Carnets de Chine

De
Publié par

Henri Chennebenoist, soldat de 1re classe, appartenant au 18e régiment d'infanterie de marine, a 19 ans, le 12 juillet 1900, quand il embarque, un peu malgré lui, sur le Vinh-Long, pour un pays inconnu de lui, la Chine. Il y arrive, dans ce qu'il est convenu d'appeler la troisième période de la guerre des Boxers. Sa mission : sécuriser les communications et mener des opérations de « nettoyage » dans la province de Zhili. Les cadavres flottant au fil de l'eau, les corps mutilés, les villes détruites deviennent, pendant ces quelques mois, son quotidien.
Publié le : mercredi 1 juin 2016
Lecture(s) : 3
Tags :
EAN13 : 9782140010668
Nombre de pages : 184
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Henri MémoiresChennebenoist e duXX siècle
CARNETS DE CHINE Un Français dans la guerre des Boxers (19001901)
Texte établi, présenté et annoté par Claude Galland, Guy Feillée et Dominique Philippe
CARNETS DE CHINE Un Français dans la guerre des Boxers (1900-1901)
e Mémoires du XX siècle Déjà parus Auguste VONDERHEYDEN,Cahiers de guerre (1914- 1918),2016. Sabine CHERON et Marie-Hélène PRECHEUR,Les coquelicots au vent de la liberté. De Varsovie à Nancy : un rêve réalisé,2016.Rafael MONREAL,Le chemin de Rafael. Un républicain espagnol dans la guerre civile,2016. Anna Senik,Une famille juive de la Pologne à la France de Vichy, Penser ce qui nous est arrivé,2015. Bernard GROUSELLE,De la ligne Maginot à Berchtesgaden. Souvenirs d’un français libre,2015. Viktor GEIGER,Viktor et Klára. Camp de travail en Ukraine dans le Donbass (1945 – 1946),2015. Henri CHENNEBENOIST, Carnets de campagne 1914–1918,2015. Paul GRISON,Un soldat écrit à sa famille depuis le Maroc, l’Algérie, l’Indochine (1944 – 1953),2015. Jean GRIBENSKI,De Suwałki à Paris. Histoire d’une famille d’origine juive polonaise : les Gribinski/Gribenski (vers 1840-1945),2015. Pedro CANTINHO PEREIRA,Un « Malgré nous » dans l’engrenage nazi, Les sacrifiés de l’Histoire ,2015.Fernand THOMAS,Mémoires de guerre, La vie malgré tout (1914 – 1918),2014. e Renaud de BARY,batterie. Journal intime d’un appeléLa 4 en Algérie (1 mars 1961 - 5 janvier 1963),2014. Richard SEILER,Charles Mangold, chef de l'armée secrète en Périgord,2014. Henri FROMENT-MEURICE,Journal d’Egypte, 1963-1965,2014. Joseph-Albert di FUSCO,Fusillé à Caen en 1941, Lettres d’un otage à sa famille,2014. Tahîa GAMÂL ABDEL NASSER,Nasser ma vie avec lui, Mémoires d’une femme de président,2014.
Henri Chennebenoist CARNETS DE CHINE Un Français dans la guerre des Boxers (1900-1901)
Texte établi, présenté et annoté par Claude Galland, Guy Feillée et Dominique PhilippeL’Harmattan
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09153-2 EAN : 9782343091532
Dédicace du livre des souvenirs de notre grand-père, pendant la guerre contre les Boxers, en Chine (1900-1901) À notre grand-père, jeune paysan de la région parisienne, qui à 19 ans s’est engagé pour trois années dans l’infanterie de marine, et de là, s’est porté volontaire pour participer à l’opération internationale, contre la secte des Boxers, rebelles chinois, patriotes et terroristes. Pendant ces deux années de conflit, il a consigné par écrit ses souvenirs et ses observations, qui nous laissent un témoignage de cette campagne militaire exceptionnelle, et surtout du long voyage qui l’a mené, avec son régiment, jusqu’à Pékin. Ce tout jeune homme qui n’avait rien d’un baroudeur ou d’une tête brûlée a, au cours de ces deux ans, observé, découvert un monde qui devenait avec l’éloignement, de plus en plus exotique. Malgré des différences culturelles inimaginables en notre temps de communication planétaire, il a su considérer avec intérêt, parfois avec compassion, les hommes et les femmes que cette expédition lui a fait croiser. Notre belle-fille Marie qui s’intéressait à la Chine, ayant entendu parler de ce grand-père qui y avait séjourné, et en avait d’ailleurs rapporté quelques objets, trouva un jour dans une valise un cahier empli du récit de cette expédition, complété par une collection de cartes postales de l’époque précédant ou datant du début de ce conflit.Nota :Le premier texte de ce récit fut exhumé d’un cahier écrit par notre grand-père et mis au net par notre belle-fille, Marie Feillée, avant d’être complété par Guy Feillée, puis Claude Galland et Dominique Philippe.
La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice. Spinoza Le prétendu péril jaune n’est qu’un croque-mitaine. Le peu qu’il inspire n’est qu’une forme de nationalisme. Le progrès des races jaunes, et le Japon a montré son aptitude au progrès, sera un bienfait pour l’humanité. C’est un odieux sentiment que celui qui veut maintenir les autres races en arrière pour conserver notre avance sur elles. Amitié et appui au Japon et à la Chine, contre toute tentative de développer et de subjuguer cette dernière, telle est ma politique. Le Siècle, 27 juin 1900 Yves Guyot « Notre programme chinois » Il n’y a pas à discuter s’il est bon que la France aille faire la guerre au loin. Le pavillon national est bafoué par les Chinois et compromis aux yeux des puissances par l’infériorité extraordinaire des contingents français. S’il est mis au point sans notre concours honorablement effectif, l’influence française en Chine est compromise pour longtemps, et même au Tonkin il surgira des difficultés inextricables, peut-être des rébellions. Les Orientaux ne respectent que les forts. L’Écho de Paris, 20 juin 1900 Louis Coldre, « Les Événements de Chine »
Groupe de soldats de toutes les nationalités de la coalition participant e à la guerre des Boxers. Henri Chennebenoist se trouve au 2 rang e en 4 position à partir de la gauche
INTRODUCTION La Chine a toujours suscité en Europe et, plus particulièrement en France, un intérêt fait de contradictions, alliant, à la fois, fascination, méfiance et e rejet. Dès le XVIII siècle Voltaire, le « Confucius français », pourfendeur des préjugés nationaux voyait, dans le peuple chinois, une communauté déiste, vertueuse et pacifique. Admirateur de son organisation politique, il l’analysait comme répondant aux lois de la raison et de la nature. C’est presque un modèle parfait qu’il décrit dans De Confucius: «Les Chinois n’eurent aucune superstition, aucun charlatanisme à se reprocher comme les autres peuples. Le gouvernement chinois montrait aux hommes, il y a fort au-delà de quatre mille ans, et leur montre encore qu’on peut les régir sans les tromper ; que ce n’est pas par mensonge qu’on sert le Dieu de vérité ; que la superstition est non seulement inutile, mais nuisible à la religion. Jamais l’adoration de Dieu ne fut si pure et si sainte qu’à la Chine (à la révélation près). Je ne parle pas des sectes du peuple, je parle de la religion du prince, et de celle de tous les tribunaux et de tout ce qui n’est pas populace. Quelle est la religion de tous les honnêtes gens à la Chine, depuis tant de siècles ? La voici : Adorez le 1 ciel, et soyez juste. Aucun empereur n’en a eu d’autre. »Certes Voltaire voit la Chine à travers le prisme de ses idées et s’en sert comme une arme idéologique afin de combattre la monarchie absolue, à l’inverse de Montesquieu pour qui la Chine est bien le modèle opposé
1  Voltaire, « De Confucius »,Les œuvres complètes de Voltaire (vol. 62, 1766-1767),Oxford, The Voltaire foundation,1987, p. 91-92.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.