Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Un coeur entre deux océans

De
183 pages
Une romance émouvante Une intrigue palpitante et des personnages attachants pour un roman dynamique et coloré Découvrez l'épopée exotique d'une auteure née dans l'océan indien. De relations amoureuses impossibles en engagements amicaux sincères, partagez les aventures rocambolesques de Myriam, journaliste, et de son entourage, dans une saga dynamique et émouvante.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2 Titre
Un coeur entre deux
océans

3Titre
Sandrine Thomas
Un coeur entre deux
océans

Roman
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit 2008
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-01320-7 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304013207 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-01321-4 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304013214 (livre numérique)

6
7
.
8






Toute ressemblance avec des personnes exis-
tantes ou ayant existé serait pure coïncidence et
les lieux sont imaginaires.

9






Myriam pianote sans conviction sur son or-
dinateur. Elle vit en France depuis plusieurs an-
nées, mais, en cet automne de 1996, la nostalgie
la gagne. Il a fallu ressortir les imperméables, le
ciel est gris. Ses collègues, au journal, ne parlent
que de la rentrée scolaire et de leurs soucis…
Ce brouillard froid, cette pluie fine et péné-
trante, ces rafales de vent d’ouest, Myriam, ori-
ginaire de l’océan Indien, a eu bien du mal à s’y
faire quand elle a suivi Hervé jusqu’à Paris.
Elle n’avait pas résisté longtemps à ce jeune
fonctionnaire, simple et direct, passionné de
plongée, qui l’avait un soir invitée à danser. Il y
avait vingt ans de cela. La première fois où son
amie Line l’avait entraînée dans une boîte de
nuit à la mode…

Hervé avait tout de suite été conquis par sa
finesse, son élégance et son incomparable par-
fum de vanille. Il devait découvrir, au fil des
mois, que cette fausse nonchalance cachait un
tempérament de félin, prêt à tous les coups de
cœur, mais aussi à tous les coups de griffes.
Trois enfants, une belle réussite professionnelle,
11 Un coeur entre deux océans
une liberté que bien peu de femmes de chez elle
avaient pu conquérir, Myriam n’avait aucune
raison d’en vouloir à Paris. Sauf ce brouillard
d’automne et les teintes passées des chrysan-
thèmes à l’étalage des fleuristes…
12
L’ANNIVERSAIRE DE ROSE
Dans quelques jours, qui allait bien penser à
fêter l’anniversaire de Rose, sa sœur aînée ? Ses
deux frères, restés dans l’île, allaient-ils venir
boire un verre de punch avec elle, ce punch co-
loré dont elle n’a jamais pu oublier la douce eu-
phorie ? Et si elle prenait le premier avion,
comme ça, juste pour faire une surprise à
Rose ? Pourquoi ne pas se laisser tenter ?
En une heure, tout était décidé, le billet
d’avion retenu, quelques robes légères pliées
dans une valise. Hervé, son mari, avait
l’habitude de ces départs soudains, il savait
qu’ils lui étaient nécessaires pour son équilibre
et ne s’en formalisait pas. Son activité de fonc-
tionnaire lui laissait suffisamment de temps li-
bre pour s’occuper des enfants. La rentrée des
classes venait de se faire, mais Myriam, en mère
attentive, n’avait rien laissé au hasard. Clotilde
avait retrouvé ses petites amies de CM1, Yo-
lande et Vincent, très indépendants, avaient re-
joint leur collège, tout équipés de neuf. Chacun
avait pris de bonnes résolutions, autant en pro-
13 Un coeur entre deux océans
fiter pour s’offrir une semaine de détente, pensa
Myriam en présentant son billet d’avion à
l’hôtesse.
Pour que la surprise de Rose soit totale, elle
préféra éviter la maison familiale et descendit
dans un petit hôtel tenu par une amie.
Elle prit un bon bain, se changea et alla,
comme à son habitude, se promener sur la
plage de sable fin. C’était plus qu’une prome-
nade, c’était un rite qui lui faisait reprendre le
contact avec sa terre natale, lui faisait oublier
Paris et sa grisaille.
D’un coup de téléphone, elle mit Sandra, sa
nièce, au courant de ses projets.
– Ma chérie, sauras-tu garder un secret ?
– Tante Myriam, je n’ai plus douze ans, as-tu
oublié que j’en ai vingt depuis deux mois ?
– Je voudrais faire une surprise à ta maman,
lui organiser une fête d’anniversaire comme elle
n’en a jamais eu. Je voudrais lui faire une sur-
prise totale. Peux-tu m’aider à tout organiser ?
Demande à ton père de téléphoner discrète-
ment depuis la boutique, qu’il invite pour ce
soir toute la famille et autant d’amis que possi-
ble. Je me charge des courses.
– Moi aussi, j’ai une bonne nouvelle à
t’annoncer, j’attends un bébé pour le mois de
novembre !
– Ce secret là, je crois que tu me l’as déjà dit
vingt fois !
14 L’anniversaire de Rose
– Tante Myriam, tu es géniale !, s’exclama la
jeune femme.
Une amie de Rose, accompagnée de son mari
et de ses trois enfants arriva dès le début de
l’après-midi. Dans les îles, on peut aller se ren-
dre visite à tout moment sans prévenir et Rose
ne se douta de rien. Sandra avait demandé à Li-
liane, une amie de sa mère, de l’aider à monter
un petit stratagème. Elle devait proposer à
Rose, en fin d’après-midi, de venir faire avec
elle une petite promenade au bord de la mer.
Tout marcha comme sur des roulettes et Liliane
s’arrangea pour que la “petite balade” dure deux
heures ! C’était bien le temps nécessaire pour
tout mettre en place. Myriam et Sandra, aidées
par tous les invités, dressèrent les tables, les dé-
corèrent de mille fleurs multicolores aux par-
fums subtils, disposèrent les flûtes et les bou-
teilles de champagne autour du gros gâteau
commandé pour l’occasion. Il était presque dix-
neuf heures quand Rose et Liliane revinrent à la
maison. Tout était si sombre que Rose pensa à
une coupure d’électricité, ces fréquentes coupu-
res dues à un réseau vétuste et insuffisant.
Après tout, il ne serait pas si désagréable de dî-
ner aux chandelles…
Elle ne croyait pas si bien dire ! Tout d’un
coup, la lumière se ralluma, et, regardant à
droite et à gauche, elle vit tous ses parents et
amis réunis, qui lui chantèrent en cœur :
15 Un coeur entre deux océans
“Joyeux anniversaire ! ” Elle resta là quelques
secondes, incrédule, éberluée, sans rien y com-
prendre. La première, Sandra se détacha du
groupe pour venir embrasser sa mère. Rose
était un peu éblouie par la torche de la caméra
que tenait Myriam, mais quand elle eut repris
ses esprits, elle s’éclipsa pour aller se changer.
Elle était fort coquette et tenait à faire honneur
à ses invités. En un instant, elle quitta son tee-
shirt et son bermuda, enfila sa robe en dentelle
rose et se chaussa de ravissantes chaussures as-
sorties, puis elle se fit un chignon rapide, se
maquilla et se parfuma. La soirée fut merveil-
leuse. Myriam et Rose ne se quittaient pas, se
racontaient mille potins, faisaient ensemble le
tour des tables pour prendre tous leurs amis à
témoin de leur bonheur. Qui aurait pu deviner
laquelle des deux sœurs était la plus heureuse,
celle qui était fêtée ou celle qui avait organisé
cette soirée surprise ?
Myriam resta une quinzaine de jours dans sa
famille. Elle avait téléphoné à son journal et
promis au rédacteur en chef qu’elle lui rappor-
terait de chez elle un reportage et des photos
sensationnelles. En échange, il avait fermé les
yeux sur cette escapade… Cela avait été un jeu
pour elle de passer quelques heures avec des
pêcheurs puis d’aller au marché aux poissons.
Son île était une destination touristique à la
16 L’anniversaire de Rose
mode, elle savait qu’elle réussirait bien à placer
un reportage, même vite fait.
Son billet de retour était réservé pour le mar-
di 7 octobre. Son mari l’attendait et les enfants
commençaient à s’impatienter. Dès le diman-
che, elle avait commencé la tournée des adieux
et prenait tranquillement un verre chez des voi-
sins quand le téléphone sonna chez Rose. C’est
Sandra qui décrocha.
– Sandra, c’est Hervé au téléphone, peux-tu
laisser un message à Myriam ? Le vol de mardi
est annulé, j’ai pu lui réserver une place sur le
vol de vendredi. Vendredi 10 octobre, le vol de
vingt heures. Tu notes bien ?
Sandra, entendant la nouvelle, sauta de joie.
En riant, elle répondit à son oncle :
– Tu aurais dû lui prendre un vol pour la se-
maine prochaine, elle aurait pu rester encore
plus longtemps avec nous !
Elle s’entendait à merveille avec sa tante, lui
demandait des nouvelles de la mode parisienne,
lui faisait écouter ses chanteurs préférés et se
promettait de lui écrire tous les dimanches.
17

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin