Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Version originale

De
336 pages

Dans le climat xénophobe des années cinquante, j’ai 
décidé – de retour en France – de ne jamais raconter mon 
passé, et notamment ces années roumaines qui ont coïncidé 
avec le triomphe d’un régime communiste qui fascinait à
 l’époque nos intellectuels. Les uns n’aimaient guère les gens 
venus d’ailleurs, tandis que les autres n’acceptaient pas qu’on
 ait pu quitter ce nouveau modèle de société décrété idyllique. 
J’avais par conséquent décidé de me taire et de refuser 
une image et une mentalité d’étranger. Mon objectif était de

ressembler aux millions de Dupont qui m’entouraient sans
 proclamer ma différence, ni croire naïvement que ma mission 
consistait à changer la société ou encore à bouleverser les 
moeurs. »

Henry Chapier éditorialiste polémique du journal Combat 
et critique de cinéma virulent des années 60, rejoint en 1974 
le Quotidien de Paris de Philippe Tesson et devient rédacteuren-
 chef des pages « Culture ». Dans les années 80, il est l’un 
des rédacteurs-en-chef du journal télévisé « Soir 3 » avant de 
créer « le Divan d’Henry Chapier » devenu depuis une émission 
culte. Aujourd’hui Président de la Maison Européenne 
de la Photographie et chroniqueur Culture et Cinéma sur 
Radio Nova, il décide de revenir sur son parcours.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Dans le climat xénophobe des années cinquante, j’ai 
décidé – de retour en France – de ne jamais raconter mon 
passé, et notamment ces années roumaines qui ont coïncidé 
avec le triomphe d’un régime communiste qui fascinait à
 l’époque nos intellectuels. Les uns n’aimaient guère les gens 
venus d’ailleurs, tandis que les autres n’acceptaient pas qu’on
 ait pu quitter ce nouveau modèle de société décrété idyllique. 
J’avais par conséquent décidé de me taire et de refuser 
une image et une mentalité d’étranger. Mon objectif était de
ressembler aux millions de Dupont qui m’entouraient sans
 proclamer ma différence, ni croire naïvement que ma mission 
consistait à changer la société ou encore à bouleverser les 
moeurs. »
Henry Chapier éditorialiste polémique du journal Combat 
et critique de cinéma virulent des années 60, rejoint en 1974 
le Quotidien de Paris de Philippe Tesson et devient rédacteuren-
 chef des pages « Culture ». Dans les années 80, il est l’un 
des rédacteurs-en-chef du journal télévisé « Soir 3 » avant de 
créer « le Divan d’Henry Chapier » devenu depuis une émission 
culte. Aujourd’hui Président de la Maison Européenne 
de la Photographie et chroniqueur Culture et Cinéma sur 
Radio Nova, il décide de revenir sur son parcours.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin