Vive les mouches !

De
Publié par

André Brincourt accomplit son oeuvre par le récit et l’essai. il a publié, chez Grasset, entre autres, Malraux et le malentendu, Messagers de la nuit, Secrètes araignées. Il tient le feuilleton littéraire du Figaro Littéraire et il est le secrétaire général du Prix Renaudot. Le Livre : Avec Internet, nous voici menacés par le Web, par la toile d’araignée qui recouvre le monde et entretient une équivoque assez grave : confondre l’accès au savoir et le savoir lui-même. Si le XXè siècle se caractérise par l’Imposture intellectuelle, n’est-ce pas parce qu’il a permis à l’homme de déléguer sa pensée - hier dans les idéologies, dans « les systèmes clos » - aujourd’hui dans l’Ordinateur qui travaille et pense à sa place ? Nous vivons par délégation, par reflets, moins protégés ou assistés, que prisonniers de la toile d’araignée. A partir de ce constat, André Brincourt entreprend de sauver les mouches, de préserver leur liberté. Bourdonnantes, imprévisibles, pensées volantes, pensées volées. Fugitives ou attachantes, coléreuses ou reconnaissantes - dans la tradition de Valéry ou de Cioran, elles dénoncent le Mal qui, trop souvent, s’est donné le masque du Bien, dénoncent les cages de l’esprit, les dérapages de nos philosophies, les leçons trompeuses de nos technologies, le miroir déformant des médias. Rencontres, lectures, amitiés, révoltes. De Sartre à Giono, de Gide à Pessoa et Gracq, on se frotte les pattes et il arrive que les mouches piquent. Comme dit André Brincourt : « Il faut vrombir pour être honnête. »
Publié le : jeudi 1 avril 1999
Lecture(s) : 48
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246585497
Nombre de pages : 270
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
André Brincourt accomplit son oeuvre par le récit et l’essai. il a publié, chez Grasset, entre autres, Malraux et le malentendu, Messagers de la nuit, Secrètes araignées. Il tient le feuilleton littéraire du Figaro Littéraire et il est le secrétaire général du Prix Renaudot. Le Livre : Avec Internet, nous voici menacés par le Web, par la toile d’araignée qui recouvre le monde et entretient une équivoque assez grave : confondre l’accès au savoir et le savoir lui-même. Si le XXè siècle se caractérise par l’Imposture intellectuelle, n’est-ce pas parce qu’il a permis à l’homme de déléguer sa pensée - hier dans les idéologies, dans « les systèmes clos » - aujourd’hui dans l’Ordinateur qui travaille et pense à sa place ? Nous vivons par délégation, par reflets, moins protégés ou assistés, que prisonniers de la toile d’araignée. A partir de ce constat, André Brincourt entreprend de sauver les mouches, de préserver leur liberté. Bourdonnantes, imprévisibles, pensées volantes, pensées volées. Fugitives ou attachantes, coléreuses ou reconnaissantes - dans la tradition de Valéry ou de Cioran, elles dénoncent le Mal qui, trop souvent, s’est donné le masque du Bien, dénoncent les cages de l’esprit, les dérapages de nos philosophies, les leçons trompeuses de nos technologies, le miroir déformant des médias. Rencontres, lectures, amitiés, révoltes. De Sartre à Giono, de Gide à Pessoa et Gracq, on se frotte les pattes et il arrive que les mouches piquent. Comme dit André Brincourt : « Il faut vrombir pour être honnête. »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.