Virginité

De
Publié par

Dans une campagne perdue, une jeune fille d’un autre temps parle à ses pensées. Elle refuse sa condition, sa mère s’en étonne, ses voisins la montrent du doigt. Quelle diablerie habite donc cette presque encore enfant ? Serait-ce la forêt trop proche qui l’enténèbre, lui prête ses idées noires ? Les arbres en effet se pressent en foule aux issues du village. Aspireraient-ils avec leurs troncs velus à supplanter les hommes ?

Nous sommes à l’ouest, dans le pays des brumes du coeur, l’océan déferle pas si loin. Il en reste du sel dans la bouche, un soupçon d’amertume dans les paroles impardonnables de cette belle Marie Logeais dont chacun se scandalise.

Un vieux siècle va finir et une jeunesse s’apprête roses aux joues à commencer le sien. Notre singulière héroïne, entre mille incertitudes, cherche manifestement la clairière, l’envolée d’un ciel clair. Mais la mousse, hélas, ne recouvre pas que les arbres : celle du lieu commun paralyse aussi toute initiative, engourdit toute chose. Réussira-t-elle à s’en dégager ? S’échapper enfin, exister pour elle seule ? Aimer peut-être ? Elle nous regarde. Ce livre se veut le roman de ses yeux noirs.
Publié le : mercredi 4 avril 2007
Lecture(s) : 21
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213646770
Nombre de pages : 342
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Dans une campagne perdue, une jeune fille d’un autre temps parle à ses pensées. Elle refuse sa condition, sa mère s’en étonne, ses voisins la montrent du doigt. Quelle diablerie habite donc cette presque encore enfant ? Serait-ce la forêt trop proche qui l’enténèbre, lui prête ses idées noires ? Les arbres en effet se pressent en foule aux issues du village. Aspireraient-ils avec leurs troncs velus à supplanter les hommes ?

Nous sommes à l’ouest, dans le pays des brumes du coeur, l’océan déferle pas si loin. Il en reste du sel dans la bouche, un soupçon d’amertume dans les paroles impardonnables de cette belle Marie Logeais dont chacun se scandalise.

Un vieux siècle va finir et une jeunesse s’apprête roses aux joues à commencer le sien. Notre singulière héroïne, entre mille incertitudes, cherche manifestement la clairière, l’envolée d’un ciel clair. Mais la mousse, hélas, ne recouvre pas que les arbres : celle du lieu commun paralyse aussi toute initiative, engourdit toute chose. Réussira-t-elle à s’en dégager ? S’échapper enfin, exister pour elle seule ? Aimer peut-être ? Elle nous regarde. Ce livre se veut le roman de ses yeux noirs.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.