Ce jour là, j'ai décidé de ma vie

De
Publié par


Le témoignage inédit d'un très jeune homme s'engageant dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale.
Au-delà d'un document historique saisissant, la voix d'un homme remarquable.










C'est à peine âgé de 16 ans que Jean-Daniel Fallery va se lancer dans une folle aventure. Voulant servir sa patrie contre l'oppresseur mais peu conscient des dangers qu'il va encourir, le jeune homme intègre secrètement le réseau " Comète ", un cercle de résistants très actif à Paris. Devenant expert dans l'art de voler et de fabriquer des faux papiers, Jean-Daniel Fallery doit cesser brutalement son activité lorsque la Gestapo démantèle leréseau auquel il appartient. Fuyant la France, il part se réfugier en Espagne. Malheureusement, il y est arrêté par la milice de Franco et emprisonné au camp de Miranda,
Libéré grâce à l'intervention d'un haut commandant de la Résistance, Jean-Daniel Fallery rejoint le Maroc où il est formé militairement par les Américains. Malgré son jeune âge - il n'a pas encore 18 ans ! -, on lui confie au mois d'août 1944 le commandement d'une dangereuse mission de sabotage baptisée " Opération Virus ", qui favorisera le débarquement des Alliés en Provence.








RÉSUMÉ





À 15 ans, le jeune Jean-Daniel Fallery intègre de son plein gré le réseau Comète, un réseau de résistants parisiens spécialisé dans la fabrique de faux documents et la protection des soldats alliés. Quittant l'établissement du Bon Conseil où il était pensionnaire, il se met à vivre dans la clandestinité. Dérobant des machines à écrire à la barbe des Allemands, c'est depuis une chambre de bonne, en proie à la faim et au froid, qu'il confectionne de faux passeports. Cette vie d'aventures dont il ne mesure pas encore le danger lui convient jusqu'au jour où, sous ses yeux, des membres de son réseau sont arrêtés par la Gestapo. Jean-Daniel manque d'être pris à son tour. Il doit donc filer. Ne pouvant se fier à des contacts sûrs - des membres de sa famille dont son père étant eux aussi engagés dans des actions de résistance -, Jean-Daniel décide d'atteindre seul la zone libre, puis de rejoindre, via l'Espagne, les Forces françaises libres en Afrique du Nord. Commence pour lui un grand voyage nourri d'aventures.


Muni de faux papiers d'identité, Jean-Daniel est une première fois arrêté alors qu'il s'apprête à prendre un train pour Toulouse. Mais il parvient à s'échapper. C'est finalement caché sous la bâche d'un camion qu'il fera route vers le sud. Au prix d'un effort physique surhumain et de quatre jours de marche à travers la chaîne des Pyrénées, il atteint enfin l'Espagne. Il se pense à l'abri, en territoire ami. Il se trompe. Appréhendé par les hommes de la Phalange, la milice de Franco, il est emprisonné au camp de Miranda en compagnie d'autres exilés ou résistants, dont l'humoriste Pierre Dac.


Au camp de Miranda, Jean-Daniel vit des heures sombres. Forte tête, il est à plusieurs reprises puni, battu, humilié, torturé. Il n'échappe à la mort que grâce à son courage et à l'amitié de ses codétenus. Finalement, Jean-Daniel est délivré fin 1943 par le commandant Devergne, de la Délégation de la France Libre à Madrid. Dès qu'il sort du camp pénitentiaire, Jean-Daniel se rétablit vite. Fidèle à son serment de lutter contre l'oppresseur, il accepte une nouvelle mission périlleuse qui le fera retourner... en France. Cette entreprise est heureusement couronnée de succès. De retour en Espagne, il fait le choix de rejoindre enfin Casablanca, où il est accueilli par les Forces libres. Il n'a pas encore 18 ans. Formé militairement par les Forces libres, puis par les Américains, Jean-Daniel est nommé à la tête d'une dizaine d'hommes, tous de jeunes recrues. Parachuté en août 1944 sur la côte varoise, il dirige une mission commando de sabotage de l'aqueduc d'Anthéor. Cette mission appelée " Opération Virus " durera six jours et facilitera le débarquement des Alliés en Provence. Au terme de cette mission, tous ses participants recevront une citation à l'ordre de l'armée. Malheureusement, plusieurs compagnons de Jean-Daniel périront lors de combats ultérieurs dans les Vosges et dans les Ardennes.






Publié le : jeudi 5 mai 2011
Lecture(s) : 90
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782221126677
Nombre de pages : 215
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ce jour là, j'ai décidé de ma vie
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Chirac

de robert-laffont

suivant