//img.uscri.be/pth/482e2a94157a92ebe80bcf5e50a973f66824397a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Trois histoires

De
80 pages

" En vieillissant, il se fait de plus en plus pointilleux sur ce qui touche à la langue ; le relâchement croissant au mépris du bon usage l'agace. Tomber amoureux, par exemple. "Nous sommes tombés amoureux de la maison ", disent certains de ses amis. Comment pouvez-vous tomber amoureux d'une maison qui ne saurait vous aimer en retour ? [...] Et si cela lui ouvrait les yeux sur quelque [...] changement survenu dans la façon dont on ressent les choses ? "


La maison en Espagne, la ferme dans le Karoo, l'île de Robinson sont autant de vestiges d'un monde disparu.
Dans ces trois textes brefs et lumineux, J.M. Coetzee semble vouloir nous offrir un condensé de son art et des thèmes qui irriguent son œuvre. Il explore en particulier ce qui n'est plus : l'espoir, la magie de l'enfance, le lien à la nature et entre les êtres ; mais aussi le néant économique, social et moral qui a englouti et remplacé ce qui pouvait être sauvé.
Ces pages, empreintes d'une nostalgie poignante, écrites dans un style d'une limpidité exemplaire, témoignent d'une réflexion toujours en mouvement et font écho notamment aux préoccupations de l'écrivain sur l'approche de la fiction et sur le brouillage des frontières littéraires qui séparent l'auteur de ses personnages.


Traduit de l'anglais par Catherine Lauga du Plessis et Georges Lory





J.M. Coetzee, né en 1940 au Cap (Afrique du Sud), est l'auteur de trois récits autobiographiques, d'un recueil de nouvelles, de douze romans traduits dans vingt-cinq langues et abondamment primés, ainsi que de deux volumes d'essais. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 2003.
J.M. Coetzee vit aujourd'hui à Adélaïde (Australie).


Voir plus Voir moins
Uu même auteur
AÛX MÊMES ÉUITIONS
Au cœur de ce pays roman, 1981 (Maurice Nadaud) et 2006 o et « Points », n P1846 Michael K, sa vie, son temps roman, 1985 o et « Points », n P719 Booker Prize prix Femina étranger, 1985 En attendant les barbares roman, 1987 o et « Points », n P720 Terres de crépuscule nouvelles, 1987 o et « Points », n P1369 Foe roman, 1988 o et « Points », n P1097 L’Âge de fer roman, 1992 o et « Points », n P1036 Le Maître de Pétersbourg roman, 1995 o et « Points », n P1186 Scènes de la vie d’un jeune garçon récit, 1999 o et « Points », n P947
Uisgrâce roman, 2001 o et « Points », n P1035 Booker Prize Commonwealth Prize National Book Critics Circle Award prix du Meilleur Livre étranger, 2002 prix Amphi Vers l’âge d’homme récit, 2003 o et « Points », n P1266 Elizabeth Costello roman, 2004 o et « Points », n P1454 L’Homme ralenti roman, 2006 o et « Points », n P1809 Uoubler le cap essais et entretiens, 2007 Journal d’une année noire roman, 2008 o et « Points », n P2273 L’Été de la vie roman, 2010 o et « Points », n P2667 Ue la lecture à l’écriture Chroniques littéraires 2000-2005 2012 Ûne enfance de Jésus roman, 2013 o et « Points », n P3303
CHEZ U’AÛTRES ÉUITEÛRS
Ici & maintenant
Correspondance (2008-2011) avec Paul Auster Actes Sud, 2013 La Vérité du récit Conversations sur le réel et la fiction avec Arabella Kurtz Albin Michel, 2016
Ce livre est édité par Anne Freyer-Mauthner
Titre original :Three Stories Éditeur original : The Text Publishing Company, Melbourne, Victoria, Australie ISBN original : 978-1-922-18256-2 © original : J. M. Coetzee, 2014
« A House in Spain » © J. M. Coetzee, 2000 Initialement publié inArchitectural Digest, 57/10 Première publication en langue française o inAir France Magazine, n 111, juillet 2006
« Nietverloren » © J. M. Coetzee, 2002 Initialement publié sous le titre « The African Experience » inPreservation, 54/2
« He and His Man » © The Nobel Foundation, 2003 est le discours de réception du prix Nobel de littérature en 2003
Cette traduction est publiée en accord
avec Peter Lampack Agency, New York
ISBN 978-2-02-130563-0
© The Nobel Foundation, 2003,
pour la traduction française de « He and His Man »
© Éditions du Seuil, novembre 2016, pour la traduction française, sauf pour « Lui et son homme »
www.seuil.com
Ce document numérique a été réalisé parNord Compo.
Ne MAISON eN eSPAGNe
En vieillissant, il se fait de plus en plus pointilleux sur ce qui touche à la langue ; le relâchement croissant au mépris du bon usage l’agace. Tomber amoureux, par exemple. « Nous sommes tombés amoureux de la maison », disent certains de ses amis. Comment pouvez-vous tomber amoureux d’une maison qui ne saurait vous aimer en retour ? a-t-il envie de leur répliquer. Si l’on se met à tomber amoureux des choses, que restera-t-il de l’amour vrai, tel qu’il était jadis ? Mais cela ne semble gêner personne. Les gens tombent amoureux de tissu d’ameublement, de voitures d’époque. Il voudrait bien faire fi de cet emploi abusif, néologique, mais il n’y arrive pas. Et si cela lui ouvrait les yeux sur quelque chose, sur quelque changement survenu dans la façon dont on ressent les choses ? Et si l’âme, qu’il avait toujours crue faite d’une substance intemporelle, n’était pas intemporelle en fin de compte, et si elle se faisait plus légère, moins grave, s’adaptant aux temps que nous vivons ? Et si tomber amoureux de choses n’était plus une bizarrerie pour l’âme – n’était plus, en fait, qu’un jeu d’enfant ? Et si les gens qu’il fréquente éprouvaient réellement, grâce à leur âme refourbie, mise au goût du jour, à l’égard de l’immobilier cette douleur lancinante qui, à son sens, s’empare de celui qui tombe amoureux ? Et si, de surcroît, son propre agacement n’exprimait pas ce qu’il imagine – une maniaquerie d’arrière-garde sur les usages langagiers – mais au contraire (il envisage cette possibilité carrément, sans se voiler la face) de l’envie, l’envie qu’éprouve un homme devenu trop vieux, trop rassis, pour jamais retomber amoureux ? L’histoire de ses rapports avec les biens immobiliers tient en peu de mots. Au cours de sa vie, il a été propriétaire successivement de deux maisons et d’un appartement, en même temps, pour une courte période, que d’une petite maison au bord de la mer. Dans l’ensemble de ce passé de propriétaire, il ne se rappelle rien, rien de rien, qui mériterait le doux nom d’amour. En fait, il ne se rappelle pas avoir éprouvé grand-chose, ni lorsqu’il a pris possession des lieux, ni quand il les a quittés. Une fois qu’il avait tourné le dos pour aller ailleurs, il ne lui restait pas la moindre curiosité pour le sort de la maison. Cela dépassait le manque de curiosité : il n’avait pas le moindre désir de revoir jamais les lieux. L’idée qu’il se faisait de la qualité de propriétaire était purement fonctionnelle, du premier au dernier jour. Rien qui ressemblât à de l’amour, rien qui ressemblât à un mariage. Il repense aux femmes de sa vie, à ses deux mariages en particulier. Que reste-t-il, que porte-t-il encore en lui, de ces femmes, de ces deux épouses ? Des émotions confuses, pour l’essentiel : regret et chagrin traversés comme par des éclairs d’un sentiment poignant plus difficile à identifier, qui est peut-être proche de la honte mais qui n’est peut-être pas étranger non plus au désir pas encore mort. Ces questions de propriété et d’amour le préoccupent, et il y a à cela une bonne raison. Il y a un an, il a acheté une propriété à l’étranger, en Espagne, en Catalogne,
sur un autre continent. Les propriétés en Espagne ne coûtent pas cher, si on n’investit pas sur la côte mais dans les petits villages qui se meurent dans l’arrière-pays. C’est par milliers que des étrangers, des gens d’Europe pour la plupart, mais aussi des gens d’ailleurs, ont acquis là-bas des maisons, résidences secondaires,pied-à-terre. Il fait maintenant partie de ces gens-là.