//img.uscri.be/pth/2f7db0718ce5d39c3aea9ca5d7eab862f484c9be
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Burundi et Rwanda : Réconcilier les ethnies

De
300 pages
Le Burundi et le Rwanda sont très connues sur la scène internationale pour être le théâtre de guerres ethniques. Après une analyse critique de la question ethnique dans ces pays, ce livre propose de faire une lecture lucide de l'histoire commune, une visite scientifiquement honnête de la mémoire collective. L'identité est dynamique et plurielle. Pour une culture de paix, la première conquête à faire est l'acceptation de ce préalable.
Voir plus Voir moins
MHJ\S[t KLZ ZJPLUJLZ KL S»tK\JH[PVU KL S»<UP]LYZP[t WVU[PÄJHSL ZHStZPLUUL
Méthode GAHUNGU
BURUNDI ET RWANDA : RÉCONCILIER LES ETHNIES
e Lumières du 2 synode pour l’Afrique
IREA Institut de recherche et d’études africaines
Burundi et Rwanda : réconcilier les ethnies
Collection IREACollection dirigée parDavid Gakunzi
Fournir des cléspermettant de mieux comprendre l'Afrique, son histoire, ses réalités et mutations actuelles, ainsique sagéopolitique, voilà l'ambition de cette collection de l'IREA (Institut de recherche et d'études africaines). La collection -qui réunit aussi bien des essais, des monographiesque des textes littéraires issus des travaux et des débats animés par l'Institut - a pour vocation de faire connaître augrandpublic les travaux d'auteurs confirmés mais également ceux de jeunes talents encore méconnus. Les ouvrages de la collection sont rédigés dans une langue conviviale, vivante et accessible. Dernièresparutions Emmanuel Nguélondélé Mongo,Au service du Congo. Entretien avec Cyriaque Mongo Dzon, Tome 1, 2012. Emmanuel Nguélondélé Mongo,Au service du Congo. Entretien avec Cyriaque Mongo Dzon, Tome 2, 2012. René N’Guettia KOUASSI,Les défis du développement de l’Afrique contemporaine, 2012. Joao Maria Futi,Essai de morphologie lexicale du Cisuundi du Cabinda (Angola), 2012. Philippe Duval,Côte d’Ivoire.Chroniques de guerre 2002-2011, 2012. Brian Tourré,De la « Francafrique » à la « Chinafrique », 2012. Théophile Obenga,: la seuleL’État fédéral d’Afrique noire issue,2012. Jean-David N’Da,Le nouvel ordre ivoirien, 2012. Roger Gballou,Côte d’Ivoire : souveraineté bafouée, 2011. Calixte Baniafouna,La démocratie de l’ONU en Côte d’Ivoire, 2011. Calixte Baniafouna,Ceque France veut Afrique veut : le cas de la Côte d’Ivoire, 2011.
Méthode GAHUNGU Burundi et Rwanda : réconcilier les ethnies
e Lumières du 2 synode pour l’Afrique
Livres du même auteur
GAHUNGU M. – GAMBINO V.,Formare i presbiteri. Principi e linee di metodologia pedagogica, Roma, LAS, 2003. GAHUNGU M.,Le sfide dell’inculturazione in Africa. Riflessione alla luce del Sinodo speciale del 1994, Roma, LAS, 2007. GAHUNGU M.,Inculturare la vita consacrata in Africa. Problemi e prospettive, Roma, LAS, 2007. GAHUNGU M.,: Rôle des Pères BlancsFormer les prêtres en Afrique , Paris, L’Harmattan, 2007.GAHUNGU M.,La formation dans les séminaires en Afrique : Pédagogie des Pères Blancs, Paris, L’Harmattan, 2008. GAHUNGU M.,Formazione permanente dei presbiteri.Ravviva il dono di Dio che è in te (2 Tm 1,6), Roma, LAS, 2008. Illustration de couverture : deux colombes, signes de paix. Photographie réalisée sur une carte postale du Burundi, fabriquée à la main avec des feuilles de banane.
© L'Harmattan, 20135-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-99769-1 EAN : 9782296997691
INTRODUCTION GÉNÉRALE
La réflexion que nous proposons ici naît dans le cadre académique de l’Universse trouve à Rome. Plusieurs thèsesité Pontificale Salésienne qui d’étude élaborées et soutenues par des étudiants originaires du Burundi et du Rwanda en conclusion des cycles académiques veulent absolument inclure d’une manière ou d’une autrela question du dia-le problème ethnique et logue entre les ethniesdans les réflexions qu’elles proposent. Toutefois, on se rend malheureusement compte que chacun pense et spécule dans le cadre de son ethnie d’appartenance qu’il veut soutenir dans ses choix politiques et économiques, d’une manière ouverte ou raffinée et habile.Plusieurs travaux de recherche proposent une voie de la réconciliation étrange influencée par un courant politique qui rêve de rétablir l’ordre traditination, unonnel (une roi), alors que la mentalité de l’ère de l’électronique devrait suggérer plutôt la lutte pour l’épanouissement de tout citoyen dans ces deux pays.La préparation du deuxième synode spécial des évêques pour l’Afrique célébré au Vatican en octobre 2009, a été l’occasion de recueillir dans toutes les Églises africaines des idées et des réflexions sur le thème de la réconci-1 liation, de la justice et de la paix. Les textes en préparation à cette rencontre
1 Après l’année 2000, plusieurs t extes publiés par les principales revues du monde universit aire et int el-lect uel africain préparent déjà cette grande assemblée synodale. Voir par exemple : SYMP OSIUM DES CONFÉRENCES ÉP ISCOP ALES D’AFRIQUE ETDE MADAGASCAR (SCEAM),Cristo nostra pace, in « Il Regno-Documenti » 47 (2002), p. 96-109 ; IDEM,L’Église-Famille de Dieu : lieu et sacrement de pardon, de réconciliation et de paix en Afrique. « Christ est notre paix » (Eph 2, 14), in « Documentation Cat holique » 84 (2002), p. 64-86 ;AMECEA,with a Church under persecutionIn solidarity , in : ht t p/ www-ION DES CONFÉRENCES ÉP amecea.org/news18.htm; ASSOCIAT ISCOP ALES D’AFRIQUE CENT RALE,Contribution de l’Église Catholique au processus de paix dans la sous-région des Grands Lacs, in « Dialogue » 34 (2002), p. 39 -48 ; P h. BEGHELA - P. BEGHELA,Une expérience d’éducation à la paix: l’Église m ennonite dans la région des Grands LacsMissionnaires » 43erspect ives , in « P (2002), p. 41-46 ;Z. BÉRÉ,La charte africaine des droits de l’homm e et des peuples. Quels défis pour l’Église en Afrique?, in « Revue de l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest-» 20 (2004), p. 153 169 ;M. BLEOU,Conflits, guerre et droits de la personne, in «Revue de l’Universit é Catholique de l’Afrique de l’Ouest » 18 (2003), p. 89-92 ;R. DE HAES,Justice et développement communautaire dans la pensée et l’œuvre du Cardinal Malula.H. DOLAMO,-52 ; R.T , in « T elema » 97 (1999), p. 41 Reconciliation and economic justice in South Africa : the role of the Church and th eology, in « Verbum et Ecclesia » 22 (2002) 2, p. 292-299 ; E. GRASSO,Globalizzazione chiama Africa. Le sfide del vangelo, Bologna, EMI, 2003 ;IDEM,Una sfidaGlobalizzazione, Emarginalizzazione, Nuova Evangelizzazione. per la Chiesa in Africa, in « Omnis T erra » 22 (2004) 79, p. 82 -89 ; J. KABANGU,Les fondem ents théologiques des droits hum ains selon le SCEAM, in « Revue Africaine des Sciences de la Mission » 5(1996), p. 69-79 ; KAZADI T SHIKOLO,D’une com m unauté de la dîm eà une Église de la justice sociale, in « T elema » 110-111 (2002), p. 83-90 ;A. KOLIÉ CÉCÉ,Gestion des conflits et culture de la paix, in « Revue de l’Université Cat holique de l’Afrique de l’Ouest-83 ;» 18 (2003), p. 67 MANSARE DEMBA,La faim en Afriquen’est pas une fatalité, in «Pentecôte d’Afrique » 10 (2000) 41, p. 65-77 ; E.
de haut niveau révèlent que plusieurs pays africains semblent dépourvus d’unensemble d’accords mutuels qui régissent la coexistence pacifique entre les différents groupes ethniques ou les diverses communautés humaines en présence. Il faut voir en particulier ce que lesLineamentaetl’Instrumentum laborisécrivent,mais aussi l’exhortation apostoliqueAfricae Munusdu pape Benoît XVI qui tire les conclusions de cette assemblée synodale. Par ailleurs, comme on va le voir plus en profondeur tout au long de cette investigation et réflexion, les partis politiques usent l’élément ethnique et régional pour gagner beaucoup d’adhérents et préparer la voie à la conquête du pouvoir.À la base du projet politique des partis, il n’y ala promotion de pas tous les citoyens et un projet de vivre ensemble dans la paix et de faire collaborer tout le monde pour le développement national. Ainsi voit-on se manifester tous les abus : de la mauvaise gouvernance des dirigeants à la perte du sens de l’État et des principes démocratiques ; de la corruption au pillage à tous les niveaux de gestion de l’Édu gaspillage des fondstat ; publics à l’incompétence grave et au manque total de culture politique. Le parti vainqueur des élections et donc au pouvoir,tend à s’identifier à l’État. Certains chefs et dirigeants opposent des réponses belliqueuses à celui qui leur demande de rendre compte de leur gestion à la nation. Ainsi arrive-t-on 2 à des atrocitésde l’armée et des services paramilitaires, et à l’impunité. L’occasion de ce synode s’annonce donc favorable pour faire des pro-positionsd’éducationde formation, qui se basent sur la connaissance et et l’acceptation de l’histoire de ces deux nations. Ifaut pas continuer à lal ne cacher au monde à travers des systèmesd’organisationsubtils et menson-gers. La réconciliation exige la vérité sur l’histoire des peuples, appelés à connaître et à reconnaître ensemble les erreurs du passé, les systèmes désuets et les mentalités politiques obsolètes dans lesquels ils ont vécu, pour ne plus continuer à les présenter au monde postmoderne assoiffé de démocratie et de liberté, de respect mutuel et de dialogue interculturel fécond. Cette réflexion est donc proposée à tout le monde : aux étudiants pour l’approfondissement de la recherche scientifique en ce domaine, à toutes les personnes de bonne volontédésireuses d’offrir leur contribution pour une
M’BOKOLO,L’évolution démocratique de l’Afrique des Conférences nationales et le rôle des Églises, in « Revue Africaine des Sciences de la Mission » 2 (1995), p. 51-94 ;R. MINANI BIHUZO,Construire la paix, une tâche pour l’Église d’Afrique, in « Telema » 3 (2000), p. 31 -42 ;NZUZI BIBAKI,Mission, justice et paix. Spiritualité et recherche de la paix, in « Revue Africaine des Sciences de la Mission » 1 (1994), p. 431-448 ;J. SOBRINO,La “m Universalisation de la solidarité et de l’espérance. arche pour la paix”, But embo, Congo, 24 février - 4 mai 2001, in « Concilium » 293 (2001), p. 135 -141 ;N. SOÉDÉ YAOVI,es actuellesNature et gestion des crises africaines : de la tradition aux pratiqu , in « Revue de l’Universit é Cat holique de l’Afrique de l’Ouest » 17 (2003), p. 47-65. 2 Cf. DEUXIÈME SYNODE DES EVEQUES P OUR L’AFRIQUE,Instrumentum laboris, n° 23 et 50, in ht t p://www.vat ican.va/roman_curia/s ynod/document s/rc_synod_ doc_2009 0319_inst rla...
6
paix durable dans ces pays, mais surtout aussi aux dirigeants politiques et aux pasteurs, appelés à utiliser tout le pouvoir et les compétences qu’ils ont pour construire un monde de paix. Qui aime vraiment les peuples de ces deux pays sent le besoin d’œuvrer pour éloigner tout ce qui peut aller dans le sens de la discrimination et du mensonge. Seuls les ennemis de ces peuples qui veulent les condamner à une destruction totale, optent pour une politique ségrégationniste de séparation entre les groupes ethniques de ces pays. La pensée présentée ici voyage donc sur une seule voie linéaire. Dans un premier mouvement, elle présente une analyse assez succincte de la situation qui a prévalu dans le passé de ces deux pays et qui prévaut encore aujour-d’hui. Dans la deuxième partie, elles’oriente vers la proposition de lignes stratégiques pour corriger les erreurs d’approche qui prévalent toujours dans les choix opérés par les responsables civils et ecclésiaux. Sans devoir diviser la réflexion en deux parties étanches, ce volume présente d’abord, dansles cinq premiers chapitres, la question ethnique dans l’histoire de ces pays.Illa notion générale d’ethnie, essaieanalyse d’abord de la situer dans la réalité de ces deux pays, interrogel’histoire et d’autres sciences connexes sur le peuplement de ces deux pays, examine la res -ponsabilité de la colonisation et de l’actionmissionnaire dans la radica-lisation du facteur ethnique, et s’interroge sur le rôle des acteurs politiques locaux dans l’utilisation de l’ethnie à des finalités de pouvoir. Les con-clusions qu’on va tirer pourcinq premiers chapitres vont indiquer une ces situation d’exploitation du peuple que la gestion du pouvoir dans la mentalité postmoderne ne peut plus accepter, etchanger radicalementqu’il faut donc . ème À partir du 6 chapitre, la réflexion fait donc des propositions concrètes. Elle indique la nécessité pour les peuples de ces pays d’emprunter la voie de la réconciliation pour éviter leur disparition dans un monde en crise dominé par les appétits des grandes multinationales et des entreprises des pays riches à la recherche des ressources et des matières premières. Elle propose donc une réconciliation qui se fait dans la découverte de la justice sociale, dans la recherche de la vérité, dans le courage de pardonner et de construire la paix ensemble. Elle invite à faire un sursaut culturel qui permet de comprendre toute la richesse de l’identité, pour éviter de la confiner entre les frontières de l’appartenance ethniquene ou tribale. Elle indique donc tout le monde, particulier les gouverà prendre à cœurnants et les responsables religieux, avec fierté ce programme qui consiste à se proposer comme principaux protagonistes de l’unité et du développement de leurs peuples respectifs. Notre souhait est que toutes les personnes qui aiment ces deux pays puissent trouver dans ces pages des indications pour une réflexion à mûrir et à traduire en programmes opérationnels d’aide à la réconciliation de ces peuples. Il s’agira quelquefois de se libérer des préjugés culturels qui créent des barrières au dialogue.commeC’est pour ce motif que la réconciliation, on va le voir, doit se conjuguer avec la recherche de la vérité, de la justice et de la paix, et de la disponibilité au pardon.
7
Chapitre 1 LE BURUNDI ET LE RWANDA DANS LE DÉBAT ETHNIQUE EN AFRIQUE
Parler d’ethnies en Afriquerevient souvent à traiterd’une question de grande actualité qui évoque malheureusement des situations de tourment et de désolation. En effet, plusieurs conflits et guerres qui éclatent sur le conti-nent africain présentent un cachet ethnique. Ce sont des guerres dites "civiles",alors qu’elles opposent despeuplesd’une même nation. Ce qui est plus dramatique,c’est d’observerque es Africainsd’ethnies différentes sont presque incapables de vivre pacifiquement ensemble. Le concept même d’"ethnie"n’est pas d’acception facile. Il donne l’impression dese référer à des situations empreintes de préjugés. Il semble évoquer une ère primitive, avec des populations qui gisent dans l’ignorance complète des règles de la civilisation, comme pouvait le dire assez facile-ème mentl’anthropologie au début du 20 la réalité àsiècle. Par ailleurs, laquelle ce concept renvoie devient plus difficile à observer quand il est appliqué à certaines nations ou régionsafricaines. C’est ce que nous allonsobserver par exemple pour le cas du Burundi et du Rwanda. Pour cela,avant d’entrer dans les méandres de la situation complexe qui caractérise ces deux pays, il est opportun de saisir le sens attribué à ce concept et les applications qu’on en fait dans le contexte particulier de l’Afrique. Le chapitre qui ouvre la porte à cette réflexion sur le Burundi et le Rwanda entend donc présenter le concept d’“ethnie” en général, pour ensuite expliquerd’une manièreassez résumée comment le pouvoir politique a longtemps exploité cet élément.
1. Le sens de la parole "ethnie"
Comme nous l’avons déjà dit, expliquer la parole “ethnie” n’est pas toujours aisé. Dans le langage des simples gens en effet, ce mot, appliqué au cas particulier de l’Afrique, est souvent synonyme de race, tribu, clan. Toutefois, ces trois paroles présentent des différences notables de sens, tandis que les définitions fournies pour les expliquer font entendre un certain malaise dans la compréhension des réalités qu’elles représentent.