Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 9,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Vous aimerez aussi

Après la guerre

de editions-rivages

Le Voyage d'Octavio

de editions-rivages

45 tours

de editions-rivages

suivant
Dans es unîversîtés, ’ère de a mondîaîsatîon est arrîvée. La mode des congrès a envahî ce mîcrocosme împîtoyabe. De cooques en sémînaîres, de cocktaîs en saes d’embarquement, étudîants, écrîvaîns en herbe et professeurs émérîtes vîrevotent une vaîse à a maîn, une coupe de champagne dans ’autre, avîdes de reconnaîssance et d’amour. Phîîp Swaow, déjà au centre de Jeu de socîété et Changement de décor, revîent dans cette comédîe îrrésîstîbe, menée de maîn de matre par Davîd Lodge.
«Un tout petit mondeun des îvres es pus est amusants et es pus férocement hîares pubîés au sîèce dernîer. Lîsez Lodge ! » Umberto Eco
Un tout petit monde
Davîd Lodge
Un tout petit monde
Préface de Umberto Eco
Traduît de ’angaîs par Maurîce et Yvonne Couturîer
Rîvages
Retrouvez ’ensembe des parutîons des Édîtîons Payot & Rîvages sur payot-rîvages.fr
Tître orîgîna :Small World
© 1984, Davîd Lodge © 1991, Édîtîons Rîvages pour a traductîon françaîse © 1992, 2014, Édîtîons Rîvages pour ’édîtîon de poche 106, bd Saînt-Germaîn – 75006 Parîs
ïSBN : 978-2-7436-2806-2
Bienvenue au campus !
Un texte inédit de David Lodge Traduit par Maurice Couturier
Lecampus novel, ou roman unîversîtaîre, est un phénomèneîttéraîreessentîeementango-amérîcaîn.Le premîer eXempe fut amérîcaîn,The Groves of Academede Mary McCarthy (1952), suîvî en Angeterre par e roman de Kîngey Amîs,JimlaChance(1954), queques années avant que e mot «campus» désîgne e terrîtoîre encos d’une unîversîté ou d’un coège unî-versîtaîre, îeu rêvé pour servîr de cadre à une hîstoîre. (L’une des raîsons pour esquees î y a très peu de campus novelssur e contînent européen, c’est que es unîversîtés y sont moîns coupées, sur e pan archîtec-tura et socîa, de eur envîronnement.) ï y avaît eu des romans sur a vîe estudîantîne ayant es années cîn-quante, bîen sûr, maîs faît nouveau avec ecampus novel, ’hîstoîre étaît centrée sur a vîe même des pro-fesseurs. Le genre contînua d’évouer à mesure que ’enseîgnement supérîeur se déveoppaît après-guerre, et de pus en pus de romancîers, ou de romancîers en herbe, commencèrent à occuper des postes dans es unî-versîtés, comme ce fut mon cas. Je ne pense pas que beaucoup se soîent mîs en tête d’écrîre uncampus novelcomme on pourraît entreprendre un roman poîcîer ou n’împorte quee autre forme de Ictîon possédant des
7
conventîons et des formues toutes faîtes. Nous essayîons de donner une forme îttéraîre à des îdées et à des eXpérîences vécues dans e mîîeu unîversîtaîre, et cherchîons des varîatîons nouvees par rapport à des romans sîmîaîres. Loîn de moî ’îdée d’écrîre une trî-ogîe unîversîtaîre mettant en scène es mêmes person-nages et une unîversîté Ictîve des Mîdands. C’est ce quî arrîva pourtant, sous ’effet de troîs sources dînspîratîonsdîstînctes.
À partîr de 1970, a scoarîté de nos enfants ne nous permît pus de vîvre à ’étranger, maîs je contînuaî de voyager par nécessîté académîque, d’abord à ’întérîeur de ’Europe, et ensuîte beaucoup pus oîn, pour une tournée de conférences dans des unîversîtés à ’étranger organîsée par e Brîtîsh Councî, ou, pus souvent, une partîcîpatîon à un cooque înternatîona. Une bonne façon de voîr e monde, tous fraîs payés et ’héberge-ment assuré en échange de queques conférences ou communîcatîons. Dans es premîers jours de 1978, je fus învîté à parer à a mère de tous es congrès, a conventîon annuee de a Modern Language Assocîatîon of Amerîca. L’ampeur et e tempo fréné-tîque de ’événement me surprîrent. DîX mîe unîversî-taîres s’entassaîent dans deuX gratte-cîe au beau mîîeu de Manhattan, troîs jours durant, à écouter et partîcîper à des dîscussîons, des « Devînettes en vîeî angaîs » à « L’enseîgnement et ’apprentîssage du fémînîsme es-bîen », ces trente ateîers se dérouant en même temps de 8 h 30 à 22 h 15 non stop. Et ce n’étaît à qu’un des aspects du congrès. C’étaît avant tout un endroît où rencontrer des gens, de vîeuX amîs ou de vîeuX ennemîs, des gens que vous ne connaîssîez jusqu’aors que par eurs pubîcatîons, de jeunes unîversîtaîres à a recherche d’un job, et des unî-versîtaîres pus âgés en quête de queque poste vacant.
9
Bîen sûr, d’autres rencontres, pus întîmes, étaîent aussî organîsées.Undemesamîsbrîtannîquesfutaccostéaprès sa communîcatîon par une femme charmante quî ’învîta à passer a nuît avec ee. « Les gens vîennent à ce cîrque pour baîser », ’assura-t-ee, tandîs qu’î décînaît son offre. Certes, ee avaît tort, maîs pas tota-ement. La combînaîson d’întérêts professîonnes et de rencontres érotîques faît du congrès ’occasîon rêvée pour des unîversîtaîres, a brîde domestîque sur e cou, de nouer des reatîons întéressantes, et offre bîen des possîbîîtés romanesques. (Ma femme me faîsaît conIance quand j’étaîs en dépacement, maîs certaîns coègues gobe-trotters se paîgnîrent parfoîs qu’après avoîr uUn tout petit monde, eurs épouses se mîrent à es consîdérer avec suspîcîon.) L’îdée d’écrîre un roman sur desconferenzlopersînternatîonaes (pour reprendre a termînoogîe adoptée par es Néerandaîs) ne me vînt pas à ’esprît avant e moîs de juîn suîvant, ors du septîème Symposîum înternatîona James Joyce, quî se tenaît cette année-à à Zürîch, où Joyce avaît vécu queques années et écrît Ulysse. Peu après m’être enregîstré à ’hôte, je me rendîs à a premîère séance pénîère du cooque. Bîentôt, je réaîsaî que tous es gens quî marchaîent dans a même dîrectîon que moî étaîent euX aussî des unîversîtaîres et, tandîs que nous jetîons un coup d’œî à nos badges, je comprîs que je es connaîssaîs de réputa-tîon sînon personneement, et qu’euX aussî me connaîs-saîent. Pus tard, dans e pub James Joyce, un authentîque bar de Dubîn démanteé et reconstruît avec amour sur Peîkanstrasse, on contînua à se sauer et à se présenter tout en écusant des Guînness pressîon en ’honneur du grand écrîvaîn. De Zürîch, je prîs ’avîon pour ïsraë aIn de partîcîper à un autre cooque sur « La poétîque du roman et a théorîe narratîve », et à, a même eXpé-rîence se renouvea – à une moîndre échee, car e
1
0