Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Chronique du 17 novembre

De
8 pages

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Chronique du 4 novembre

de editions-chronique

Chronique du 22 février

de editions-chronique

Couverture

Petite chronique du 17 novembre

Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.

Éditions Chronique
EAN : 9782366024272
Éditions Chronique
Mediatoon Licensing
15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris
E-mail : contact@editions-chronique.com
Site Internet : http://www.editions-chronique.com
1986 - Deux tueuses assassinent Georges Besse
Paris, France

Quatre détonations, peu avant vingt heures, boulevard Edgar Quinet, dans le XIVe arrondissement. Deux femmes ouvrent le feu avec leur revolver sur Georges Besse, le président-directeur général de la Régie Renault, que son chauffeur venait de déposer à une cinquantaine de mètres de chez lui. Touché de quatre balles à la poitrine et au visage, Georges Besse s'est écroulé. Selon un témoin, l'une des tueuses s'est approchée, s'est penchée et lui a tiré le coup de grâce en pleine tête. Les tueuses ont ensuite disparu. Malgré le peu d'indices, les enquêteurs de la Brigade criminelle estiment que cette « exécution » est signée Action directe.

Georges Besse, 58 ans, était à la tête de la Régie depuis le 22 janvier 1985, succédant à Bernard Hanon. Il avait toujours refusé de bénéficier d'une protection personnelle. Tout le monde reconnaissait en Georges Besse un grand industriel. Il laisse la Régie plus concentrée sur ses activités, avec une productivité accrue de 15 % et des pertes réduites de moitié (5 milliards prévus en 1986), mais toujours avec un large soutien de l'État. D'après un syndicaliste, Georges Besse a eu le mérite « de faire comprendre chez Renault qu'une entreprise nationalisée était quand même une entreprise ».

« La France perd un numéro un », a dit François Mitterrand. Quant à lui, Jacques Chirac s'est déclaré « horrifié par l'assassinat bestial » du PDG de Renault, tout en rendant hommage à « sa valeur exceptionnelle ». « Rien ne permet de justifier ni d'expliquer un tel geste, a-t-il ajouté. Un tel comportement exige...

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin