Vous en avez vraiment assez d'être français ?

De
Publié par

"Vous en avez assez d'être français, vous les régionalistes, les autonomistes, les indépendantistes de Bretagne, du Languedoc, de Corse ou d'ailleurs ? Vous les petits zigotos qui décorez vos bagnoles de Bzh, de croix toulousaine ou de tête de Maure, ou vous les excités qui faites parler la poudre, détruisez les centrales électriques et mettez à sac le château de Versailles, vous voulez vraiment refaire l'Histoire ? Vous qui sollicitez en permanence l'Etat, vous ne voulez plus d'Etat ? Au moment où la langue française se bat pour survivre dans le monde, vous exigez de parler breton ou occitan, idiomes morts ou moribonds ? Vos fesses vous démangent de se poser sur un siège à l'O.N.U. ? Ce sont des postes qu'il vous faut ?

Je comprends qu'on juge la Nation dépassée. J'aime qu'on se sente supranational. Mais pas infra-national. Et je reste fidèle à l'enseignement des instituteurs de mon enfance, héritiers des révolutionnaires de 1789 : La République est une et indivisible.

Publié le : mercredi 7 mars 1979
Lecture(s) : 28
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246074496
Nombre de pages : 190
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
"Vous en avez assez d'être français, vous les régionalistes, les autonomistes, les indépendantistes de Bretagne, du Languedoc, de Corse ou d'ailleurs ? Vous les petits zigotos qui décorez vos bagnoles de Bzh, de croix toulousaine ou de tête de Maure, ou vous les excités qui faites parler la poudre, détruisez les centrales électriques et mettez à sac le château de Versailles, vous voulez vraiment refaire l'Histoire ? Vous qui sollicitez en permanence l'Etat, vous ne voulez plus d'Etat ? Au moment où la langue française se bat pour survivre dans le monde, vous exigez de parler breton ou occitan, idiomes morts ou moribonds ? Vos fesses vous démangent de se poser sur un siège à l'O.N.U. ? Ce sont des postes qu'il vous faut ?

Je comprends qu'on juge la Nation dépassée. J'aime qu'on se sente supranational. Mais pas infra-national. Et je reste fidèle à l'enseignement des instituteurs de mon enfance, héritiers des révolutionnaires de 1789 : La République est une et indivisible.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.