Vachement 2014

De
Publié par

Ce livre raconte les aléas de la vie d'une trentenaire qui tente de vivre avec passion au jour le jour. Ambitieuse, volcanique, sérieuse, solitaire, maladroite et fragile, elle parle de ses doutes, ses blessures, ses convictions, ses choix et fait preuve d'une grande détermination pour réaliser ses rêves. Elle fait face, comme beaucoup, à des déceptions, des joies, des colères, des secrets, dont elle se sert pour devenir plus forte. On dit d'elle qu'elle est attachante car elle ose, plus que d'autres, avouer ses faiblesses tout en déployant une force inconditionnelle pour avancer et grandir... Cet ouvrage retrace, en slam, toute l'énergie et l'émotion du combat qu'elle mène contre elle-même pour prendre confiance et s'épanouir pleinement.


Publié le : lundi 26 octobre 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782334009027
Nombre de pages : 88
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-00900-3

 

© Edilivre, 2015

Souviens-toi,

De ces moments passés comme des rois,

A ne plus vouloir revenir de là-bas,

Ces coins isolés, loin des mea-culpa,

On était si bien, éloignés de tout ça…

Souviens-toi à jamais,

Comme tu me manquais,

Et comme je t’ai pardonné,

Quand j’aurais voulu tellement te détester…

Souviens-toi pour toujours,

Du combat contre le compte à rebours,

Où tu maîtrisais le temps qui court,

Et moi, nos trop rares moments d’amour…

Souviens-toi pour le futur,

Que je suis enfin plus mâture…

Même si je cicatrise encore mal mes blessures,

Je combattrai toujours avec une armure…

Tu ne m’auras plus à l’usure…

Souviens-toi,

Juste pour moi…

Les soirs d’été, tant destinés à la fête,

Il semble que le temps s’arrête…

Dur de détrôner l’apéro,

La belle plage, et son beau maillot,

Toutes les balades à vélo,

La fête et l’alcool qui coulent à flot…

Pour mieux oublier le « métro boulot dodo »

Profiter aussi du calme qui revient pendant cette trêve,

Ton esprit semble alors à l’écoute de tous tes rêves…

Le bonheur se trouve aussi ailleurs,

Loin des touristes profitant de la moindre heure…

Oser se donner la peine,

De se découvrir au plus profond de soi-même,

Savoir où sont les essentiels pour ne plus se perdre,

Dans de futiles histoires qui n’ont plus lieu d’être…

N’est-ce pas un luxe ?

De n’être que face à soi, sous son velux,

A regarder les étoiles ou même Venus…

Il faut montrer alors toute sa force,

Et gonfler tout son torse,

Faire face, aux colères ternies,

Aux sentiments enfouis,

Aux fragilités subies…

Comme aux plus beaux souvenirs,

Aux moments de bonheur et les fous rires,

Aux journées qui nous ont fait grandir…

Même les chansons d’Adèle,

Ne donnent pas d’émotions plus belles,

Que laisser s’échapper quelques pensées bien frêles,

Comme les plus rebelles…

Oser un soir d’été être face à soi,

Laissant quelques heures la fête… pour une fois…

Qui s’y perdra… ?

Elle ne connaissait que sa passion,

Rien de la vie, à part sa dure raison,

Bien trop inquiète de toute façon…

Elle n’a jamais été attirée par les interdictions,

Encore moins par la raison.

Elle savait juste qu’elle voulait vivre de grandes émotions…

Elle était bien trop sage,

Il fallait bien quelques nuages,

Elle en sortira forte avec quelques dommages.

Sa jeunesse fut belle,

Embourbée par ses incessantes pensées éternelles,

Qui la conduisent au plus profond mal, malgré elle,

Elle le sent, Il est comme incrusté en elle.

Elle le vivra en silence,

Plusieurs années de mal en patience,

Consciente que cela n’a pas de sens,

Qu’elle doit vivre comme tous ces gens…

Elle en sortira indemne,

Toujours en alerte quand les signes viennent.

Elle l’admettra sans trop de haine,

Sa vie restera fragile quoi qu’il advienne,

A cause de ce foutu Alien.

Elle se rendra alors bien compte,

Qu’une fragile solitaire, cela frôle la honte,

Un caractère piquant qui monte,

Personne ne la dompte,

Jusqu’à qu’elle rencontre,

Le roi de cœur,

Qui la guidera vers la voie du bonheur,

Qui calmera ses frayeurs,

comme ses plus grosses peurs…

Elle se battra, chaque jour,

Pour échapper à son passé triste et lourd,

Elle se battra chaque jour,

Pour montrer ses tripes, sans long discours…

Elle aura besoin de quelques autres repères,

Qui sauront l’adopter pour son simple caractère.

Elle ne pourra jamais les oublier,

Même si elle connait déjà des regrets,

De ne pas avoir sû leur parler,

Régulièrement, en toute normale amitié.

Elle se battra, chaque jour,

Pour échapper à son passé triste et lourd,

Elle se battra chaque jour,

Pour montrer ses tripes, sans long discours…

Ne pas pouvoir dire son secret,

Alors qu’elle n’a jamais rien renié,

Ce qui en fait d’ailleurs sa fierté,

Difficile à accepter…

Elle pense alors faire preuve de maturité,

« Ce n’est pas beau d’écouter ses impulsivités… »

Elle finit toujours par se faire remarquer…

Pourquoi ne pas tout simplement lui dire ?

Mais, elle reste tellement bête devant son sourire…

Elle ne connaît pas grand-chose de cet homme qui l’attire…

Elle en a maintenant la preuve, et cela persiste,

Les amours impossibles existent,

Ce qui la rend bien triste…

Sans parler de l’amour à sens unique,

Celui qui fait mal et qui pique…

Et qui rend bien nostalgique…

Elle veut arrêter de l’écouter, comme de le lire,

Cela la fait trop souffrir,

Sa relation n’est...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant