Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 24,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Captifs et captivité dans le monde romain

De
324 pages
Pour les Anciens, la perte de la liberté est la conséquence immédiate de la captivité. Dès lors, tout traitement infligé aux prisonniers de guerre semble normal en dépit des règles établies par le jus gentium qui finalement ne protège pas le captif. La confrontation des textes et des images livre ici un catalogue éloquent des façons dont les Romains vainqueurs ont pu, abolissant toutes considération d'humanité, exploiter les masses de vaincus ou les révoltés de l'intérieur.
Voir plus Voir moins
Mariama Gueye
CAPTIFSETCAPTIVITÉ DANSLEMONDEROMAIN
Discours littéraire et iconographique e e (III siècleav. J.-C. – IIsiècle ap. J.-C.)
Captifs et captivité dans le monde romain Discours littéraire et iconographique e e (III siècleavant J.-C. – IIsiècle après J.-C.)
CollectionHistoire, Textes, Sociétésdirigée par Monique Clavel-Lévêque et Laure LévêquePour questionner l'inscription du sujet social dans l'histoire, cette collection accueille des recherches très largement ouvertes tant dans la diachronie que dans les champs du savoir. L'objet affiché est d'explorer comment un ensemble de référents a pu structurer dans sa dynamique un rapport au monde. Dans la variété des sources – écrites ou orales –, elle se veut le lieu d'une enquête sur la mémoire, ses fondements, ses opérations de construction, ses refoulements aussi, ses modalités concrètes d'expression dans l'imaginaire, singulier ou collectif. Déjà parus Enrique Fernández Domingo, Xavier Tabet (textes réunis et présentés par), e e Nation, identité et littérature en Europe et Amérique latine (XIX -XXsiècles), 2013. Laure Lévêque (éditeur),Les voies de la création. Musique et littérature à l’épreuve de l’histoire, 2012. Sidonie Marchal (éditeur),Belfort et son territoire dans l’imaginaire républicain, 2012. Lydie Bodiou, Florence Gherchanoc, Valérie Huet, Véronique Mehl,Parures et artifices : le corps exposé dans l’Antiquité, 2011. Stève Sainlaude,Le gouvernement impérial et la guerre de Sécession (1861-1863),2011. Laure Lévêque (éditeur),Paysages de mémoire. Mémoire du paysage, 2006. Laure Lévêque (éditeur),Liens de mémoire. Genres, repères, imaginaires, 2006. Monique Clavel-Lévêque,Le paysage en partage. Mémoire des pratiques des arpenteurs, 2006.
Mariama GUEYECAPTIFS ET CAPTIVITÉ DANS LE MONDE ROMAINDiscours littéraire et iconographique e e (III siècleavant J.-C. – IIsiècle après J.-C.) Préface de Monique Clavel-Lévêque
Illustration des monnaies : droits réservés Illustration de couverture : Couple de captifs au pied d’un trophée : victoire de César surl’Espagne © Droits réservés© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01360-2 EAN : 9782343013602
À ma mère et à mon père, ces deux êtres merveilleux, À ma famille, À tous ceux qui me sont chers.
PRÉFACEExplorer sur un demi millénaire les sources textuelles, majoritairement latines, même si les auteurs grecs ne sont pas oubliés, pour y mesurer la place faite aux captifs dans le monde romain, ne relève pas dune mince ambition. Chercher à saisir la vision romaine de la captivité supposait dopérer une lecture drastiquement décapante de la vision des vainqueurs, il vaudrait mieux dire des visions, la problématique ayant forcément évolué au cours des e e quelque 500 anssiècle de notre èreavant au IIdu III concernéspar lapproche miseen œuvre par Mariama Gueye.Un tel essai a le grand mérite de livrer uncorpusla fois riche et à éminemment pluriel, qui prend en compte liconographie du discours monétaire et des fragments de relief parallèlement au discours textuel, dans la double dépendance des genres littéraires et de lévolution des rapports de force entre Rome et les mondes périphériques. La démarche est classique, qui montre la prépondérance doccurrences qui renvoient à la période républicaine, cette généreuse pourvoyeuse de captifs, ce qui nest pas pour étonner, pas davantage dailleurs que, à un autre niveau, la domination de certaines provenances géographiques, ou encore la mise en scène de «captifs vedettes», indispensables à la valorisation de leurs vainqueurs. Lattention minutieuse portée par Mariama Gueye à cet aspect est tout à fait précieuse. Lpopulation »approche de la «des captifs, de sa constitution, de sa composition démographique, fournit lindispensable dimension humaine et sociale. Elle vient heureusement compenser la rigueur des relevés lexicaux et des recensements numériques, ouvrant sur une étude des traitements que les captifs ont eu à subir, et que Mariama Gueye conduit sans éluder à aucun moment la complexité des situations concrètes. Constitue également un apport appréciable, suivi dans la longue durée, lpoint de vue» et aux effets quimportance donnée au «il génère, selon quil sagit de « barbares » ou de Romains, que toute défaite déshonore, engendrant ces discours justificatifs bien mesurés et argumentaires spécieux qui permettent à Valère Maxime, à Velleius Paterculus ou à Juvénal de faire intervenir le poids accablant dunfatumcontraire. Cest dire que Mariama Gueye, balisant les perspectives complexes de ces discours croisés sur la captivité et les captifs, mais le plus souvent redondants pour légitimer les positions de supériorité morale et culturelle, livre aussi, avec lindispensable référentiel, un outil opératoire sur un thème majeur qui introduit au cœur même du système de dominationinstauré par Rome. Monique Clavel-Lévêque