Un Parisien à Nzadi

De
Publié par

« Marcus ne parlait pas le lingala ; il baragouinait quelques bribes d'un lingala doublement impur (frelaté par les influences multiples des langues pratiquées par la diaspora congolaise en plus des innombrables dénaturations kinoises qui rendaient la langue méconnaissable à l'oreille des lingalophones authentiques de l'Équateur). Il gardait le silence pendant qu'Akongo leur faisait visiter la localité sous les yeux des lève-tôt allant puiser de l'eau pour les besoins du jour tandis que de jeunes femmes portant leur nourrisson au dos défilaient vers le marché de Kimbanseke où elles vendraient le fruit des chasses et des pêches récentes des hommes du village. »


Publié le : vendredi 11 avril 2014
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332705778
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-70575-4

 

© Edilivre, 2014

Un Parisien à Nzadi

 

Marcus se prélassait au pied de la cheminée de son appartement situé au coin de la rue de Vaugirard dans le sixième arrondissement de Paris, se délectant d’un Châteauneuf-du-pape après une après-midi de labeur rythmée par les « Bonnes fêtes de fin d’année » de ses collègues qu’il reverrait une dizaine de jours plus tard. Cette année-là, il était résolu à visiter le village natal de ses parents aucœurde la forêt tropicale dans le nord-ouest de la République Démocratique du Congo afin de découvrir la population, la culture et les mœurs d’une société « restée fidèle auxus et coutumes ancestraux », disait-on. Il avait àcœurde se déprendre de l’image d’une Afrique nécessiteuse et larmoyante servie à souhait par une caste médiatique paternaliste au mépris de l’esprit de nuance pourtant indissociable...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant