Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Trahison

De
81 pages
Evry City Plage, quartier des Epinettes. Voilà, le décor de la jeunesse d'Ibrahim et de ses amis. Une cité, quoi. Un univers mal connu et qui fait peur à tout un pays. Pourtant, pour Ibrahim, c'est une véritable chance d'être né là-bas. Et loin de toutes les fausses images véhiculées par les médias, il grandit et apprend tout ce que veut bien lui donner son quartier. La force de caractère, le métissage culturel, la dérision, sont un petit nombre d'atouts qui lui ont été communiqués. Malheureusement, il y a aussi son lot de mauvais côtés: la violence, la banalisation, la résignation et le racisme. Mais au final, la vie dans les quartiers n'est pas ce que croient en connaître les gens.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Avertissement de l’éditeur
manuscrit.com - maison d’édition francophone - a
pour vocation de réunir les conditions idéales pour
quetouslesmanuscritstrouventleurpublic.
Pourcefaire,manuscrit.com s’estdoté du plusgrand
réseaudelecteursprofessionnels: composédelibraires
etde critiques,ilestentièrementvoué àladécouverte
etàlapromotiond’auteursdetalents,afindefavoriser
l’édition de leurs textes.
Dansle même temps,manuscrit.com propose- pour
accélérer la promotion des oeuvres - une diffusion
immédiate des manuscrits sous forme de fichiers
électroniquesetdelivresimprimés. C’estcetteédition
quelelecteuraentrelesmains. Lesimperfectionsqu’il
ydécèlerapeut-être sont indissociables de la primeur
d’une telle découverte.
manuscrit.com
5 bis rue de l’asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comTrahison© manuscrit.com, 2001
ISBN: 2-7481-0183-9(pourlefichiernumérique)
ISBN: 2-7481-0182-0 (pour le livre imprimé)Brice Matthews
Trahison
au sein de notre population
ROMANJe ne me souviens pas bien comment tout cela à
débuter. Quand le feu a commencé à brûler à l’inté-
rieur de ma tête !
Pourlemoment,jemedemandecequejefaislà,
toutes ces lumières, tous ces gens qui tournent autour
demoi. J’comprendspasbiencequ’onmeveut.
Putain,cequej’aimal,ilsauraientpumeprévenir
que cela faisait autant souffrir.
Remarque, je crois que je m’en doutais. Enfin,
oui et non, j’sais pas si on réalise vraiment ce que ça
peut être,l’impressionqu’ça peut donner.
Enyréfléchissant,jecommenceàrevoirlepour-
quoidemaprésencedanscetHôpital. J’aicruentendre
tout à l’heure que j’étais aux Urgences d’Angoulême.
J’ai entendu un colbocco
1discuteravecunpompier,direquececrevardme
voyait déjà passer l’arme à gauche.
Il doit être bien déçu, que le petit Negro que je
suis, ne soit pas encore mort. Dire que c’est à cause
decespenséesquejemeretrouvelà.Ironiedusort,
elles me reviennent à la fin, c’est con parfois la vie.
Non,Non,ellem’aurapascettesaloperiedefaucheuse.
Monpèrem’avaitpourtantprévenu,siseulementj’avais
écouté ce qu’il me disait à l’époque.
Trop petit, j’étais trop petit pour comprendre.
Aujourd’huiencore,aveccequim’arrive,jecomprends
pas tout.
C’était le 13 juin 1982, pour mes huit ans mon
père m’avait emmené au bled. Dakar la ville où est né
mon père, me paraît énorme, quand on sort, je reste
accroché à la jambe de papa.
1.
7Trahison
Lui, il rigole, mais je vois bien que cela l’énerve
un peu aussi. Il aimerait bien que son fils soit un peu
plusdébrouillard. Autantque lui l’a été.
C’est la faute à la télévision, l’occident paraît-il.
Moi, je m’en fous tout ce que je veux c’est retrouver
Boubakar pour jouer au foot. Mais Papa, lui, il a
d’autres projets pour moi. Pour mon anniversaire, il
m’emmène voir le sorcier, ce marabout de malheur,
quand j’y pense, c’est lui qui m’a porté la poisse avec
ses prédictions maudites.
Après,cinqminutesdesilenceoùilestrestéàme
contempler,ilm’afaitsortirpourparlerseulavecmon
père. Si j’avais pu savoir à cette époque que c’était si
mauvais,j’auraissansdouteessayédechanger,denepas
marcherdanslespasdecedestin,j’auraisessayé…
Rien, j’étais au courant, mais rien, j’ai rien fait,
pire: j’aioubliétousça. Enfin,jusqu’àmaintenant.
C’est à la rentrée scolaire suivante que ma pre-
mière vie a commencé. Evry ville nouvelle, nouveau
quartier tout beau tout chaud. On a construit des tas
d’immeublesoùl’onaparquédestasd’émigrés,destas
de gens de divers horizons. On leur a pas dit mais on
leur a fait comprendre :
« Démerdez-vous »
Apprenez à vivre ensemble. Pour nous, il y a pas
eu de problème, mais les blancs de là-bas ils ont pas
tout de suite compris ce qui se passait. Partagés entre
lapeur,laméfiance,lesentimentd’injusticed’avoirété
placéslà. D’autres,heureusement,ontpriscesarrivées
comme celles de n’importe qui, et se foutaient pas mal
des couleurs, us et coutumes. C’était le début des cités
dortoirs.
Dans cet environnement, les premières années
étaient du bonheur en concentré. Pas ou peu de
8