Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 7,90 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

en quête du destin

de Manuscrit

L'énigme 2+0=3 saison 5

de editions-sharon-kena

Pergolito

de Manuscrit

2
Titre
Un souffle dans l'obscurité
3
Titre Gérard Avenel
Un souffle dans l'obscurité
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2009 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02700-6 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304027006 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02701-3 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304027013 (livre numérique)
6
.
.
8
Un souffle dans l’obscurité
I
Christophe était sur le point de s’endormir quand il entendit la porte d’entrée s’ouvrir. Il reconnut le bruit du trousseau de clés jeté sur la console suivi du claquement des portes du pla-card à chaussures. Une voix s’écria : Tu es là Christophe ? Oh… tu es là ? Ouais, sur mon lit ! C’était une femme aux traits tirés par la fati-gue qui se présenta à l’entrée de la chambre. Un filet garni de provisions pendait au bout de sa main. Une baguette de pain croisait son bras par-dessous. Son regard se fit inquisiteur : Ca ne va pas ? Mais si, pourquoi veux-tu toujours que ça n’aille pas ? Tu me parles si peu… Parce que j’ai rien à dire ! Je suis ta mère, quand même ! Et alors ? Mme Isaac repartit résignée dans la cuisine.
9
Gérard Avenel
Des bruits familiers parvenaient jusque dans la chambre de Christophe. Le grincement pro-voqué par l’ouverture du frigo, le claquement des portes du buffet, le couinement du tiroir de la table, le chuchotement de l’eau du robinet et le tintement de l’infatigable carillon. Ce soir-là, pour la dernière fois, il écoutait un à un tous ces sons avec attention comme s’il craignait de les oublier. Soudain, l’envie d’aider sa mère s’imposa à lui. Il lui fallait balayer d’un coup toute cette froideur qu’il lui témoignait depuis son adoles-cence. Un geste simple ou un mot aimable suf-firait à les réconcilier. L’idée même de quitter la maison et de la laisser seule sans une parole ré-confortante l’attristait : Au lieu de s’occuper de moi, elle devra penser à elle, se trouver un but… elle n’en a pas l’habitude, pourvu qu’elle tienne le coup ! Il ne savait pas précisément ce qui les distan-çait, pas grand-chose sans doute. Dès qu’il se trouvait seul avec elle, il feignait de ne pas la voir. Il l’aimait en secret sans pouvoir ni lui montrer, ni lui dire. Avec tous les gens qu’il côtoyait, il savait se montrer bienveillant. Toutefois, il y a toujours moins de gêne à donner à ceux qui vous indiffè-rent. Trop torturé pour réagir, il s’enfonça davan-tage dans l’oreiller.
10