De gaulle et le Vietnam 1945 1969

De
Publié par

Le Vietnam et de Gaulle : voici un pays et un personnage qui ont tous deux laissé une trace profonde dans la mémoire et l’imaginaire français. À travers les deux conflits qui se sont succédé dans la péninsule indochinoise de 1945 à 1975, la guerre française puis américaine, Pierre Journoud entreprend de pourfendre quelques idées reçues. Non, les États-Unis n’ont pas tout fait pour évincer les Français d’Indochine après 1954. Non, le Général n’était pas un anti américaniste primaire et ne s’est pas contenté de condamner verbalement l’engagement militaire des États- Unis, comme dans son discours de Phnom Penh le 1er septembre 1966. Sa diplomatie publique et secrète ; l’action discrète de certains Français en faveur de la paix sont quelques-unes des révélations de ce livre novateur. Et c’est par le prisme du dialogue entre Français et Américains, acteurs majeurs et omniprésents, que l’auteur donne à comprendre les relations franco-vietnamiennes, du malentendu initial à la réconciliation. Fruit d’un important travail de recherche, cet essai propose une réflexion originale sur le processus de « décolonisation mentale » du général de Gaulle, et au-delà, sur l’ensemble de sa politique extérieure.
Publié le : vendredi 12 septembre 2014
Lecture(s) : 13
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791021002098
Nombre de pages : 544
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
P I E R R E J O U R N O U D
D E G A U L L E V I E T N A M E T L E (19451969)
DE GAULLE ET LE VIETNAM
DU MÊME AUTEUR
Paroles de Diên Biên Phu. Le témoignage des survivants, avec Hugues Tertrais, Tallandier, 2004
PIERRE JOURNOUD
DE GAULLE ET LE VIETNAM
19451969. La réconciliation
Préface de Robert Frank Postface de David Schalk
Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre
TALLANDIER
© Éditions Tallandier, 2011 2, rue Rotrou75006 Paris www.tallandier.com
Préface de Robert Frank
SOMMAIRE
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Introduction DEGAULLE ETHOCHIMINH:UN DUEL LENTEMENT PACIFIÉ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre premier LE MALENTENDU ORIGINEL(19451957) . . . . . . . . . . . . .
Chapitre II LE MÛRISSEMENT(19581962) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre III LE TOURNANT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .(19631964) .
Chapitre IV L'IMPUISSANCE(19641965) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre V LA RÉCONCILIATION(19651967) . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre VI L'INITIATIVE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .(19671969) .
Chapitre VII L'AMERTUME. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .(1969) .
7
9
17
27
73
117
157
217
305
367
DE GAULLE ET LE VIETNAM
Conclusion L'HÉRITAGE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Postface de David L. Schalk . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bibliographie sélective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
409
435
445 521 525 539
PRÉFACE
Par Robert Frank
Voici une étude qui ne manque pas de souffle, un ouvrage scientifique qui s'attaque à un sujet dont l'ambition et l'ampleur ne manqueront pas d'impressionner le lecteur, un livre d'his toire qui visite et revisite un pays et un personnage ayant tous deux laissé des traces profondes dans la mémoire et l'imaginaire français : le Vietnam et de Gaulle. Sur une longue période, de 1945 à 1969, Pierre Journoud reconstitue toute l'évolution des visions géopolitiques du Général à travers le prisme des deux conflits, la guerre française puis la guerre américaine dans la péninsule indochinoise. L'auteur, prenant comme base sa thèse 1 de doctorat , a tiré un fil directeur pour dévider l'écheveau de la complexité et de la mobilité de la pensée gaullienne : le dia logue entre la France et les ÉtatsUnis sur l'Indochine et le Vietnam. Tout se passe en effet comme si, à l'épreuve de cette guerre vietnamienne de trente ans, s'est établi un jeu de miroir entre positions françaises et américaines, entre des postures qui reflètent tour à tour convergences, distance et rapprochement entre les deux pays. Pour mener à bien cette recherche, Pierre Journoud a dépouillé une masse impressionnante d'archives : du côté fran çais, les archives p résidentiellesde Charles de Gaulle, de Georges Pompidou, celles des ministères des Affaires étran gères, de la Défense, de l'Intérieur, de nombreux fonds privés ; du côté américain, les archive s présidentielles de Lyndon B. Johnson et de Richard M. Nixon, celles du Département d'État et même celles du ministère canadien des Affaires
9
DE GAULLE ET LE VIETNAM
étrangères. Pour se pénétrer de l'air du temps, illustrer ses ana lyses rigoureuses et donner de la chair à ses personnages, il a interrogé plus de quatrevingts acteurs et témoins de l'époque. Le résultat est là : grâce aux talents d'écriture de l'auteur, un récit vivant et de belle facture met bien en valeur une recherche féconde et novatrice. Celleci conduit Pierre Journoud à pour fendre quatre mythes au moins, à faire une série de révélations et à ouvrir une large réflexion originale sur la politique extérieure e du fondateur de la V République. Le premier mythe avait commencé à être remis en question par des travaux antérieurs. Non, au moment de la Libération de la France, de Gaulle n'est pas un décolonisateur. L'image de l'homme qui aurait tout prévu en 1944, qui aurait compris d'emblée la profondeur du mouvement d'émancipation des peuples ne résiste plus aux enquêtes historiques. S'il a pressenti certaines aspirations des populations, s'il a souhaité réformer et moderniser l'Empire, c'était pour mieux le conserver et, en aucune façon, pour y renoncer. À ses yeux, en 1945, la restaura tion de la puissance française passe même par la force, si néces saire. Le présent ouvrage confirme avec éclat et clarté, documents à l'appui, que le Général, en préférant alors la solu tion militaire, a commis la faute originelle en lançant l'engre nage fatal qui déclenche la g uerre d'Indochine après son départ. Certes, les gouvernements qui lui succèdent après jan vier 1946 partagent et prolongent ses erreurs. Nul doute qu'au contact des réalités locales, le général Leclerc, novice en poli tique, s'est montré nettement plus lucide sur la question indo chinoise que tous ces politiques avisés, de Gaulle compris. Ce dernier a évolué et il faut attendre la fin de l'année 1953 pour qu'il comprenne l'inanité de la solution militaire et la nécessité de la solution politique. Dès lors, d'une façon constante, il voit dans la négociation la seule issue possible à la guerre française d'abord, puis à la guerre américaine. Deuxième mythe revu et corrigé : non, les ÉtatsUnis n'ont pas tout fait pour évincer les Français d'Indochine après 1954. Ils ont évidemment pris le relais politicomilitaire, mais ils ont agi en faveur du maintien de l'influence de la France au plan culturel et économique. De Gaulle luimême participe à la construction de cette légende car, en pointant là une démission française, il donne du poids à
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.