Comment un peuple oublie son nom

De
Les années 60 et 70, en Ontario français, sont porteuses de transformations idéologiques retentissantes. Dans la foulée de la Révolution tranquille au Québec, le nationalisme canadien-français traditionnel est chassé du discours dominant, alors même que le gouvernement fédéral, par l’entremise de ses politiques linguistiques, en vient à occuper une place de plus en plus grande dans la vie socioculturelle des minorités françaises. Ces bouleversements entraînent un réaménagement fondamental du discours identitaire des Franco-Ontariens. Les notions de culture, de communauté et d’histoire habituellement associées à la notion canadienne-française sont évincées en faveur d’un discours individualiste. De « Canadiens-Français » qu’ils étaient, les Franco-Ontariens deviennent des « francophones », sans assises culturelles. / « Comment un peuple oublie son nom » trace l’évolution des termes clés de l’identité franco-ontarienne telle qu’elle se manifeste, sur une période de quinze ans, dans la presse française de Sudbury. Les résultats sont probants.
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Comment un peuple oublie son nom
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Rêve totalitaire de dieu l'amibe

de editions-prise-de-parole

Corbeaux en exil

de editions-prise-de-parole

Strip

de editions-prise-de-parole

suivant