Vie et mort de Marco Pantani

De
Publié par

Le 14 février 2004, Marco Pantani est retrouvé mort, d’une overdose, dans la Résidence La Rose à Rimini. L’enquête révèle qu’il a vécu seul, les derniers jours de sa vie, et qu’avant de mourir, il a mangé de la cocaïne puis détruit sa chambre dans un accès de paranoïa. Le jour de ses funérailles, les journaux reproduisent le portrait d’un ancien champion dépressif, toxicomane et dépravé. Chargé du dossier, le juge Paolo Gengarelli écarte d’emblée la piste du suicide et de l’homicide. L’instruction est bouclée en moins de deux mois. L’enquête, pourtant, ménage des zones d’ombres. Le désordre de la pièce suggère qu’il s’est probablement défendu contre un agresseur. Pantani d’ailleurs, avait réclamé de l’aide par téléphone à la réceptionnniste parce que des gens « le dérangeaient », et son cadavre présentait des traces noirâtres sur la nuque, des excroissances de chair, pareilles à des onglets, laissant penser qu’on l’avait contraint à avaler de la cocaïne. Enfin, ceux qui l’avaient croisé, dans les derniers instants de sa vie, les employés de l’hôtel, ses voisins de palier, se souvenaient d’un homme affable, plutôt calme et courtois, en contradiction avec ce personnage égaré, bouffi de solitude, décrit par la police. Pour tenter de résoudre le mystère de sa mort, l’auteur mène une contre-enquête, obsessionnelle et minutieuse. Il se remet dans les pas de Pantani. A Rimini dans le bureau du juge. A Bologne au procès de ses dealers. A Cesenatico, dans sa ville natale, une station balnéaire de la Riviera Adriatique, la « riviera delle sballo » théâtre de tous les vices, mais aussi auprès de ceux qui l’ont connu, ses parents, ses proches, ses amis d’enfance, sans jamais trahir le sujet de sa quête : Marco Pantani lui-même. L’homme autant que le personnage. Le champion au-delà de sa légende. En allant toujours, au plus près de la vérité. Avec à la clé, cette question subsidiaire : et si tout s’était noué le 5 juin 1999 à Madonna di Campiglio, quand on l’a banni du Tour d’Italie au terme d’un contrôle anti dopage ?
Publié le : mercredi 24 octobre 2007
Lecture(s) : 52
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246675297
Nombre de pages : 267
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le 14 février 2004, Marco Pantani est retrouvé mort, d’une overdose, dans la Résidence La Rose à Rimini. L’enquête révèle qu’il a vécu seul, les derniers jours de sa vie, et qu’avant de mourir, il a mangé de la cocaïne puis détruit sa chambre dans un accès de paranoïa. Le jour de ses funérailles, les journaux reproduisent le portrait d’un ancien champion dépressif, toxicomane et dépravé. Chargé du dossier, le juge Paolo Gengarelli écarte d’emblée la piste du suicide et de l’homicide. L’instruction est bouclée en moins de deux mois. L’enquête, pourtant, ménage des zones d’ombres. Le désordre de la pièce suggère qu’il s’est probablement défendu contre un agresseur. Pantani d’ailleurs, avait réclamé de l’aide par téléphone à la réceptionnniste parce que des gens « le dérangeaient », et son cadavre présentait des traces noirâtres sur la nuque, des excroissances de chair, pareilles à des onglets, laissant penser qu’on l’avait contraint à avaler de la cocaïne. Enfin, ceux qui l’avaient croisé, dans les derniers instants de sa vie, les employés de l’hôtel, ses voisins de palier, se souvenaient d’un homme affable, plutôt calme et courtois, en contradiction avec ce personnage égaré, bouffi de solitude, décrit par la police. Pour tenter de résoudre le mystère de sa mort, l’auteur mène une contre-enquête, obsessionnelle et minutieuse. Il se remet dans les pas de Pantani. A Rimini dans le bureau du juge. A Bologne au procès de ses dealers. A Cesenatico, dans sa ville natale, une station balnéaire de la Riviera Adriatique, la « riviera delle sballo » théâtre de tous les vices, mais aussi auprès de ceux qui l’ont connu, ses parents, ses proches, ses amis d’enfance, sans jamais trahir le sujet de sa quête : Marco Pantani lui-même. L’homme autant que le personnage. Le champion au-delà de sa légende. En allant toujours, au plus près de la vérité. Avec à la clé, cette question subsidiaire : et si tout s’était noué le 5 juin 1999 à Madonna di Campiglio, quand on l’a banni du Tour d’Italie au terme d’un contrôle anti dopage ?
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le fauteuil hanté

de le-nouvel-observateur

La Religion Spirite

de bnf-collection-ebooks

Le procès-verbal

de fichesdelecture