Un jour viendra où vous n'aimerez plus qu'elle

De
Publié par

«Il découvrit combien mourir était facile dans la mesure où celui qui mourait n'était pas le vivant qui l'avait précédé.»

Un homme apprend qu'il va mourir. Il lui reste peu de temps pour prendre congé du monde, des femmes et des choses de la vie. Mais c'est un dieu latin, inattendu, qui viendra lui ouvrir le passage.


« Sans mélo, une histoire très simple des adieux au monde. » Le Monde.

« Sur un sujet douloureux, J.-M. Chevrier sait trouver les mots justes pour nous toucher et nous faire accepter l'inacceptable. » Lire.

« Un roman d'une surprenante profondeur, loin de la compassion, magnifié par une dernière histoire d'amour sensuelle et salvatrice. Une belle leçon de vie. » Ramdam.

« Magnifique. » Télé Loisirs.

« Aux amoureux de la vie qui redoutent la maladie et la mort, ce roman pourrait être prescrit comme un manuel de savoir-mourir en toute liberté. » J.-M. Ulmann, Impact Médecine

« Un roman d'une grande sérénité, mais pas sans gaieté. Un manuel de savoir-mourir, à ranger à côté de Un jour, livre testamentaire de Maurice Genevoix. » Stéphane Hoffmann, Le Figaro Magazine.

« Sobriété, sagesse, élégance... Un beau roman qui repousse les limites extrêmes du connu dans de belles pages qui retracent l'ultime tragédie sans véritable peur ni amertume. » Christian Signol, La Montagne.

« Surprenant, ironique, d'une vitalité laconique, ce roman possède la force des éclairs. Il luit autant qu'il aveugle, il clarifie autant qu'il éblouit. » Antoine Perraud, La Croix.
Publié le : jeudi 21 mars 2013
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226232854
Nombre de pages : 252
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
«Il découvrit combien mourir était facile dans la mesure où celui qui mourait n'était pas le vivant qui l'avait précédé.»

Un homme apprend qu'il va mourir. Il lui reste peu de temps pour prendre congé du monde, des femmes et des choses de la vie. Mais c'est un dieu latin, inattendu, qui viendra lui ouvrir le passage.


« Sans mélo, une histoire très simple des adieux au monde. » Le Monde.

« Sur un sujet douloureux, J.-M. Chevrier sait trouver les mots justes pour nous toucher et nous faire accepter l'inacceptable. »
Lire.

« Un roman d'une surprenante profondeur, loin de la compassion, magnifié par une dernière histoire d'amour sensuelle et salvatrice. Une belle leçon de vie. » Ramdam.

« Magnifique. » Télé Loisirs.

« Aux amoureux de la vie qui redoutent la maladie et la mort, ce roman pourrait être prescrit comme un manuel de savoir-mourir en toute liberté. »
J.-M. Ulmann, Impact Médecine

« Un roman d'une grande sérénité, mais pas sans gaieté. Un manuel de savoir-mourir, à ranger à côté de Un jour, livre testamentaire de Maurice Genevoix. » Stéphane Hoffmann, Le Figaro Magazine.

« Sobriété, sagesse, élégance... Un beau roman qui repousse les limites extrêmes du connu dans de belles pages qui retracent l'ultime tragédie sans véritable peur ni amertume. » Christian Signol, La Montagne.

« Surprenant, ironique, d'une vitalité laconique, ce roman possède la force des éclairs. Il luit autant qu'il aveugle, il clarifie autant qu'il éblouit. » Antoine Perraud, La Croix.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le cratère

de grasset

L'oeil du perroquet

de albin-michel

Avenue des Géants

de editions-gallimard

suivant