//img.uscri.be/pth/2f47d2563266940dd5fe24cbf5d98fda158fe7f8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Vade Retro Satanas !

De
114 pages
Formule lapidaire jetée par le Christ à Satan qui tentait de le tourmenter !!! Marie-Madeleine est une jeune fille d’une grande beauté. Elle a vu mourir ses parents de manière cruelle puisque son père, meurtrier, a été brûlé vif par une Église chrétienne fanatique. Échouant dans un village sinistre et maudit elle y rencontrera, dans une église, l’amour de sa vie mais, comme les voies du Seigneur sont impénétrables, son histoire se terminera dans le dogme d’une Trinité qui la hissera dans un panthéon qu’elle n’aurait jamais suspecté… L’histoire est habile autant que les énigmes qui la composent et qui la jonchent tout au long de la lecture. L’auteur, à l’instar des grands polémistes du XIIIème siècle, tente de pénétrer le domaine étrange de la Sainte Trinité chrétienne.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

VADE RETRO
SATANAS !
Bagdad S. MAATA
VADE RETRO
SATANAS !
















Le Manuscrit
www.manuscrit.com














Le Manuscrit.com
5bis, rue de l’Asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com
ISBN : 2-7481-3571-7 (fichier numérique)
ISBN : 2-7481-3570-9 (livre imprimé) VADE RETRO SATANAS !
8Bagdad S. MAATA


BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR


Bagdad S. MAATA
est né le 23 avril 1948 à
0ran, deuxième grande ville
à l'ouest de l'Algérie.
Médecin Echographiste de
profession, il s’installera à
Saida, dans le sud ouest
algérien.
Il y mènera, avec son
épouse, une vie de
combattant pour la justice,
la dignité, l’égalité et les Droits de l’Homme dont il
créera la Ligue avec Belkheira Said, son ami.
Il publiera localement une série de travaux qui
lui vaudront les félicitations de l’Organisation
Mondiale de la Santé.
Par sa farouche détermination, il créera
l’Université de Saida.
L'auteur amorcera successivement une
carrière en santé publique (Directeur
départemental promu à l’Institut national de santé
publique) puis en politique.
Un remarquable et peu commun talent
d'organisateur mêlé à une forte personnalité et à une
volonté ferme le mèneront jusqu'à la députation que
compromettra singulièrement son caractère frondeur
et avide de justice. Déçu, il quittera Saida pour
9VADE RETRO SATANAS !
retourner dans sa ville natale.
Mais le terrorisme point déjà à l'horizon.
Pacifiste convaincu et militant, il ne supportera
pas la lutte fratricide.
Il quittera alors l'Algérie, ce pays qu'il aime tant
et pour lequel toute sa famille s'est battue.
Il vit en France, aujourd'hui avec son épouse et
ses cinq enfants.

















10Bagdad S. MAATA

CHAPITRE I


Les ombres froides, impénétrables,
mystérieuses… celles qui paraissent éminemment
méphistophéliques, commençai-ent à se propager
subrepticement mais de manière inexorable. C’était
comme si elles re -poussaient avec véhémence les
quelques vestiges de lumière qui tentaient une
misérable et peu convaincante résistance. Elles
essayaient d’envelopper de leur noir et misérable
suaire, sans partage à croire qu’elles souhaitaient
s’éterniser, cette contrée insidieuse, à peine visible,
qui malgré elle n’offrait aucune opposition aux
obscurcissements et qui paraissait dès lors et comme
par une magie surnaturelle, un enchantement
maléfique, engloutie par le temps et l’espace, mais
surtout éloignée de toute dimension humaine.

La longue et triste nuit de fin d’hiver était donc
tombée depuis quelques longs instants sur ce village
de l’arrière et profond pays qui se trouvait être un trou
perdu paraissant au bout du monde et par tant, oublié
par Dieu et par les hommes.
Non par le Malin !

Comme dans tous les petits villages des toutes
petites régions de tous les petits pays du monde, tous
les habitants se connaissaient parfaitement bien. S’ils
ne se voyaient par amour ou par amitié, ils étaient
néanmoins obligés de le faire par nécessité, le matin
d’abord en allant aux champs accomplir leurs durs et
11