Verrès, les perversions du pouvoir

De
Publié par

Nommé gouverneur de Sicile en 73 avant J.-C., Verrès transforme cette province de Rome en un Etat criminel. Pendant trois ans, il impose sa loi qui n'en respecte aucune.
Pour s'enrichir, il ne recule devant rien : des contributions illégales mais aussi le vol et le meurtre. L'un de ses procédés favoris est de susciter de fausses accusations et menacer de procès des innocents dont le seul recours pour échapper à un jugement inique, à la torture et à la mort est le versement d'une rançon.
Féru d'art, il pille sans vergogne aussi bien les lieux publics que les demeures privées. Amateur de jolies femmes, il les sélectionne, menace celles qui résistent, contraint les maris à la complaisance, enlève, viole.
Sa charge prenant fin, Verrès doit rentrer à Rome où les plaintes des Siciliens affluent. Un jeune et déjà célèbre avocat revendique le droit de soutenir l'accusation et, pour cela, d'aller enquêter en Sicile. On lui accorde 110 jours. Commence alors, en un rythme précipité, une lutte impitoyable où Verrès va s'efforcer d'éliminer celui qui, désormais, est acharné à sa perte : le talentueux, l'incorruptible, Cicéron.
Publié le : mercredi 9 mai 2007
Lecture(s) : 19
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709631358
Nombre de pages : 383
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Nommé gouverneur de Sicile en 73 avant J.-C., Verrès transforme cette province de Rome en un Etat criminel. Pendant trois ans, il impose sa loi qui n'en respecte aucune.
Pour s'enrichir, il ne recule devant rien : des contributions illégales mais aussi le vol et le meurtre. L'un de ses procédés favoris est de susciter de fausses accusations et menacer de procès des innocents dont le seul recours pour échapper à un jugement inique, à la torture et à la mort est le versement d'une rançon.
Féru d'art, il pille sans vergogne aussi bien les lieux publics que les demeures privées. Amateur de jolies femmes, il les sélectionne, menace celles qui résistent, contraint les maris à la complaisance, enlève, viole.
Sa charge prenant fin, Verrès doit rentrer à Rome où les plaintes des Siciliens affluent. Un jeune et déjà célèbre avocat revendique le droit de soutenir l'accusation et, pour cela, d'aller enquêter en Sicile. On lui accorde 110 jours. Commence alors, en un rythme précipité, une lutte impitoyable où Verrès va s'efforcer d'éliminer celui qui, désormais, est acharné à sa perte : le talentueux, l'incorruptible, Cicéron.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant