//img.uscri.be/pth/095d37fd9c062dfd4034a6efd4bed6cbf92dd9ea
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Charenton-le-Pont : un dictionnaire historique des rues anciennes et actuelles

De
198 pages
Ce livre permet une visite "sur mesure" de Charenton, sans se préoccuper de la chronologie historique : sa rue, puis son quartier. Ensuite, la curiosité l'emporte : une définition attire l'oeil, des illustrations, pour la plupart inédites, donnent envie d'aller plus loin. Ce dictionnaire aide à mieux connaître Charenton, qui a beaucoup changé dans les cinquante dernières années.
Voir plus Voir moins
Claude Moreau
CHARENTON-LE-PONT :
UN DICTIONNAIRE HISTORIQUE
DES RUES ANCIENNES & ACTUELLES
Histoire de Paris
CHARENTON-LE-PONT : UN DICTIONNAIRE HISTORIQUE DES RUES ANCIENNES & ACTUELLES
Histoire de Paris Collection dirigée par Thierry Halay L’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France est un vaste champ d’étude, quasiment illimité dans ses multiples aspects. Cette collection a pour but de présenter différentes facettes de cette riche histoire, que ce soit à travers les lieux, les personnages ou les événements qui ont marqué les siècles. Elle s’efforcera également de montrer la vie quotidienne, les métiers et les loisirs des Parisiens et des habitants de la région à des époques variées, qu’il s’agisse d’individus célèbres ou inconnus, de classes sociales privilégiées ou défavorisées. Les études publiées dans le cadre de cette collection, tout en étant sélectionnées sur la base de leur sérieux et d’un travail de fond, s’adressent à un large public, qui y trouvera un ensemble documentaire passionnant et de qualité. A côté de l’intérêt intellectuel qu’elle présente, l’histoire locale est fondamentalement utile car elle nous aide, à travers les gens, les événements et le patrimoine de différentes périodes, à mieux comprendre Paris et l’Ile-de-France. Dernières parutions Hubert DEMORY,Auteuil et Passy. Du Moyen Âge à la Révolution, 2013. Pascale GAUTHIER,L’Épopée des Espagnols à Paris de 1945 à nos jours, 2010.e Hubert DEMORY,La Mémoire du XVIArrondissement. Inventaire des plaques commémoratives, 2010. e Pierrette BINET-LETAC,Les sœurs de l'Hôtel-Dieu dans le Paris desXIV et e XVsiècles. Philippe du Bois, Marguerite Pinelle..., 2010. Sylvain BRIENS,Paris, laboratoire de la littérature scandinave moderne. 1880-1905, 2010. Janice BEST,:Les monuments de Paris sous la Troisième République contestation et commémoration du passé, 2010. Hubert DEMORY,Auteuil et Passy. De l’Annexion à la Grande Guerre, 2009. Françoise BUSSEREAU-PLUNIAN,Le temps des maraîchers franciliens. De er François 1à nos jours, 2009. Jean-Marie DURAND,Heurs et malheurs des prévôts de Paris, 2008. Jérôme FEHRENBACH,Une famille de la petite bourgeoisie parisienne de Louis XIV à Louis XVIII, 2007. e Michel SURUN,siècle. RecherchesMarchands de vin en gros à Paris au XVII d’histoire institutionnelle et sociale, 2007. Juliette FAURE,Le Marais, promenade dans le temps, 2007. Bernard VESPIERRE,Guide du Paris médiéval, 2006. Jacques MARVILLET,Vingt ans d’urbanisme amoureux à Paris, 2005. Pierre ESPERBE,Des histoires de Paris, 2005.
Claude MOREAU CHARENTON-LE-PONT : UN DICTIONNAIRE HISTORIQUE DES RUES ANCIENNES & ACTUELLES
© L’HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02746-3 EAN : 9782343027463
Tous mes remerciements
A Michèle Lejeune et Geneviève Allégret des Archives de Charenton-le-Pont dont les conseils et l’aide m’ont été très précieux.
A ma Femme, Christine qui, avec Amour et Patience m’a apporté les connaissances informatiques nécessaires pour que le projet avance.
Ce livre leur est dédié, ainsi qu’à trois autres Charentonnais dont je me sens si proche : Christelle, Noée et mon Fils, Mathieu.
« Jene prétends nullement avoir, en un volume, rendu compte de tout; j’espère n’avoir rien ignoré d’essentiel. »
Georges Blond (L’agonie de l’Allemagne, Fayard 1952)
Avant-propos
La municipalité de Conflans-Charenton, ou Conflans-l’Archevêque (qui devint Charenton-le-Pont en 1801) s’est rassemblée pour la première fois le 25 janvier 1790. Bercy obtint de l’Assemblée Nationale le 19 octobre 1790 de constituer une commune séparée. Pendant presque neuf mois les limites de Charenton atteignirent les boulevards de Reuilly et de Bercy, dans le ème 12 arrondissement.La partie parisienne de la commune de Bercy n’est pas étudiée dans cet ouvrage.
--------------------------
Les terres du château de Bercy représentaient la plus grande partie de la commune de Bercy qui a existé de 1790 à 1860. Coupées une première fois en deux par la construction des fortifications de Paris en 1841, elles le furent à nouveau par le chemin de fer Paris-Lyon en 1847 qui passait tout près du château (il se trouvait à peu près à emplacement de l’école de la rue de Valmy). Tout ceci a certainement influé sur la décision de vendre le domaine. Ce que fit Charles-Théodore-Gabriel de Nicolaï, neveu et héritier du dernier Malon de Bercy, qui, en plus, avait depuis le 3 novembre 1859 une partie de sa propriété dans Paris et l’autre dans Charenton.
Le périmètre de ce domaine, correspond jusqu’en 1852: au quai de Bercy, de la porte de Bercy à la rue de l’Arcade, et à l’avenue de la Liberté ; ensuite la rue de Conflans jusqu’à la rue de Paris, la rue de la République, l’avenue de Gravelle jusqu’à la hauteur de l’avenue Jean Jaurès que l’on suit par la ème pensée jusqu’à la rue Claude Decaen, dans le 12où elle finissait avant l’aménagement du bois, en 1861. Voilà pour la partie charentonnaise.
Pour Paris, il faut longer le Boulevard Poniatowski, prendre la rue de Charenton jusqu’à la rue Nicolaï, imaginer une rue permettant de rejoindre celle des Pirogues de Bercy, l’emprunter jusqu’à la Seine, puis prendre le quai de Bercy de Paris jusqu’à la porte de Bercy.
Tout ceci a été vendu en plusieurs fois. D’abord, en 1852, la partie parisienne située entre les fortifications de 1841 (dont on voit un vestige à la porte de Bercy) et la rue des Pirogues de Bercy (à l’époque, rue de la Grange 9