Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Chronique du 18 février

de editions-chronique

Chronique du 21 février

de editions-chronique

Chronique du 9 février

de editions-chronique

Du même publieur

Couverture

Petite Chronique du 7 Mai

Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.

Éditions Chronique
EAN : 9782366020533
Éditions Chronique
Mediatoon Licensing
15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris
E-mail : contact@editions-chronique.com
Site Internet : http://www.editions-chronique.com
2004 - Tortures des prisonniers à Abou Ghraib
Washington, Etats-Unis.

« Je ne démissionnerai pas. » Sommé de s'expliquer devant la commission de la défense du Sénat, le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, a rejeté les injonctions de l'opposition démocrate. Mais il n'a pas nié l'évidence. Il a même dit qu'il existait des photos et des vidéos plus terribles encore que celles qui ont été révélées au public. Le scandale a éclaté mlorsque la chaîne de télévision CBS, dans son émission 60 Minutes II, a montré des photos de sévices perpétrés par des militaires américains sur des prisonniers irakiens. Prises à la prison d'Abou Ghraib (à l'ouest de Bagdad) par les tortionnaires dans le seul but de se constituer des albums de souvenirs. George W. Bush a déclaré avoir découvert comme tout le monde ces exactions sur CBS... Cette affirmation est remise en doute. Le 18 janvier, le général Ricardo Sanchez, commandant en chef des troupes américaines en Irak, avait réprimandé le général Karpinski pour le comportement indigne de ses subordonnés. Et le 31 janvier, il avait chargé le général Antonio M. Taguba de conduire une enquête au sein de la 800 th Military Police Brigade. Le général Taguba rendra son rapport le 12 mars suivant. Dès le 20 mars, une instruction était ordonnée contre six membres de la 800th Military Police Brigade, dont le sergent Ivan « Chip » Frederick. Son témoignage, recueilli par le correspondant de CBS en Irak, Dan Rather, pour 60 Minutes II, a montré le degré d'incurie régnant à Abou Ghraib : « Nous n'avions pas de soutien, nous n'avions pas été formés. J'ai demandé des consignes à ma chaîne de commandement, des règlements à observer, et rien n'est arrivé. » Après l'émission de CBS, le scandale n'a cessé de s'amplifier. Au point que, le général Donald Ryder, le chef de l'US Army Criminal Investigation Command, a dû admettre que 25 prisonniers, en Irak et en Afghanistan, étaient morts des suites de mauvais traitements et que, dans deux cas, le meurtre...

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin