Vies parallèles

De
Publié par

« Vies parallèles vous emporte à travers plusieurs destins croisés de couples ou d’amoureux, posant la question de l’amour, de l’engagement, du couple et de la routine à laquelle personne n’échappe. Des héros qui pourraient être vous, votre voisin ou moi, des personnages tout simplement humains mais toujours attachants. Tromperies, espoirs déçus, jeunesse perdue ou retrouvée, la vie suit son cours à travers Pierre, Marine, Léon, Nina, Liza et Lorenzo. Que cherchent-ils, tous ? L’immortalité ? L’amour éternel ? Découvrez cette histoire psychologique, le coeur grand ouvert. »

MARJORIE LOUP


Publié le : mardi 1 janvier 2013
Lecture(s) : 8
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782954517827
Nombre de pages : 174
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L’amour est comme une rose délicate, au parfum enivrant. Deux êtres qui s’aiment, c’est une histoire qui naît de multiples manières. Unique à chaque fois. Imprévue et mystérieuse. Elle peut aussi se construire sur le passé, sur des dé-combres, sur des ruines ou un terrain vierge. Mais toujours inattendue. Et toujours belle, du moins au début. Il y a aussi l’amour qui va et qui vient, qui passe, qui revient ou encore qui reste stagnant. Une mare croupissante de vieux souvenirs, de désirs éteints et d’échecs cuisants. Beaucoup d’histoires sont très émouvantes, certaines déchirantes, d’autres qui nous amènent à réfléchir. Et puis de très rares qui sont très réussies. Qui sont l’Amour avec un grand A. De cet amour qui dure, comme on dit, toujours, sans que l’on sache vraiment le secret de cette longévité. Il y a celles qui sont banales, aboutissement de la routine. Cet ouvrage raconte quelques histoires de couples, inspi-rées un peu de réalités qui s’entremêlent, beaucoup enjoli-vées par la fantaisie qui anime l’auteure.
5
Une histoire qui peut être la vôtre, la mienne, celle de tout le monde. Nous connaissons tous, à un moment ou un autre, cette fatigue de la relation, comme Marine et Pierre, comme les autres couples dépeints dans le présent ouvrage, ces amoureux qui se lassent de leur relation mais qui continuent toujours à vivre ensemble, en dépit de ce qui leur arrive. Ils ne sont pas les seuls dans ce cas. Un sondage révèle que soixante-quinze pour cent des couples sont dans une situation semblable.
MarineetPierre
Chacun fait sa vie, tout en restant côte à côte, ainsi per-sonne ne sait vraiment ce qui se passe à l’intérieur de leur ménage. Ils font bonne figure devant leurs enfants, un couple parfait aux yeux des voisins. Ils ont réussi leur vie. Une façade fleurie, aux murs lisses et au toit avec de belles tuiles brillantes. Pourtant, les fissures sont là, encore imperceptibles sous la vigne vierge qu’ils ont plantée, et au quotidien le manque s’installe. Un manque confus, flou, mais palpable, envahis-sant. Marine est mariée depuis plus de quinze ans avec Pierre. Issus les deux de bonne famille et de grandes écoles, au moment de leur rencontre, tout était beau, la lumière brillait partout, ils voyaient la vie en rose comme on dit. Rien ne leur manquait. Ils étaient beaux, jeunes et intelligents, et ils s’aimaient pour l’éternité. Leur amour était comme une fleur de printemps. Un couple très heureux et à l’avenir pro-metteur. Ils ont eu deux enfants, qui sont à ce jour à la fac. Après quelques années de joies, de partage, la routine s’installe. Marine se lasse de leur relation, n’éprouve plus les
7
mêmes besoins sur le plan charnel. Tout semble acquis, et puis la résolution des problèmes du quotidien tue le feu de la nouveauté et puis soudain, le désir de l’autre s’émousse. La lumière ternit et Marine n’a plus envie de donner son corps. Pierre de son côté ressent cette baisse d’animation dans leur vie de couple et il fait de son mieux, en travaillant dur tous les jours, pour ramener ce dont ils ont besoin à la maison. Il essaie de satisfaire son épouse mais dans tout ça, la balance des efforts n’est pas équilibrée et il n’arrive plus à cerner les besoins de Marine. Fatigué de tout ça, un jour Pierre, de plus en plus pré-occupé, commence à fréquenter un site de rencontre sur Internet. Il y a tout ce qu’on veut sur le net, c’est une for-midable fenêtre technologique ouverte sur le monde et toutes ses possibilités. Il a commencé par s’amuser sur les « tchat », et a continué en s’inscrivant sur des sites pour adultes. Hasard ou volonté, il tombe sur les annonces des courtisanes. Pierre a téléphoné et a cédé à la tentation, en dépit de ses principes moraux. Passer à l’acte a été une étape un peu difficile, presque une souffrance, téléphone et prise de rendez-vous. Sans trop penser à ce qu’il était en train de faire, timidement il a payé la jeune femme et fait ce qu’il avait à faire, avant de rentrer chez lui, rempli de culpabilité. Quelques semaines plus tard, à la lecture d’une petite annonce sur un journal, sans l’avoir programmé, comme une pulsion, il recommence. Téléphone et rebelote… Et l’exception devient habitude, une routine pour satisfaire ses besoins sexuels, soudain dévorants. Pierre vit des expé-riences nouvelles et déchaînées et cela lui donne un plaisir différent de celui que lui apporte son épouse. Des étreintes sauvages, des frissons dont il devient friand. Pour lui le sexe
8
et les sentiments sont deux choses différentes. C’est d’ail-leurs pour ça qu’il se culpabilise de moins en moins. Et le paradoxe d’adorer ces moments alors qu’il aime encore profondément sa femme, qu’il est véritablement attaché à ses enfants, il s’y accoutume. Parce que si Marine savait qu’il a des aventures avec des prostituées, même de luxe, elle le quitterait sur le champ, et pour rien au monde il ne voudrait perdre, ni briser sa famille. La vérité lui éclate à la figure par moments, effrayante car il se rend bien compte que quelque chose ne tourne pas rond dans leur vie et que c’est compliqué. Mais pour le moment il s’accommode de la situation et il agit avec une discrétion absolue. Pour se justifier à ses yeux, il se dit qu’après tout il ne fait rien de mal, qu’il n’est pas le premier ni le dernier à payer pour une telle prestation. Ces femmes sont là pour que des couples ne se défassent pas, pour remplir les désirs défaillants. Leur rôle est utile. Et puis elles travaillent, c’est un service qu’elles rendent. C’est ainsi que Pierre se donne bonne conscience du mieux qu’il peut. Marine quant à elle travaille en tant que directrice d’une entreprise de déco, et le soir elle prépare le repas. Heureu-sement pour elle, le ménage est déjà fait par leur aide à do-micile. Un quotidien de toutes les femmes, adouci grâce à ce petit privilège, le loisir de pouvoir s’offrir une femme de ménage et donc plus de temps à soi. Chaque soir, un même rituel unit le couple : une fois Pierre rentré du boulot, tous deux mettent la table, puis il prend sa douche, et ils s’installent pour le dîner, chacun sa place attitrée, immuable. Tout est calme, aseptisé, ils échangent banalement sur leur journée respective.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi