Un coeur à prendre

De
Publié par

Albert C. se réveille? un jour de Noël. Sa femme Lisa et ses deux enfants ne sont plus là. L'a-t-elle quitté? A-t-elle été enlevée? S'est-elle enfuie avec un amant? Il part à sa recherche,"en mission", se laissant guider par les signes (divins?) qu'il lit à présent partout... jusqu'à ce qu'il réalise qu'il est gay, célibataire et alcoolique. Albert C. fuit alors à Barcelone où il tombe amoureux fou, à la Sagrada Familia, de sa future femme Lisa, celle qui disparaîtra. Le narrateur est-il un aliéné? Est-il au Paradis, comme il le prétend? A vous, lectrices et lecteurs, de vous laisser piéger, de découvrir la clé de cette étrange et belle histoire d'amour, à percer le mystère de l'Etoile car votre coeur est à prendre aussi!
Publié le : lundi 12 novembre 2007
Lecture(s) : 124
EAN13 : 9782304005769
Nombre de pages : 151
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Un cœur à prendre
3
Titre Arnaud Delorme
Un cœur à prendre
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2007 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-00576-9 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304005769 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-00577-6 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304005776 (livre numérique)
6
. « Ce n’est pas de savoir la vanité d’un rêve qui le fait évanouir. » Les îles, J. Grenier.
8
.
8 heures 45
PREMIER CHAPITRE
Albert C. était dans un drôle d’état quand il posa le pied par terre ce matin-là. Il avait mal au crâne. Il venait de sortir d’un mauvais rêve. Il s’était assoupi dans le canapé vert du salon ! ?… Il tenta de se le remémorer comme il avait l’habitude de le faire, car c’était un grand rê-veur ! Et il faut vite capturer ses rêves avant qu’ils ne se sauvent dans le plein éveil. Il en avait noté quelques-uns d’ailleurs, au saut du lit, certains jours, mais il avait perdu son cahier. Ou bien était-il « rangé » quelque part, car l’ordre n’était pas son fort ! Disons plutôt qu’il existait de l’ordre dans son désordre, tant intérieur qu’extérieur. Lui seul aurait su s’y retrouver si tant est qu’il ait pris le temps de chercher à le faire. Et ce matin-là, il ne savait pas encore qu’en matière de désordre, il allait en trouver un sacré! Quant à l’appartement, il était soigneuse-ment tenu.
9
Un coeur à prendre
Le songe qu’il venait de faire commençait près d’une cheminée. Mais laquelle ? On aurait dit celle de son ancienne maison qu’il avait quit-tée pour acheter l’appartement, le duplex qu’il habitait à présent. Ou bien était-ce chez quel-qu’un d’autre ? Il adorait les feux de cheminée, la vue des flammes, cette puissance effrontée, déréglée sous les morsures du vent et le crépi-tement des tisons. Son cœur était à l’image de ce flamboiement. Et quand le feu perdait de sa vigueur, qu’il devenait moins rageur, il s’empressait de remettre une bûche dans l’âtre. Oui, sa vision débutait ainsi. Bizarrement, il était seul. Pourtant, il associait le feu de cheminée à l’idée de fêtes, de rires, à la convivialité, aux joues rougies par un bon vieux cognac, mais là, rien ni personne… Et puis soudain, il entendit une comptine, d’abord im-perceptible. Elle semblait venir de derrière ses épaules. Il se retourna. « Fais du feu… dans la cheminée… . Je reviens chez nous… » Et puis, toujours ces mots obsédants, lancinants, comme une litanie… La voix n’était pas celle d’un enfant. Il hési-tait entre une voix féminine ou masculine. Son coeur battait très fort. La voix devint comme plus impérative : « Fais du feu dans la chemi-née ! » Alors comme un automate, il se laissa guider, il n’était plus maître de sa volonté. Pourquoi ajouter une, puis deux, puis trois, puis
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.