Un coeur entre deux océans 3

De
Publié par

Myriam est de retour dans son île, auprès de Line, pour son travail de journaliste. Elle est désormais sur ses gardes dans ses engagements en amitié après la trahison de ses deux ex-fiancés, Alain et Raymond. Pourtant, Jean-Paul, successeur de Raymond aux commandes du pays après les dernières élections, parvient à briser le mur de glace dont elle s'est entourée, parvient à entrer dans le cercle de ses intimes et devient son ami et son confident. Mais il apporte avec lui son lot de misères, de malchances, de maladies et de relations amoureuses impossibles avec Valérie, qu'il partage avec elle à coeur ouvert. Myriam, fidèle à elle-même, trouve les mots qu'il faut pour consoler, réconforter, calmer, soutenir et aider tous ceux qui, de près ou de loin, sont touchés par la haine assassine
Publié le : lundi 7 janvier 2008
Lecture(s) : 198
EAN13 : 9782304015126
Nombre de pages : 229
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

2 Titre
Un coeur entre deux
océans 3

3Titre
Sandrine Thomas
Un coeur entre deux
océans 3

Roman
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit 2008
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-01512-6 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304015126 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-01513-3 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304015133 (livre numérique)

6 .





Toute ressemblance avec des personnes
existant ou ayant existé serait pure coïncidence,
et les lieux sont imaginaires.

.
8
RETOUR DE MYRIAM DANS L’ILE
Huit jours après son retour à Paris, Myriam
recevait un fax de l’hôpital de l’île : on avait
découvert Line dans la rue, en proie à un
malaise, et on l’avait immédiatement emmenée
à l’hôpital où elle avait été soignée.
Le journal de Myriam comptait de toute
façon la renvoyer dans l’océan Indien afin d’y
effectuer un reportage sur le chikungunya, qui
avait frappé son pays, l’île Maurice et la
Réunion. N’ayant pris que le temps de
s’occuper de ses filles, elle réembarqua à bord
d’un avion.
Elle retrouva son amie qui se portait plutôt
bien malgré l’alerte et qui lui expliqua que c’était
surtout la chaleur et la fatigue qui lui avait fait
perdre connaissance.
Installée chez ses amis Jeannette et Christian,
Myriam continuait à travailler, filmant les
réactions des habitants de l’île aux récentes
élections qui avaient consacré la victoire de
Jean-Paul et les malades torturés par le
moustique que tout le monde maudissait. Elle
9 Un coeur entre deux océans 3
se sentait bien chez ses amis, même si les
récents événements l’avaient profondément
déçue et déconcertée. Comment Raymond, qui
lui avait demandé de l’épouser, l’avait-il laissée
l’attendre pendant tant d’années pour rien ?
Certes, Alain, son ancien fiancé, y était pour
quelque chose puisqu’il s’était acharné à briser
cette idylle en tentant d’assassiner son rival et
en faisant incendier la maison qu’il avait fait
construire pour Myriam et lui. Mais comment
expliquer que Raymond l’ait ainsi éloignée chez
Jeannette et Christian à la suite de son échec
aux élections ? Cherchait-il à la protéger des
folles entreprises d’Alain ? Dans son exil
pourtant chaleureux, Myriam cachait sa peine et
sa colère.
Elle recevait des SMS de Jean-Paul, le
vainqueur de Raymond. Elle en était agacée à
double titre. D’abord parce qu’elle était excédée
de ne correspondre avec les hommes
importants de l’île que par ce moyen de
communication, le seul qui les mettait à l’abri de
l’espionnage de leurs concurrents et des médias,
ensuite parce qu’elle était fermement décidée à
ne plus répondre ni à Raymond ni à Jean-Paul.
Les messages de ce dernier étaient pourtant
bien anodins : « Je vous souhaite de passer de
bonnes vacances chez nous. Ne tenons pas
compte des derniers événements dans lesquels
mes propres partisans se sont conduits comme
10 Retour de Myriam dans l’île
des enfants. Je suis navré que ces querelles
politiques aient bouleversé vos vacances. » Il lui
envoyait tous les jours un message de ce
tonneau, parfois pour lui dire bonjour et lui
souhaiter un heureux séjour.
Myriam en était fâchée sans le manifester et
décidée à ne plus se laisser entraîner dans les
manigances souvent inextricables des hommes
politiques de l’île, ce qui ne la concernait que de
fort loin puisqu’elle vivait depuis de
nombreuses années en Europe. Elle appréciait
les situations claires et nettes, et tout ce brouillis
auquel elle ne comprenait pas grand-chose avait
déjà trop gâché ses derniers séjours dans l’île.
Quand Jean-Paul exigea une réponse tout en
lui souhaitant une bonne nuit, elle se coucha
plus tôt que d’habitude, déterminée à rester
muette.
Bien lui en prit puisque, une semaine durant,
elle ne reçut plus de messages.
Puis Jean-Paul recommença à lui envoyer des
SMS de plus en plus insistants : « Répondez-
moi, je vous en prie. »
Myriam réfléchit. Après tout, elle n’avait rien
à reprocher à Jean-Paul. C’était à sa demande
que les photos compromettantes dont s’étaient
servi les adversaires de Raymond en politique et
sur lesquelles elle figurait avaient été ôtées des
murs de la ville. Elle sentit soudain que son
attitude était injuste. Pourquoi continuer à faire
11 Un coeur entre deux océans 3
la morte puisque Jean-Paul ne lui envoyait que
des messages sans conséquences ?
Elle finit par se décider à composer à son
intention sur son clavier : « Merci. Je vais bien. »
Il interprèterait ce texte laconique comme il
l’entendrait. Elle avait fait son devoir en le
remerciant des gentilles attentions qu’il lui
portait.
Presque aussitôt, elle vit s’afficher sur l’écran
de son portable : « Bonnes vacances. » À quoi,
après avoir réfléchi une petite minute, elle
répondit : « Merci de vous en préoccuper. Je
reconnais bien là votre délicatesse. »
Malgré la gentillesse de Jeannette et
Christian, elle avait l’impression d’étouffer dans
leur maison au cœur d’une plantation de canne
à sucre et dont elle n’osait sortir que caméra à la
main à cause des journalistes qui continuaient à
poursuivre Raymond en se servant de la
présence dans l’île de « la maîtresse de l’étoile
montante du parti », ainsi qu’ils la désignaient
pour faire descendre Jean-Paul du Capitole où
les élections l’avaient si bien assis.
Profitant de l’enterrement d’un des membres
de la famille de Jeannette et sur ses conseils,
Myriam décida de se rendre chez Line.
Elle promit de ne pas rentrer tard.

12
VISITE CHEZ LINE
Myriam sentit son cœur bondir quand elle
aperçut, au bord de la route, la modeste maison
de son amie d’enfance, devant laquelle était
aménagée la petite boutique de bonbons. Le
décor trahissait la pauvreté de Line, mais aussi
le soin avec lequel elle tenait son commerce et
son jardin. Pour l’heure, c’était Robert qui
faisait le ménage :
– Oh ! Quel dommage, s’exclama-t-il. Tu
débarques juste au moment où Line est chez
son médecin pour une visite de contrôle.
Depuis qu’elle tient sa petite boutique, elle ne la
quitte pourtant plus guère.
Elle rentra une heure plus tard, le visage
réjoui en découvrant son amie.
– As-tu des nouvelles de Raymond, Jane et
Ariane ? finit par lui demander Myriam après
leurs effusions habituelles.
– On dirait que, depuis les élections, tout le
monde fait le mort, dans l’île. Quand je leur ai
donné les cadeaux que tu avais apportés pour
13 Un coeur entre deux océans 3
eux, la mère de Raymond m’a demandé ton
numéro de téléphone.
– Je n’ai même pas reçu un remerciement.
Les deux amies décidèrent de ne plus parler
de Raymond. Robert et Line préparèrent un
repas créole arrosé de boissons fraîches, et
Myriam rentra après le déjeuner chez Jeannette
et Christian.
– Je veux absolument discuter avec vous.
Jean-Paul, lut-elle sur son portable alors qu’elle
allait se coucher. Que nous dire puisque nous
ne nous connaissons pas ?, écrivit Myriam. La
réponse s’afficha presque aussitôt, signe que
Jean-Paul attendait la réaction de sa
correspondante : J’ai cinquante-huit ans. Je suis
marié avec deux enfants. Mais je vis comme un
ermite. Ma femme et moi ne nous entendons
plus depuis longtemps…
Myriam s’interrogea : pourquoi Jean-Paul lui
avait-il ainsi exposé sa situation familiale. Allait-
il la poursuivre de ses assiduités comme l’avait
fait Raymond ? Impossible. Il ne la connaissait
même pas. Mais Alain non plus ne la
connaissait qu’à peine quand il lui avait
demandé de l’épouser et l’avait laissé l’attendre
pendant des années.
Jean-Paul n’écrivit que le soir :
– Bonne nuit. Discutons demain.
Il était attentionné, gentil. Depuis que
Raymond s’était éclipsé, c’était Jean-Paul qui
14 Visite chez Line
prenait soin de Myriam. Elle en fut touchée,
mais resta méfiante.
Le matin du 24 juillet, Ariane téléphona à
Line :
– Je n’ai même pas la force de prendre mon
bain, de me coiffer, de m’habiller. Je fume toute
la journée. Raymond passe son temps à l’hôpital
avec Jane. Quand il rentre, il ne me regarde
même pas. Il reste dans sa bulle où je n’ai pas
de place…
De sa voix étranglée, elle avait tout juste eu le
temps de signaler que Myriam était de retour
dans l’île. Elle raccrocha laissant Line
déconcertée. Elle avait d’autres tracas. Sa mère,
à présent, souffrait, et elle était impuissante à la
soulager. Elle annonça à Myriam qu’on
l’installerait chez son frère pour ses derniers
jours.
– Je passerai chez toi la semaine prochaine.
Embrasse ta mère bien fort. Je l’aime depuis
notre enfance.
Line retint ses larmes.

15
UN CHARMANT DINER LES PIEDS DANS L’EAU
Myriam lisait les SMS de Jean-Paul, de plus
en plus étranges de la part d’un homme dont
elle ne connaissait le visage que sur des photos
électorales et à la télévision.
– Ma femme, Élizabeth, est stérile, lui écrivit-
il. Pour ne pas divorcer d’avec moi qui adore les
enfants, elle a accepté qu’une autre femme m’en
donne. Devis, une jeune femme Indienne qui
était seule et divorcée, m’a ainsi donné deux fils,
Vincent et William, que je me suis engagé à
entretenir.
Myriam répondit par une question :
– Où donc se trouvent cette femme et ces
enfants ?
– Devis vit à l’étranger avec ses enfants. Je
ne l’ai pas empêchée de se remarier, et elle a
d’ailleurs d’autres enfants de son second mari.
Encore une situation familiale bien
embrouillée ! sourit Myriam. Pour être polie,
elle demanda des nouvelles des deux garçons.
– Vincent a été malade, vit-elle apparaître sur
son écran.
17 Un coeur entre deux océans 3
Et, plus tard :
– C’est en faisant escale en France que j’ai
rencontré Valérie qui m’a soutenu pendant ma
campagne électorale. Elle se trouve à présent au
pays. Je vous invite à déjeuner avec elle et ma
sœur Marie-Claire.
Myriam accepta la proposition.
Elle ne le regretta pas. Avec Jean-Paul,
Valérie et Marie-Claire, elle déjeuna dans un
charmant restaurant du littoral, les pieds dans
l’eau calme et fraîche de la mer, autour d’une
table couverte de fruits, de salades, de poissons
grillés, de riz… Un mélange de saveurs
indiennes et créoles qui réjouit le palais de
Myriam. Elle se sentit comme en vacances avec
de vieux amis qui se tutoyèrent spontanément.
Jean-Paul était un assez bel homme, créole
assurément, comme Valérie, tout aussi
charmante que Marie-Claire. Il ne fut point
question de politique, Myriam désirant éviter
tout sujet brûlant. Avec habileté, elle maintint la
conversation à des considérations sur les plaisirs
que leur île donnait à goûter quand on vivait
près de Paris.
Jean-Paul et ses deux femmes
raccompagnent Myriam près de chez Jeannette
et Christian, le plus discrètement possible à
cause des commérages. Elle maudit ces
journalistes toujours à l’affût des rencontres
féminines des hommes politiques. Qu’il fût
18 Un charmant dîner les pieds dans l’eau
presque impossible de déjeuner tranquillement
les pieds dans l’eau avec l’un d’eux sans
provoquer des potins l’exaspérait. Mais l’île était
un si petit monde…
Comme elle avait apprécié la compagnie de
Valérie qui s’apprêtait à rentrer en France,
Myriam lui envoya un message :
– On se reverra dans trois semaines.
Jean-Paul continua à prendre de ses
nouvelles et lui racontait son amour pour
Valérie :
– J’ai eu le coup de foudre en prenant un
café avec elle au cours d’une cérémonie
religieuse. Je n’ai dès lors plus pensé qu’au jour
où je serais dans ses bras.
Myriam continua à voir ses nouveaux amis.
Marie-Claire, qui passait toutes ses vacances au
pays, lui proposa une balade autour de l’île,
d’une plage à l’autre. Ce fut délicieux. À leur
retour, elles dînèrent chez Jean-Paul qui,
ensuite, prit soin de déposer Myriam à distance
de chez ses amis. Puis, inexplicablement, elle ne
reçut plus de messages de Jean-Paul pendant
trois jours, Elle se posa mille questions…

19
NOUVELLES INQUIETUDES POUR LA SANTE DE
LINE
Le dimanche suivant, chez Line, cette
dernière apprit à Myriam :
– Un homme s’est présenté chez moi pour
me prier de te transmettre un message de la part
de Jean-Paul.
– Qu’est-ce que c’est encore que cet
embrouillamini ? Il n’a qu’à me l’envoyer, son
message, comme d’habitude.
– J’ai refusé de lui servir de boîte aux lettres.
Au temps de ton histoire avec Alain et
Raymond, je jouais sans cesse les messagères
entre eux et toi. Je ne veux pas recommencer
avec Jean-Paul.
– Tu as bien raison. Je lui demanderai s’il a
vraiment envoyé ce personnage… C’est que je
me méfie, maintenant.
Myriam réclama sur un ton ferme des
explications à Jean-Paul qui lui répondit que,
son cœur étant malade, il n’était pas autorisé à
se servir d’un téléphone portable. Elle avait
bien entendu parler de danger des ondes pour
21 Un coeur entre deux océans 3
les cœurs fragiles, mais elle ne pensait pas qu’ils
étaient aussi importants. Il ajouta qu’à son
estafette, il n’avait pas livré son numéro de
téléphone Pourquoi ? Pour protéger Myriam
des médias :
– J’ai donc préféré qu’il demande à Line de
t’appeler.
Son ton se fit plus plaintif.
– J’ai de la fièvre et j’ignore pourquoi.
Demain, je passe des examens médicaux.
Le lendemain, Myriam l’invita à lui
communiquer les résultats des analyses.
– Ils ne sont pas bons du tout, gémit-il. Il
faudra les approfondir.
C’est par Marie-Claire que Myriam apprit
plus tard qu’il était à l’hôpital pour un examen
au scanner.
Et elle ajouta :
– Il tient à ce que Line aille de toute urgence
à la Réunion pour des séances de chimio.
Une fois de plus, Myriam fut frappée par les
habitudes locales. Ainsi Jean-Paul, succédant à
Raymond sur son siège, héritait ses dossiers. Et,
par conséquent, celui de Line qu’il tenait
d’Alain… En véritables patriarches, ces élus se
croyaient tous, les uns après les autres, obligés
de porter toute leur attention à la meilleure
amie de Myriam. Il est vrai que l’île, ignorant la
sécurité sociale, les malades s’en remettaient
22

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.