Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Carnets secrets du général Patton

De
446 pages
Rares sont les chefs de guerre qui ont suscité autant de ferveur et de haine, recueilli autant d'honneurs et provoqué autant de controverses que le général George Patton. Chef de la légendaire Troisième Armée, Patton est souvent décrit comme un leader tyrannique et mégalomaniaque, flirtant parfois avec la folie.Les archives et notes personnelles du général permettent d'en brosser un portrait bien plus nuancé. Elles éclairent d'abord la période la moins connue de la vie de Patton - son enfance, son séjour à West Point, la traque de Pancho Villa et les batailles de 1917 dans la Somme et en Champagne. Puis, on entre de plain-pied dans les opérations de la Seconde Guerre mondiale : la Tunisie, la Sicile, la France et l'Allemagne.Ses notes, lettres et journaux intimes permettent de suivre ses pensées et impressions jour après jour, ses "coups de gueule" autant que son génie tactique. Ces documents nous donnent accès à un être bien plus complexe qu'on l'imagine, tourmenté par le doute, exalté par la guerre et toujours volontaire pour aller au combat.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

CARNETS SECRETS DU
GÉNÉRAL PATTON
Maquette: Marîe-Méodîe Degado
Correctîons: a macîne à mots
© Nouveau Monde édîtîons, 2011 21, square Saînt-Cares - 75012 Parîs
ïSBN: 978-2-36583-369-1 Dépôt éga: évrîer 2013
CARNETS SECRETS DU
GÉNÉRAL PATTON
Édîtîon présentée et annotée par Borîs aurent
nouveaumonde éditions
« Quand je pense à ’îmmensîté de ma tâce et me rends compte de ce que je suîs, je reste conondu, maîs à a réleXîon, quî me vaut ? Je ne connaîs personne. » r George S. Patton J
PROOGUE
« ’objet de a guerre n’est pas de mourîr pour son pays, maîs de aîre en sorte que e saaud d’en ace e asse pour e sîen. » Cette prase, prononcée par e généra amérîcaîn George S. (Smît) Patton r J (Junîor), reprîse par ’acteur amérîcaîn George C. Scott dans une eXtraordînaîre et téâtrae mîse en abyme au début du imPatton, résume pour beaucoup a personnaîté de ce généra d’eXceptîon. ï aut dîre que e im de Frankîn J. Scafner, récompensé par uît Oscars, renvoîe ’îmage d’un grand sodat au ranc-parer dévastateur, soucîeuX de son îmage, eXubérant, eXcentrîque, ce dur pour ses ommes autant que pour uî-même. ï érose eleadersîpînspîré de Patton, sa ardîesse et son génîe mîîtaîre. Avec MacArtur, Patton est e seu généra amérîcaîn à avoîr gagné une stature mytîque. Pour son adversaîre, eGeneralfeldmarscallvon Rundstedt, î ut e « meîeur sodat aîé ». ’OberstRudo von Gersdorf dîsaît que : « a percée amérîcaîne de Saînt-ô-Avrances, menée par e généra Patton, avaît été efectuée avec un rare génîe opé-ratîonne et une “touce” sans commune mesure. » Personnaîté céèbre, Patton étaît connu pour ses eXpoîts mîîtaîres, 1 ses monumentaes gafes, ses umeurs cangeantes , son împusîvîté, sa grossîèreté et un ook suranné et însoîte : casque ustré, bottes de cavaîer, jodpurs et pîstoet à crosse d’îvoîre. Sodat à ’ego surdîmensîonné, î étaît dévoré d’ambîtîon. Patton étaît bruta avec ses ommes autant qu’avec ses aîés brîtannîques dont î ne supportaît pas es commentaîres désobîgeants à ’égard de ’US Army. ï n’encaîssaît pas e rôe subaterne attrîbué à ’armée amé-rîcaîne en Sîcîe par Eîsenower et ne se gênaît pas pour e dîre. ï savaît mettre es « pîeds dans e pat » avec une rare eIcacîté, obîgeant
1. Pour ’îstorîen Martîn Bumenson, es umeurs cangeantes de Patton seraîent dues à un énorme ématome à a tête causé par une cute de ceva.
8
Carnets secrets du général Patton
ses supérîeurs et ses paîrs à user de eurs taents de dîpomates pour désamorcer des crîses. ï ut ’omme quî gîla un sodat amérîcaîn ospîtaîsé pour une crîse de stress au combat. C’est encore uî quî aIrma, en 1945, vouoîr recruter es ancîens sodats aemands pour aer « casser du rouge », autrement dît, pour aîre a guerre à a Russîe sovîétîque qu’î aborraît et méprîsaît. Patton étaît împrévîsîbe, caprîcîeuX, en quête de goîre et de recon-naîssance. ï aîmaît es combats censés révéer e meîeur de ’omme : e courage, ’abnégatîon, ’înteîgence, a camaraderîe, a rénésîe, a détermînatîon et ’agressîvîté. Pour uî, î y avaît « a vîe et a douceur trîompae de a vîctoîre ». ï vouaît manger du eu et attendaît a 2 bagarre avec împatîence . Patton étaît réeement comme cea, maîs sa personnaîté ne sauraît se résumer à ses coups d’écat ou ses « coups de gueue ». Patton étaît un omme bîen pus compeXe qu’î ne e aîssaît paratre. Ses carnets ofrent un întérêt consîdérabe car îs dévoîent toutes ses acettes et e décrîvent sous un jour înédît. Beaucoup pensaîent e connatre, maîs ’îdée même que ’on peut se aîre de Patton est argement împaraîte. Dans son jour-na, ses carnets et ses ettres, î se met à nu, sans ard et sans se ménager. Comme ’a sî bîen écrît Jacques Morda, î se peînt uî-même avec « a 3 pus brutae vérîté, cee qu’on conie à des carnets quî supportent tout » . Aînsî, derrîère son angage peu câtîé et sa dureté apparat un omme psycoogîquement très ragîe, dépressî et apeuré par sa propre couardîse. e sodat à ’ego surdîmensîonné, à ’ambîtîon eX-trême et à a îmîte de ’însubordînatîon cède a pace à un omme torturé par des doutes proonds, oya avec ses supérîeurs, même ors de rancs désaccords, et d’une très grande sensîbîîté, comme e prouvent es ettres qu’î écrîvaît à sa emme. Sa brutaîté masque en réaîté un omme très cutîvé. Dès son pus jeune âge, Patton étudîaît a cose mîîtaîre, s’îmmergeant dans es îvres d’îstoîre mîîtaîre et étudîant es stratégîes et es tactîques utîîsées durant es grandes bataîes de ’Antîquîté ou ors des guerres napoéonîennes. ï savaît utîîser es routes empruntées par Guîaume e Conquérant en Normandîe ou es égîons romaînes en Aemagne maîs aussî es dîscours de Bonaparte pour însuLer eu eu sacré dans e cœur de ses ommes. 2. Commentaîres de Sîr Dougas Haîg. 3. Martîn Bumenson, es Carnets secrets Patton (1885-1945), Pon, Parîs, 1975, p. 12.
Prologue
orsque Patton aîsaît réérence auX grandes bataîes de ’Hîstoîre, î aIrmaît souvent qu’î y avaît partîcîpé ors de vîes antérîeures. ï dî-saît croîre à a réîncarnatîon maîs aîsaît preuve en même temps d’une oî crétîenne sîncère. Être sodat étaît pour uî un devoîr sacré, quasî cérîca. Ce goût îmmodéré pour ’îstoîre ne ’empêcaît pourtant pas de s’întéresser auX tecnoogîes nouvees appîquées auX armées et à a guerre. S’î demandaît beaucoup à ses ommes, î n’étaît pas e despote que ’on a décrît, maîs, à ’înverse, un ce respecté, voyant dans a dîscîpîne un gage de coésîon. Patton étaît poîntîeuX, avaît e soucî du détaî mîîtaîre et du protocoe car î croyaît ermement que cea renorçaît a dîscîpîne sur e camp de bataîe. Son surnom de «Blood and Guts» (« sang et trîpes ») n’a jamaîs aît de uî un boucer sacrî-iant înutîement a vîe de ses ommes. On ’a dît ambîtîeuX au poînt de jouer a vîe de ses sodats pour arrîver à ses ins. ï ut en réaîté ’un des générauX quî eut e moîns de pertes sur e camp de bataîe et dont 4 ekîll ratîout ’un des meîeurs . es quaîtés de Patton en matîère de commandement, deleadersîpet de proessîonnaîsme ’ont pacé parmî es générauX înstructeurs es pus eIcaces de ’îstoîre mîîtaîre amérîcaîne. ï s’est attîré a oyau-té et a généré ’entousîasme. Comme beaucoup, Wîîam Henry Maudîn, e céèbre dessînateur et édîtorîaîste amérîcaîn, avaît une admîratîon sans borne pour ce tactîcîen maîs écrîvaît pourtant : « Bîen 5 sûr, ce saopard étaît ou. ï croyaît vîvre au Moyen Âge. » Patton dut travaîer d’arrace-pîed pour sortîr de West Poînt où î it une premîère année médîocre. Pourtant, c’est bîen cet éève moyen quî étudîa ’art du manîement du sabre pour mîeuX ’enseîgner auX jeunes oIcîers et quî dessîna e sabre modèe 1913 de ’US Army. C’est aussî uî quî remît un mémo novateur à Persîng sur ’empoî des bîndés et eur coopératîon avec ’avîatîon en 1918. Patton îma-gîna eDesert Traînîng Center, sîtué dans e sud de a Caîornîe, pour ormer ’éîte des tankîstes amérîcaîns et d’où sortîrent es vaînqueurs de ’Afrîkakorpsen Tunîsîe en 1942. Patton prîorîsaît ’agressîvîté sur ’împusîvîté. ï ne cargeaît pas tête baîssée dans a mêée maîs savaît user de tous es renseîgnements à e 4. ekîll ratîode a 3 armée de Patton ut de 1/10,8 ! 5. Pîîppe Rîcardot, « US Army. Bâtîe pour a vîctoîre »,Axe & Allîés, ors sérîe n°1, p. 17.
9
10
Carnets secrets du général Patton
sa dîsposîtîon avant de ancer une attaque. Ses pans de bataîes étaîent toujours caîrs et uî permettaîent de îre avec précîsîon es sîtuatîons de combat. Au-deà de son eXubérance et de ses eXcès, Patton ut un vîrtuose de a guerre de manœuvre adepte de a surprîse et de a mobîîté, capabe de réaîser ’une des pus bees opératîons de a guerre, à Bastogne, durant a terrîbe bataîe des Ardennes. ï ut assurément un généra remarquabe, eXpert de a guerre méca-nîsée, doté d’un sens înné du commandement maîs aussî de a mîse en scène et son accoutrement suranné traduîsaît un proessîonnaîsme eXtrême. Patton ut ’omme de ’opératîonCobraen Normandîe, des Ardennes, de a guerre de mouvement et des bîndés, de a gîle et des dîscours vîoemment antîcommunîstes aors que ’URSS étaît encore un pays aîé. Patton étaît un guerrîer quî survécut à deuX guerres mondîaes maîs mourut dans un bana accîdent de voîture. Ses carnets r montrent que George S. Patton J étaît un « pénomène », un génîe, une comète et aussî un paradoXe.
PREMIÈRE PARTIE
NAïSSANCE D’UN GUERRïER