À chacun ses Juifs

De
La position du journal Le Devoir à l'endroit de la communauté juive de Montréal et du judaïsme en général représente l'un des enjeux historiographiques les plus discutés de l'histoire juive canadienne. Les travaux rédigés en anglais évoquent souvent Le Devoir comme un exemple patent du repli idéologique et nationaliste du Canada français au cours des années 1930.
Or, aucune étude sérieuse ne semblait jusqu'à aujourd'hui étayer ou réfuter ces thèses. Pierre Anctil s'est donc attaqué à cette question dans ce quatrième ouvrage d'une série d'études consacrées au journal Le Devoir.
Des deux cents éditoriaux consacrés entièrement ou de manière partielle à la présence juive à Montréal, à l'antisémitisme en Allemagne et à la Shoah, soixante ont été retenus et reproduits en entier, en plus d'être commentés. À la lecture de ces textes, on peut percevoir le trouble et la confusion des éditorialistes à l'endroit de la modernité qui s'affirme peu à peu dans le Canada français, en même temps que se dessine un projet de société basé sur de nouvelles formes de solidarité sociale.
Pierre Anctil est professeur titulaire au Département d'histoire de l'Université d'Ottawa, où il enseigne l'histoire canadienne contemporaine. Docteur en anthropologie sociale de la New School for Social Research de New York, ses principaux champs de recherche sont l'histoire de l'immigration au Québec et au Canada et la culture juive de Montréal.
Publié le : samedi 22 novembre 2014
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896648931
Nombre de pages : 452
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
à chacun ses juifs 60 éditoriaux pour comprendre la position 947 duàldedgérafissuJ1910-1
Réunis et commentés par Pierre Anctil
S          
À CHACUN SES JUIFS
dans la même collection
Fais ce que dois, 60 éditoriaux pour comprendreLe Devoirsous Henri Bourassa (1910-1932), réunis et commentés par Pierre Anctil, Sillery, Éditions du Septentrion, 2010, 383 p.
À la hache et au scalpel, 70 éditoriaux pour comprendreLe Devoirsous Gérard Filion (1947-1963), réunis et commentés par Michel Lévesque, Sillery, Éditions du Septentrion, 2010, 448 p.
Soyons nos maîtres, 60 éditoriaux pour comprendreLe Devoirsous Georges Pelletier (1932-1947), réunis et commentés par Pierre Anctil, Sillery, Éditions du Septentrion, 2013, 475 p.
À chacun ses Juifs 60 éditoriaux pour comprendre la position duDevoirà l’égard des Juifs
(1910-1947)
Réunis et commentés par P i e r r e A n c t i l
S e p t e n t r i o n
Pour effectuer une recherche libre par mot-clé à l’intérieur de cet ouvrage, rendez-vous sur notre site Internet au www.septentrion.qc.ca
Les éditions du Septentrion remercient le Conseil des Arts du Canada et la Société de dévelop-pement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour le soutien accordé à leur programme d’édition, ainsi que le gouvernement du Québec pour son Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres. Nous reconnaissons également l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Illustration de la couverture : Des immigrants : Un pur Russe, un pur Juif et un pur Allemand, 1908, photographe John Woodruff, Bibliothèque et Archives Canada, C-009798. Chargée de projet : Sophie Imbeault Révision : Solange Deschênes Mise en pages : Folio Infographie Maquette de couverture : Pierre-Louis Cauchon
Si vous désirez être tenu au courant des publications des ÉDITIONS DU SEPTENTRION vous pouvez nous écrire par courrier, par courriel à sept@septentrion.qc.ca, par télécopieur au 418 527-4978 ou consulter notre catalogue sur Internet : www.septentrion.qc.ca
© Les éditions du Septentrion 1300, av. Maguire Québec (Québec) G1T 1Z3 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014 ISBN papier : 978-2-89448-799-0 ISBN PDF : 978-2-89664-892-4 ISBN PDF : 978-2-89664-893-1
Diffusion au Canada : Diffusion Dimedia 539, boul. Lebeau Saint-Laurent (Québec) H4N 1S2
Ventes en Europe : Distribution du Nouveau Monde 30, rue Gay-Lussac 75005 Paris
À EricWaddell, à la mémoire deVéra
Préface
ne des tâchesles plus pressantes pour les spécialistes U de l’expérience juive au Canada consiste à explorer le phénomène de l’antisémitisme. C’est une démarche semée d’embûches, dont l’une des plus difficiles à surmonter est de reconnaître et de dépasser les nombreuses constructions imagi-naires qui sont apparues autour de ce thème. Cela est particuliè-rement vrai pour ce qui concerne la relation complexe et tendue e qui s’est développée dans la première moitié duxxà siècle Montréal entre Juifs et Canadiens français. Le sujet a donné lieu – et c’est inhabituel dans le domaine des études juives – à des controverses non pas dans des revues savantes, mais sur la place publique, notamment dans les pages éditoriales de quotidiens francophones et anglophones de Montréal. Pierre Anctil a beaucoup fait pour nous faire apprécier cette relation dans toute sa complexité historique. Depuis plusieurs années, il a pris position ouvertement au sein de la vie intellec-tuelle québécoise pour faire valoir de plusieurs manières que la communauté juive est un élément important de l’héritage historique et culturel du Québec contemporain. Pratiquement sans l’aide de personne, il a entrepris de traduire en français le patrimoine littéraire montréalais de langue yiddish, rendant enfin disponibles un certain nombre d’ouvrages issus de cette tradition. Il a de plus écrit une série d’essais et de livres conçus pour faciliter aux lecteurs contemporains l’accès à ce corpus. Les travaux entrepris par Pierre Anctil ont aussi contribué à nous faire comprendre comment la communauté juive a été perçue – à tort ou à raison – par les Canadiens français du
9
e Québec au début duxxIl a d’ailleurs très justement siècle. utilisé l’expression « un rendez-vous manqué » pour donner un sens à cette relation entre les deux communautés. Pour mieux comprendre ce rapport entre Juifs et Canadiens français, il a fait porter son analyse surLe Devoir, un organe de presse qui a exercé une grande influence intellectuelle au sein du Canada francophone pendant plus d’un siècle. En 1988, Pierre Anctil a publié un ouvrage intituléLe Devoir, les Juifs et l’immi-gration, dans lequel il tentait de définir l’attitude du journal face aux Juifs. Sans nier queLe Devoirait développé une perception négative du judaïsme, il a du même coup tenté d’atténuer la réputation peu reluisante que le journal avait mérité à ce sujet, surtout au sein de la communauté juive de Montréal. C’est une interprétation qu’Esther Delisle a critiquée avec force dans son livreLe traître et le Juif, qui condamnait Lionel Groulx etLe Devoirpour leur antisémitisme. L’affaire a valu à Pierre Anctil d’être partie prenante de la controverse qui s’est développée autour de l’antisémitisme au sein de la société canadienne-française et de la position défendue par Esther Delisle. Cette polémique – entre autres retombées – l’a convaincu de cesser de publier directe-ment sur le thème de l’antisémitisme au Québec, et c’est de cette manière qu’il s’est finalement attaché au projet de traduire du yiddish au français une partie de l’héritage culturel des Juifs de Montréal. Quelque vingt ans plus tard, Pierre Anctil se penche à nouveau sur l’attitude duDevoirface aux Juifs. Il avait entrepris ce tour-nant avec la publication en 2010 deFais ce que dois, 60 éditoriaux pour comprendreLe Devoirsous Henri Bourassa (1910-1932),une étude qui traitait de l’évolution du quotidien au moment où il était dirigé par le grand intellectuel et penseur politique, Henri Bourassa. Dans le présent ouvrage, il s’intéresse à la théma-tique juive dansLe Devoir, depuis la fondation du quotidien en 1910 jusqu’au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Considérant l’importance de cette question et la difficulté de la traiter, surtout en regard des polémiques qui ont déjà eu lieu autour de ce sujet en particulier, cette nouvelle interprétation revêt une signification particulière.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.