Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 7,90 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

20 000 lieues sous le WEB
Pascal Villaret
20 000 lieues sous le WEB
POÉSIE
© manuscrit.com, 2001 ISBN: 2-7481-1847-2 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-1846-4 (pour le livre imprimé)
Avertissement de l’éditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. D’éventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de l’ouvrage, le texte en l’état. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de l’Asile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
PARCE QUE JE SUIS UN AUTEUR
J’ai un problème : je suis un auteur je n’arrive pas à dormir parce que je suis un auteur je n’arrive pas à manger parce que je suis un auteur j’arrive à boire du whisky parce que je suis un auteur j’arrive à prendre des somnifères parce que je suis un auteur j’arrive à être solitaire parce que je suis un auteur j’arrive à lire des BD parce que je suis un auteur j’arrive à fumer parce que je suis un auteur j’arrive à rêver parce que je suis un auteur j’arrive à détester les femmes parce qu’elles m’éloignent de ma tranquillité d’auteur j’arrive à me trouver malheureux parce que le mal-heur est parfois plus confortable que le bonheur j’arrive à ne trouver aucun charme à ma bite parce que je suis un auteur j’arrive à être amoureux parce que je suis un auteur j’avoue n’être bon à rien à part écrire j’avoue que ce n’est pas bandant sauf quelquefoismon amour.
7
PAYSAGE INTÉRIEUR
Tu as mis tes pantoufles que va dire ton foyer ? as-tu pensé à demain ? ou l’as-tu encore éloigné ? ton paysage est décomposé tu vois des arbres et des voitures ça suffit à te rassurer par la fenêtre l’air ne fait que passer ça te suffit pour te croire un être tu chantes avec les cigales tu jettes les ballons à l’océan que le vent les emporte ce que tu fais est bien sois insouciante, sois solitaire que la terre t’entoure et qu’elle s’en souvienne que la terre s’entrouvre et que tu y demeures que ta demeure soit ton présent que ton présent appartienne aux enfants et que les adultes restent handicapés.
8
LE PAQUET DE TABAC
Le paquet de tabac colle à mes yeux les maisons d’édition ouvrent le feu la poésie n’a plus d’envie, plus de vœux déchirons les paupières, brûlons les yeux
L’arbre est en colère, le poète un peu dans sa rue l’éternité a pris feu je veux bien vous parler si vous voulez que je vous vole corps biens et bouées
Moi bateau chaviré, je vous attends mon pied est ferme et mon cœur enchaîné à l’abri de vos rites et de vos rangs je connais la vie, elle seule est sacrée.
9
LE SAC À DOS
On vous demande un langage refusez-le parlez franchement fermez les yeux le monde n’en vaut pas la peine le suicide est un bel iceberg dans la blancheur de la mer écarlate la mère est marâtre, le père est victorieux refusez les exigences acceptez la science les avirons battent joyeusement dans l’eau nous arrivons les clichés sont tous bons à prendre mais bon Dieu, refusez d’attendre je préfère Icare ses ailes étaient-elles belles, il a su voler sa chute est un bonheur prouvez-moi le contraire je vous ferai du feu dans l’eau et puis zut passez-moi le sac à dos je veux m’en aller.
10