//img.uscri.be/pth/6bc49738a748d8b43eedaa0694d2b46bd95389ec
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Arsinoé d'Afrique - Tome I

De
306 pages
Je suis Arsinoé d'Afrique, et ceci est ma stèle. Désignée par les dieux pour la divination, j'ai été à Alexandrie d'Égypte l'élève de la Philosophe; instruite au temple de Philae des mystères d'Isis; j'ai appris la philosophie, la géométrie, l'astronomie, la médecine, et les lois divines qui régissent toutes choses et toute vie en l'univers éternel. J'ai d'abord été une jeune femme sans souillure; une servante de la Place de Vérité. Je n'ai pas mangé les nourritures interdites; j'ai lu les présages et guidé les actions des puissants et des humbles. Je fus aimée d'Héraclès, d'Héphaïstos et d'Adonis. J'ai voyagé; trahi mes serments; perdu mon don; enfanté. J'ai connu les joies et les peines de l'amour; le cloître, les lupanars, et les palais d'argent; je fus tour à tour esclave et intime des reines et des rois... À travers le parcours aventureux qu'emprunte la destinée de son héroïne, Bernard Domeyne embrasse de son érudition une des périodes les plus fascinantes de l'histoire, à la croisée de plusieurs civilisations déclinantes et à la veille d'un âge plus sombre. "Arsinoé d'Afrique", par sa dimension humaine, introduit le lecteur dans les arcanes du pouvoir de l'Empire romain, un univers où les affections, les amours et les calculs peuvent changer le cours des événements, avant de l'embarquer pour les terres plus froides et les coutumes plus âpres de l'Europe centrale. En résulte une fresque passionnée, mais également un roman à l'érotisme et à la sensibilité à fleur de peau, servi par une prose souple et élégante, à l'image de son héroïne.
Voir plus Voir moins
           Arsinoé d’Afrique
   
Bernard Domeyne           Arsinoé d’Afrique  Tome I – Civitas christiana                  
P
u
b
l
i
b
o
o
k
 
 
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook :     http://www.publibook.com  
   Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur.      Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55   
   
    C
 IDDN.FR.010.0118347.000.R.P.2013.030.31500 
et ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2013
  
     « Je me disais qu’il était bien vain d’espérer pour Athènes et pour Rome cette éternité qui n’est accordée ni aux hommes ni aux choses, et que les plus sages d’entre nous refusent même aux dieux. Ces formes savantes et compliquées de la vie, ces civilisations bien à l’aise dans leurs raffinements de l’art et du bonheur, cette liberté de l’esprit qui s’informe et qui juge dépendaient de chances innombrables et rares, de conditions presque impossibles à réunir et qu’il ne fallait pas s’attendre à voir durer (…) d’autres hordes viendraient, d’autres faux prophètes (…) la graine d’erreur et de ruine contenue dans le bien même croîtrait monstrueusement au contraire au cours des siècles. Le monde las de nous se chercherait d’autres maîtres ; ce qui nous avait paru sage paraîtrait insipide, abominable ce qui nous avait paru beau. Comme l’initié mithriaque, la race humaine a peut-être besoin du bain de sang et du passage périodique dans la fosse funèbre. Je voyais revenir les codes farouches, les dieux implacables, le despotisme des princes barbares, le monde morcelé en États ennemis (…) Notre époque, dont je connaissais mieux que personne les insuffisances et les tares, serait peut-être un jour considérée, par contraste, comme un des âges d’or de l’humanité. »
Marguerite Yourcenar, Mémoires d’Hadrien
               
 
Première époque. Cité chrétienne