. Neuf ans.
7
TESTAMENTS
Troisième famille Alain:Chef d’entreprise d’une PME. Cinquante-trois ans. Voi-sin de Charles. Veuf, vit avec Anna. Anna:Quarante ans. Belle-mère des enfants Infirmière. d’Alain. Édith:Fille aînée d’Alain. Dix-neuf ans. Fabien:Fils d’Alain. Seize ans.
Quatrième famille Alexandre: Musicien. Trente-trois ans. Donnait des cours de musique à Édith lorsqu’elle était enfant. Ami d’Alain. Juliette :Trente-deux ans. Au chômage depuis un an. Épouse d’Alexandre. Romain :Fils aîné d’Alexandre et Juliette. Huit ans. Roxanne :Fille d’Alexandre et Juliette. Six ans.
8
Chapitre 1 La fillette referma la porte comme on le lui avait appris. Avec précaution et minutie. Elle se retourna pour vérifier si tous les verrous étaient bien tirés. Puis, une fois rassurée, elle se dirigea vers la maison. Alice portait de longs cheveux dorés, reposant sur de fines épaules. Les petites tresses, de chaque côté de la tête, lui don-naient un air enfantin et espiègle que démentait son regard grave. Elle remit ses pouces sous les sangles de son sac à dos et marcha prestement à travers le jardin. Sa mère lui ouvrit la porte avant qu’elle n’ait eu le temps de tirer sur la cloche centenaire qu’actionnait une chaîne rouillée. Cécile souffla d’aise comme à chaque retour de son enfant du monde extérieur. Elle récupéra le lourd fardeau de sa fille et l’embrassa sans attendre. — Ça s’est bien passé ? — Oui. Madame Servant m’a vendu tous les sacs de farine qui lui restaient. — Combien ? — Dix. Cécile sourit à sa fille. Elle était fière de son exploit. — Ce n’était pas trop lourd à porter ? — Non. Je me suis arrêtée une ou deux fois pour me repo-ser. La mère lança un regard angoissé à sa fille. — Personne ne m’a vue maman.
9
TESTAMENTS
Cécile lui sourit en guise d’acquiescement, mais la boule qui se lovait dans son estomac depuis des mois se fit plus lourde alors. Et elle n’allait pas disparaître. Pas maintenant. Elle savait qu’il lui restait encore du temps devant elle, mais pas tant que cela. Elle caressa la tête de sa fille en lui souriant de tout son cœur. — Monte voir les autres. Ils sont avec Martine. La fillette quitta la pièce immense dont la partie opposée à la porte d’entrée était occupée par la cuisine et grimpa l’escalier qui me-nait vers les chambres. Elle frappa sur la lourde porte en bois et ouvrit sans atten-dre. — Assieds-toi à côté de Romain. La fillette obéit à la femme aux cheveux de jais et aux longs cils assortis. Elle souffla en posant ses fesses sur le tabouret et l’écouta lire un livre de Marcel Pagnol, car c’était l’heure du Français. Romain, qui avait un an de moins qu’elle, fixait Martine sans ciller, la main droite dans celle de sa petite sœur, Roxane. De l’autre côté de la petite fille, Vincent et Nicolas, les deux aînés de la classe, jetaient par intermittence des regards intéressés à travers la fenêtre. Les grands travaillaient dehors. Fabien aidait Benjamin et Mathilde à labourer une partie du potager. Le père tirait la charrue sur la longueur du champ tan-dis que sa fille la dirigeait. Arrivé au bout du terrain, Fabien remplaçait l’homme qui lui indiquait la meilleure manière de tirer, en économisant ses forces. Il avait plu ces derniers jours et ils profitaient que la terre soit encore souple pour la retourner. Martine interpella Nicolas et Vincent : — Quand vous aurez fini de passer votre temps à regarder par la fenêtre, on pourra peut-être changer de matière. — Oui, mais je voudrais bien faire des plantations avec eux. Ça a l’air trop bien ! — Quand tu auras l’âge Nicolas.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant