Un amour.com

De
Publié par

Une rencontre entre la toile et les draps, Un évitement aussi. Une musicienne et un joueur de mots, Une fuite surtout. Des confidences sucrées et des désirs à fleur de page, Un hasard de tendresse... Une correspondance hors le temps. Comme courriels au temps des diligences... Avec ce premier roman, François Jaudrent nous démontre magistralement que les moyens modernes de communication peuvent heureusement dépasser les SMS rétifs à la syntaxe et véhiculer des caresses de soie dans des phrases merveilleusement ciselées ...
Publié le : mercredi 15 juin 2011
Lecture(s) : 159
EAN13 : 9782748177220
Nombre de pages : 377
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Un amour.com
François Jaudrent Un amour.com
ROMAN
Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2006 www.manuscrit.com communication@manuscrit.com ISBN : 2-7481-7723-1 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748177237 (livre numérique) ISBN : 2-7481-7722-3 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748177220 (livre imprimé)
PRÉFACE«Je veux dédier ce poème A toutes les femmes qu’on aime »… A Vous, à vous, A toi, qui es toutes les femmes… Quand la respiration du monde s’est toujours écrite avec le cœur des femmes, quand l’histoire du monde est remplie de féminin majuscule et de passions. La vie est une délicieuse matrice pour enfanter les rêves des hommes, les hommes qui n’ont de cesse de se perdre dans le cœur des femmes… Libertines, amoureuses, passionnées, tu es toutes les femmes… Tu es Louise Labé, la belle Cordière qui demande « baise m’encor, rebaise-moy et baise » et sent mille torches ardentes et se brûle et se noie au Moyen Age des interdits, Ariane, Belle du Seigneur ignorant le monde, noyée dans son amour fusion, porte-jarretelles et battements d’elles, sourire mutin et robes moulantes… Résistantes, Impératrices, pétroleuses, tu es toutes les femmes. Tu es Princesse en diadème et déshabillé vaporeux, ministre en bottine et blondeurs, la Grande Catherine se glissant au petit matin hors des bras de l’amant du jour, folles de Mai à Buenos-Aires, Olympe de Gouge
9
revendiquant l’échafaud comme égalité, mère de soldats et de tant d’années perdues, Louise Michel sur les barricades de la Commune, Pasionaria de tous les mois de Mai, la Liberté guidant le peuple, ni pute, ni soumise… Muses, maîtresses, femmes fatales, tu es toutes les femmes. Tu es Colette déguisée en palefrenier, Carmen roulant les cigares sur ses cuisses pécheresses, maumariée, ô maumariée, la tondue, « la malheureuse qui resta sur la pavé, la victime raisonnable à la robe déchirée… », Françoise d’Aubigné, amoureuse et secrète épouse du Roi, juste pour se venger d’avoir épousé M. Caron…la fileuse de Ronsard « bien vieille au soir à la chandelle… », minijupes et bikini, et le fume-cigarettes de la Goulue de Montmartre… Femmes de lettres, femmes de scènes, femmes de rêves, tu es toutes les femmes. Tu es Frida Kalho provocante et brisée et multicolore, Brigitte Bardot en petite jupe Vichy soulevée par le vent, femmes entrevues, désirées, inaccessibles, la voix chaude et grave de Jeanne Moreau, Marguerite à Saigon, Amélie à Tokyo, Amourettes, épouses et concubines, tu es toutes les femmes. Tu es cette voisine de table en quête de désir, la caissière en œillades, l’inconnue qui vient vers moi, dans la rue, sans savoir que nos envies se sont frôlées, si près, dangereusement près… Tu es Aphrodite aux yeux clairs, la sirène aux cheveux verts, la fiancée du Cantique, « Tes yeux sont comme des colombes à travers ton voile… Comme un ruban écarlate sont tes lèvres… », Marie Madeleine aux
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

J'aimerais tout te dire

de bookless-editions

Naissance

de louiseds

Amour de profils

de Mon-Petit-Editeur