Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Chronique du 12 octobre

De
9 pages

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Voir plus Voir moins
Couverture

Petite chronique du 12 octobre

Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.

Éditions Chronique
EAN : 9782366020816
Éditions Chronique
Mediatoon Licensing
15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris
E-mail : contact@editions-chronique.com
Site Internet : http://www.editions-chronique.com
1940 - Londres : sous le Blitz, la vie continue
Grande-Bretagne

Malgré le toit béant et l'autel en ruine, on persiste à célébrer les offices à la cathédrale St. Paul. Les séances sont maintenues au Parlement et au palais de justice, tous deux très endommagés. L'hôpital St Thomas, touché par le Blitz, est toujours en service, ainsi que la Bourse. Au début, tout s'arrêtait avec l'alerte. Maintenant, dans les ministères, les bureaux de poste, les banques, on place des guetteurs sur les toits. On ne gagne les abris que lorsque le raid est imminent. Seulement 40 % des Londoniens se mettent à l'abri. Les boutiquiers du West End balaient les débris de verre et laissent malgré tout leur magasin ouvert. La nuit, les Londoniens se pressent dans les bureaux et les magasins qui transforment leur cave en abri. Les hôtels, comme le Dorchester et le Savoy, qui proposent des lits dans leur sous-sol après le service, sont bondés en permanence. Certains cinémas restent ouverts jusqu'à la fin des alertes. On s'équipe de couvertures et, après la projection, on s'installe sous le balcon. Il y a peu d'absentéisme. Les employés se fraient un chemin dans les décombres et travaillent à la bougie. Sur les boutiques, on peut voir cet écriteau : « Plus ouvert que jamais. »

Pourtant, cela fait plus de deux mois que la Grande-Bretagne est soumise aux bombardements allemands. Le 4 août, Hitler le promet : « Nous raserons les villes anglaises ». De fait, à partir du 7 août, la Luftwaffe concentre toutes ses attaques sur Londres.

En réalité, au cours de la bataille d'Angleterre, l'aviation allemande change d'objectifs à plusieurs reprises : du 8...

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin