Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Y’a comme un lézard

De
158 pages
Mila, jeune femme surdouée et dotée de compétences hors du commun, travaille pour l’Agence Spatiale Européenne. Ses passions : la protection animale et la défense de l’environnement. Sa faiblesse : son isolement social provoquant sa perte de contrôle sur les événements.
Mila, Faustine, « Boss », Hadrian et Maxime sont les attachants héros de « Y’a comme un lézard », le sixième livre de Kathy Dorl – avec la participation de Marc Escayrol –, qui brasse de nombreux sujets chauds bouillants sans se donner de grands airs. Entre secrets, trahisons, obstacles, une épreuve, plus terrible encore, s’annonce.
Des rires aux larmes, « Y’a comme un lézard » est un roman où notre monde est présenté avec humour, une pointe de fantastique, mais surtout beaucoup de tendresse… pour la joie de lire.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Y’ACOMME UN LÉZARD…
Kathy Dorl
Avec la participation de
Marc Escayrol
© Éditions Hélène Jacob, 2016. CollectionLittérature sentimentale. Tous droits réservés. ISBN : 978-2-37011-468-6
Merci à Marc Escayrol, le « joueur de mots », auteur deMots et Grumots,de m’avoir rejointe dans cette aventure, avec de savoureuses accroches de chapitres. Kathy Dorl
Face à un problème, si je peux faire quelquechose, inutile de m’inquiéter,si je ne peux rien faire, il n’est pas utile de s’inquiéter. Le dalaï-lama
1
Lézards florissants
À demain, Faustine ! Après un dernier geste à son assistante qui prend la relève, Mila quitte enfin le centre de contrôle. Comme d’habitude, il est tard, près de 22h 30. Elle gagne rapidement son véhicule dans lequel elle s’engouffre en poussantun soupir de soulagement. Ses journées, et souvent ses nuits, sont éreintantes. Mila est chercheuse à l’Agence SpatialeEuropéenne, détachée pour quelques mois à Kourou, en Guyane française. Elle est responsable des opérations de vol du capteur Suzana, qui doit bientôt rejoindre la comète 69 L. Suzana doit analyser la genèse de la planète D30-3, un astre qui se situehors de notre système solaire, avec l’espoir d’y trouver de la vie puisque des traces d’eau y ont été décelées lors d’une précédente mission.L’atterrisseur de Suzana doit se poser sur la surface de l’aérolithe pour analyser la composition de son sol et de sa structure. C’est un moment délicat pour tous les chercheurs du centre qui se relaient jour et nuit afin desuivre l’approche de la sonde:aucune erreur n’est permise. Comprendre le processus de la formation de la planète D30-3, dont la météorite 69L est l’un des vestiges, est un enjeu capital pour l’ASE. L’atterrisseur doit pouvoir réussir à se poser sur 69L, dont la constitution et le comportement sont inconnus. La distance entre la Terre et la comète nécessite que la sonde soit complètement autonome durant les phases critiques. Un réel défi technique et beaucoup de stress pour Mila et toute l’équipe.La recherche de vie extraterrestreest l’enjeu majeur de cette exploration spatiale. Grâce à l’atterrisseur de Suzana, l’analyse et la découverte des indices de cette vie pourront, pour la première fois, se fairein situ. Une grande excitation pour Mila, mais pour le moment, elle a besoin de repos. Soufflant machinalement sur sa mèche rebelle qui lui tombe dans les yeux, elle tourne la clé de contact de la vieille coccinelle Volkswagen décapotable qui toussote puis pétarade bruyamment avant de se calmer. Mila ronchonne: à quand des véhicules propres ! Cette ancestrale voiture que le centre m’a prêtée est trop polluante! Mila vient de fêter ses 30 ans, ses cheveux bruns aux reflets ambrés sont souvent attachés en queue-de-cheval. Trop préoccupée par son travail, elle néglige son côté féminin, c’est plutôt un garçon manqué. Certains diraient qu’elle n’est pas forcément jolie, mais ils se trompent. Mila est
5
charismatique et beaucoup d’hommes sont sensibles à son charme. Mais elle s’en fiche ou ne s’en rend pas compte. La gent masculine n’est pas sa priorité. Elle ne l’a jamais été d’ailleurs, ou si peu. De toute façon,elle n’a jamais trouvé chaussure à son pied. Car si Mila est pétillante, amusante et pleine de contradictions, elle est aussi superbement douée. Les différents tests psychologiqueset de QI ont littéralement explosé alors qu’elle n’était encore qu’une toute petite enfant. Rapidement suivie par une équipe médicale de renommée mondiale, Mila a révélé une intelligence hors du commun, des facultés étonnantes d’intuition et d’anticipation. Elle lit dans les pensées des autres comme dans un livre, elle peut atteindre les tréfonds de leurs secrets les plus intimes rien qu’en les touchant. Elle «voit » également le temps et a des souvenirs ahurissants. En réalité, la jeune femme possède des connexions synaptiques supplémentaires entre certaines régions du cerveau, elle vit le temps comme une construction spatiale. Pas besoin de calendrier pour noter ses rendez-vous : il lui suffit de regarder devant elle pour dire précisément les jours qui lui conviennent. Mila est synesthète. En outre, elle peut mémoriser plus de cent vingt-trois faits différents en liaison avec une certaine période de sa vie, alors qu’une personne ordinaire ne peut se souvenir que de trente-neuf événements seulement. Mila se rappelle par exemple des prénoms et noms de tous les élèves de son école élémentaire. Ces aptitudes exceptionnelles lui ont ouvert les portes des plus grandes facultés scientifiques et c’est à 20ans à peine, bardée de diplômes,que Mila a rejoint l’ASE.Mais Mila est fragile, parfois la surcharge de travail, la pression des calculs et recalculs de trajectoire sont telles qu’elle craque. Et là, bien malgré elle, les tablettes, les stylos et souvent les écrans d’ordinateur se mettent à voler, car Mila estaussi télékinésiste. Les seuls moyensqu’elle a trouvés, pour apaiser ces réactions qu’elle ne contrôle pas toujours, sontde s’adosser contre un arbre pour s’y ressourcer ou d’arrêter de respirer, tout du moins rendre sa respiration la plus calme et régulière possible. Il est reconnu que le moindre changement dans le rythme du souffle a une influence directe sur le système nerveux. En état de veille normale, nous réagissons de façon instinctive à ce que nous expérimentons autour de nous. Par contre, en respiration profonde et maîtrisée, nous ne répondons plus automatiquement aux pensées et impressions. C’est ce que Mila pratique régulièrement: expirer complètement et retenir son souffle lui permet de se calmer rapidement. Parfois, sa respiration peut diminuer et même s’arrêter un moment, pour le plus grand soulagement de ses collègues, habitués à se réfugier sous leur bureau devant Mila alors métamorphosée en vraie tornade. Et gare à celui qui prendrait le risque de lui faire face, il pourrait être le point rouge de la cible du stylo,qu’elle tient fermement,transformé en fléchette pour l’occasion.
6
C’est un peu beaucoup pour une jeune femme, c’est pour cela que peu de personnes sont informées de ses capacités extraordinaires. Seuls son équipe, ses supérieurs hiérarchiques, Boss et sa nouvelle amie, Faustine, sont au courant. Accessoirement le président de la République française. De passage dans le centre, il y a quelques semaines, il est devenu le point rouge de Mila alors qu’il balayait d’un revers de la main le sujet des droits des animaux qu’elle voulait aborder, lui préférant ses compétences scientifiques et un rapport circonstancié sur la trajectoire de la sonde Suzana. Ce qui avait mis Mila hors d’elle.Car Mila adore les bêtes et ce ne sont pas ses deux lézards de Porto Rico qui affirmeront le contraire. XP et DR sont pourris gâtés. Mila les câline comme des animaux de compagnie. Comparés à d’autres races de reptiles, ces lézards savent apprendre, désapprendre et se souvenir pour résoudre des problèmes jamais rencontrés auparavant, favorisant le développement de leurs capacités mentales, ce qui fascine Mila. * * *S’il y a bien quelque chose que l’on peut envier à certains lézards, c’est leur capacité à faire repousser leur queue ! évoque Mila, affalée sur son lit. Dans la moiteur guyanaise, les cheveux encore mouillés d’une douche vivifiante, Mila regarde machinalement les chaînes locales de la télévision tout en grattant le dos de XP qui vient de grimper sur son ventre. Il l’observe d’un œil pendant que l’autre surveille un inconscient moucheron qui s’est posé un peu trop près du reptile,attiré par la fraîcheur des draps. Tu sais que la repousse des parties du corps coupées ou manquantes est le rêve de la médecine régénérative? Et que l’on a découvert que les humains partagent les mêmes gènes que
les lézards à ce niveau-là ? affirme Mila. Mais XP s’en fout, il vient de gober le malheureux moucheron.T’en penses quoi, DR ? Bientôt, on pourra régénérer un membre amputé ! Mais DR n’est pas d’humeur, il est retourné dans son vivarium dès son dîner à base de fruits terminé. C’est le plus soupe au lait des deux.Bon, vaut mieux ne pas faire le lancer de bâton des majorettes avec sa tronçonneuse pour l’instant, conclut Mila, cen’est pas encore au point pour leshumains. Les infos de la nuit déversent leur lot de mauvaises nouvelles. Et voilà que plus de cent djihadistes français sont morts en Syrie, soit près de sept mille emplois de vierges créés, au cours actuel! s’esclaffe Mila. Ah! Maintenant, ils reparlent d’Al Quaïda ! Un groupe de tueurs fanatiques très méchants voulant, depuis des montagnes d’Afghanistan, obliger le monde à appliquer la charia. Ils sont redoutables. Armés de cutters, ils ont été capables de faire s’écrouler trois tours avec deux avions et de rentrer un Boeing par un
7
trou de souris dans le Pentagone. En zappant, l’attention de Mila est attirée par un reportage télévisé sur la novlangue.Le politiquement correct est poussé à l’extrême! affirme un spécialiste du sujet. Mila se rappelle letrop actuel roman d’anticipation1984de George Orwell. Elle se souvient que la langue officielle d’Océania avait pour but d’affaiblir, sinon de détruire, les subtilités et les nuances de langage. Son objectif? Éradiquer l’ancien mode de communicationpour empêcher de réfléchir, abolir le dialogue, faire de la pensée un crime et transformer l’homme en mouton. Le vocabulaire devait se réduire à des mots désignant exclusivement les activités du travail et du quotidien. En observant ce qui se passe aujourd’hui, on est bien obligé de se rendre compte qu’Orwell a bien creusé son sillon, songe Mila.Rien ne va plus dans le monde merveilleux de la langue de Voltaire ! Demain, j’irai volontiers traverser l’eau, en équilibre horizontal, dans un milieu aquatique profond standardisé. En bref, piquer une tête dans la piscine du centre,s’esclaffe nerveusement Mila, qui picore un morceau de mangue bien sucrée et parfumée. Et si je suis à la bourre, je créerai de la vitesse, traduction : je me magnerai les fesses pour ne pas arriver en retard au taf ! Mila continue d’écouter attentivement le journaliste.«Aller de soi et de l’ici vers l’autre et l’ailleurs»quèsaco? Ils ont volé la réplique de Buzz l’éclair dans Toy Story: «vers l’infini et au-delà ? » Dans tous les cas, il y a vraiment de quoi se perdre en chemin ! « Produisons des possibles », continue le spécialiste de la télévision. C’est se lancer dans de nouveaux projets? tente de traduire Mila en grognant. Ajouté à la fatigue de la journée, ce stupidereportage l’agace. Comment ditniveau de connerie-on « phénoménal » en novlangue? s’énerve-t-elle rapidement. L’abruti qui a pondu ce mode de communication n’est-il pas déjà sous camisole chimique ? Ah ! Etpuis j’adore les expressions à la mode,s’écrieMila,qui s’est assise sur son lit sous les regards à moitié endormis de XP et DR.Bio, vert, responsable ! lâche-t-elle en enfournant le dernier morceau de mangue. Précisons qu’il s’agit de produits vendus plus cher et conditionnés dans un emballage depréférence vert : il existe du biocarburant, des changes complets bio et des « voitures vertes », mais ils sont tous responsables! Ouf, nous voilà rassurés. Chercheur d’emploi: anciennement demandeur d’emploi, mais désormais le chercheur ne peut en vouloir qu’à lui-même s’il n’en trouve pas! C’est futé! Un capitaine d’industrie? C’est juste un patron. À noter que les «modernes sont lescapitaines » premiers à quitter le navire en cas de problème tout en s’assurant que ce départ s’accompagne de plantureuses rémunérations ! Sont pas fous non plus !
8
Mila commence à sentir la pression monter. Elle sait qu’il faut qu’elle arrête de regarder des émissions télévisées qui la stressent, elle décide de se rallonger et de respirer profondément, tout en cherchant un sommeil qui ne vient pas. Avec sa zappette, elle change de chaîne. Pas de bol pour ses nerfs, elle tombe sur une potiche qui s’extasie devant la recette d’une omeletteallégée. Allégée? s’écrie Mila, de nouveau assise. Entassées par dix sur une feuille A4, les poules de batterie produisent 90% des œufs de la planète! Ces pauvres gallinacés apprécieraient plutôt d’être « allégés » niveau espace de vie ! Le système de production alimentaire mondial est absurde, inefficace. Il faut brûler trente-neufcalories d’énergies fossiles pour générer une calorie d’œuf! Excédée, Mila remarque que son téléviseur vient de se soulever de quelques centimètres avant de se reposer brutalement sur son socle. Contrairement au poulet, la pétasse de l’omelette allégéedoit adorer se faire embrocher ! fulmine Mila. (Mais elle doit se calmer, sinon elle ne trouvera jamais le sommeil) Respire profondément sinon tu vas faire une connerie ! tente-t-elle de se convaincre. XP, DR, j’éteins! On dort maintenant ! lance-t-elle à ses deux reptiles qui, prudents, se sont déjà réfugiés derrière une grosse pierre de leur vivarium. (Une tornade Mila est si vite arrivée !) Allez, on dort ! réitère Mila en éteignant la télé et la lampe de chevet. La chambre plonge dans la nuit chaude et moite des Tropiques, les grenouilles ont, depuis longtemps, entamé leur chant nocturne qui berce Mila. Le fait que l’étoile de mer ait survécu 650millions d’années alors qu’elle n’a pas de cerveau est une bonne nouvelle pour les cons ! rumine une dernière fois Mila avant de s’enfoncer dans un profond sommeil.
9
2
Carottes ratées
À croire que ça fait des lustres que nous n’avons pas déjeuné ensemble.Pourquoi dis-tu cela ? Je n’avaisjamais remarqué que tu étais végétarienne. Normal, j’ai pris cette décision il y a deux jours. Ah ? Faustine et Mila font leur pause déjeuner dans la cafétéria du centre. Les régimes végétariens ne sont toujours pas proposés au menu et Mila s’est servi une assiette de légumes.Si je comprends bien, y’a aucune alternative à bouffer du cadavre? J’estime avoir droit à un repas équilibré à base de protéines végétales si je le souhaite,s’est plainte Mila auprès du
serveur qui, perplexe, a haussé les épaules d’impuissance en lui suggérant, comme plat de substitution, des haricots verts à la vapeur. Sauf que Mila ne lâche pas aussi facilement l’affaire et ses arguments ont provoqué un léger blocage dans la queue d’impatients, pressés de déjeuner et de retourner au travail. Un grand échalas du service administratif, en voulant accélérer le mouvement, a fait la grave erreur de l’interpeller et lui toucher le bras.Il va la boucler, le neurone ! a aussitôt répliqué Mila. Puis, scrutant son interlocuteur : Ce n’est pas bien de se défouler sur sa femme de ses propres frustrations ! Il remonte à quand son dernier œil au beurre noir qu’elle cache sous des lunettes de soleil? Hein ? Depuis combien de temps elle ne s’est pas pris une branlée? Le type, stupéfait devant la révélation brutale, a blêmi. Et Mila de continuer : Je ne comprends vraiment pas les gens qui sont moches ET antipathiques. Sérieux. À un moment, dans la vie, il faut choisir ! Faustine, habituée aux sautes d’humeur de son amie et à ses avis parfois tranchés,l’a entraînée vers la première table disponible. Tu ne devrais pas utiliser ton don de « lecture » dans ces conditions, gronde Faustine. Quand t’auras visité un centre d’accueil de victimes, crois-moi,t’auras envie d’étrangler
10