Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

La littérature gourmande

de editions-eyrolles

Gourmandises japonaises

de univers-partages-editions

Gourmandise

de armand-colin

Vous aimerez aussi

suivant
couverture
 

Collection dirigée par Chantal Pelletier

DU MÊME AUTEUR

« Noir »

Noir caméra !, nouvelles, Fayard Noir, 2006

Intimités, nouvelles, Gallimard, Folio 2 euros, 2006

L’Enfer des anges, Fayard Noir, 2005

More is less, Série noire, Gallimard, 2002

Troubles Fêtes, nouvelles, Série noire, Gallimard, 2001

Le Chant du bouc, Série noire, Gallimard, 2000, grand prix du roman noir de Cognac 2001, Folio policier, 2002

Éros et Thalasso, Série noire, Gallimard, 1998, Folio policier, 2006

Lavande tuera, « Le Poulpe », Baleine, 1997

Romans

La Visite, Balland, 2003 ; Folio, 2004

Le Squatt, Le Cherche Midi éditeur, 1996

Le Fils d’Ariane, Manya, 1992

Supermarché rayon bonheur, Manya, 1990

L’Octobre, Jean-Jacques Pauvert, 1976

Poésie

Chercheurs de bleu, Colophon, 2004

Chairs amies, Le Ricochet, 2001

Récits, essais

Et l’amour dans tout ça ?, avec Kriss Grafitti, Balland, 1989

Rigole et tais-toi, avec Martine Boéri, Calmann-Lévy, 1989

Papy-boom, avec Maximilienne Levet, Grasset, 1988

Eddy Mitchell, chansons d’aujourd’hui, Seghers, 1982

Chantal Pelletier

exquis d’écrivains

Voyages en gourmandise

images

Site : http ://chantalpelletier.free.fr

© NiL éditions, Paris, 2007

ISBN 978-2-84111-424-5

1

À Simone et Gabriel Pelletier



images

Sauces

L’enfant s’approche du coquelon encore chaud. La béchamel a attaché et forme une mince croûte ridée collée à la fonte. Armé d’une cuillère, il gratte cette rousseur moelleuse et recueille de longs biscuits crémeux parfumés à la muscade qu’il dévore jusqu’au dernier. Cette vaisselle gourmande est un rituel. Surtout sa récompense.

Il lèche ses doigts, essuie d’un index fureteur les dernières traces blanches et dorées, inspecte minutieusement la casserole, pour constater, désolé, qu’elle est tout à fait propre.



Du repas du dimanche à l’accommodation des restes, la béchamel tenait le rôle principal sur la scène de la cuisine lyonnaise, telle que la pratiquait ma mère dans les années cinquante. Endives, poissons, épinards, pommes de terre, croque-monsieur, moules… la béchamel était mise à toutes les sauces.

Sans doute freinée par le mistral qui l’avait bloquée à hauteur de Valence, l’huile d’olive n’avait pas encore envahi la capitale des Gaules. C’était au temps d’avant la Révolution fomentée par les partisans du régime crétois, et l’épais (mais pas trop) manteau blanc de Sa Majesté Béchamel nappait toute chose.