Une femme éperdue

De
Publié par

Ce que l'on a appelé "l'affaire Caillaux" se déploie autour de l'un des derniers grands crimes passionnels de notre vie publique. Gaston Calmette, décidant de mener campagne dans son journal contre Joseph Caillaux alors ministre des Finances et instigateur d'un projet d'impôts sur le revenu, n'avait pas hésité à publier des documents relatifs à la vie privée de celui-ci en les accompagnant d'éditoriaux d'une incroyable violence. Henriette Caillaux avait alors choisi de l'assassiner, dans son bureau du Figaro. Elle fut acquittée en assises. Pour raconter cette histoire, Anne Sabouret a donc parcouru tous les mémoires et documents d'époque et reconstitué un univers où l'on croise aussi bien Bartou que Proust, Poincaré que Briand. On y voit surtout une femme qui décide de tuer pour protéger sa vie privée et dont le tempérament fougueux se manifeste à chaque ligne. Roman, mémoires apocryphes, chronique des moeurs à la veille de la Grande Guerre, le livre est tout cela à la fois, nourri d'une solide documentation publiée en annexe.

Publié le : vendredi 4 mai 1990
Lecture(s) : 33
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246420491
Nombre de pages : 286
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ce que l'on a appelé "l'affaire Caillaux" se déploie autour de l'un des derniers grands crimes passionnels de notre vie publique. Gaston Calmette, décidant de mener campagne dans son journal contre Joseph Caillaux alors ministre des Finances et instigateur d'un projet d'impôts sur le revenu, n'avait pas hésité à publier des documents relatifs à la vie privée de celui-ci en les accompagnant d'éditoriaux d'une incroyable violence. Henriette Caillaux avait alors choisi de l'assassiner, dans son bureau du Figaro
. Elle fut acquittée en assises. Pour raconter cette histoire, Anne Sabouret a donc parcouru tous les mémoires et documents d'époque et reconstitué un univers où l'on croise aussi bien Bartou que Proust, Poincaré que Briand. On y voit surtout une femme qui décide de tuer pour protéger sa vie privée et dont le tempérament fougueux se manifeste à chaque ligne. Roman, mémoires apocryphes, chronique des moeurs à la veille de la Grande Guerre, le livre est tout cela à la fois, nourri d'une solide documentation publiée en annexe.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Wiesenthal pourchassé

de le-nouvel-observateur

Anatomie du faux

de la-bibliotheque