Des anglais dans la résistance. Le SOE en France, 1940-1944

De
Publié par

Ce livre a longtemps été interdit de diffusion en langue française. Pourquoi ? Parce qu’il écorne l’image complaisamment entretenue selon laquelle la Résistance aurait été une affaire purement franco-française.
Créé en 1940 par Churchill, le SOE, Special Operations Executive, a un rôle déterminant sur le territoire français : il livre les armes et forme les principaux agents de la France Libre. Pourtant, à mesure que le SOE prend de l’importance, des frictions apparaissent entre Churchill et de Gaulle.
S’appuyant sur les archives les plus secrètes, cet ouvrage dévoile toute l’ampleur, méconnue, de l’action britannique en France.
« Un des maîtres-livres de l’histoire clandestine de la Seconde Guerre mondiale. »
La Tribune
Publié le : vendredi 12 septembre 2014
Lecture(s) : 21
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791021001947
Nombre de pages : 831
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
DES ANGLAIS DANS LA RÉSISTANCE
MICHAEL R.D. FOOT
DES ANGLAIS DANS LA RÉSISTANCE
LE SERVICE SECRET BRITANNIQUE DACTION (SOE)ENFRANCE 1940-1944
Avant-propos et notes de JEAN-LOUISCRÉMIEUX-BRILHAC Traduit de l’anglais par RACHELBOUYSSOU
TEXTO Le goût de l’histoire
Publié en 1966 par Her Majesty’s Stationery Office Crown Copyright
M.R.D. Foot, 2004, pour la présente édition Frank Cass Publishers, 47, Chase Side, Southgate – London
Éditions Tallandier, 2008 et 2011, pour la traduction et l’édition en langue française 2, rue Rotrou – 75006 Paris
www.tallandier.com
SOMMAIRE
AVANT-PROPOS, par JEAN-LOUISCRÉMIEUX-BRILHAC. . . . . . . . . . . .
PRÉFACE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SIGLES ET ABRÉVIATIONS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CARTES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
INTRODUCTION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PREMIÈRE PARTIE STRUCTURES
Chapitre premier. LES ORIGINES DUSOE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1938-1940 : les précurseurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La défaite de la France et la naissance du SOE . . . . . . . . . . .
Chapitre II. PORTRAIT DUSOE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une créature singulière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La hiérarchie, les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La France : un secteur d’intervention complexe . . . . . . . . . . . Au quartier général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’état-major du SOE dans la machine de guerre alliée . . . .
11
23 33 39
43
53 54 60
67 68 72 77 86 89
Chapitre III. LE RECRUTEMENT ET LA FORMATION101. . . . . . . . . . . . . . . . Recruter et administrer des soldats de l’ombre . . . . . . . . . . . . 101 Les hommes et les femmes du SOE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 L’entraînement militaire et l’apprentissage de la clandestinité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
8
DES ANGLAIS DANS LA RÉSISTANCE
Chapitre IV. LES COMMUNICATIONS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Liaisons par mer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Liaisons aériennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Liaisons par voie de terre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Transmissions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Liaisons locales entre réseaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
125 127 143 166 176 188
Chapitre V. LES CONDITIONS DE LACTION CLANDESTINE ENFRANCE. 193
DEUXIÈME PARTIE RÉCIT
Chapitre VI. L’ÉCHIQUIER POLITIQUE INTERNATIONAL209. . . . . . . . . . . . Après la défaite française . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 De Gaulle, les Anglais et la résistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 Quelques remarques avant d’aborder la narration . . . . . . . . . 224
Chapitre VII. GAMBIT DOUVERTURE. . . . . . . . . . . . . .: 1940-1941 . Une lente mise en route . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Premiers succès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les débuts de la section F sur le sol français . . . . . . . . . . . . . L’état de la réflexion stratégique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les actions en France au deuxième semestre 1941 . . . . . . . . Premier bilan, premiers enseignements . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
233 234 236 249 253 255 268
Chapitre VIII. DÉVELOPPEMENT273. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : 1942 Jean Moulin à Londres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273 La coopération avec les commandos : les raids côtiers . . . . 276 Les « petites sections » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283 La section F en zone occupée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285 La section F en zone non occupée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298 La grande illusion : l’organisation CARTE. . . . . . . . . . . . . . . . . 303 La section F en zone non occupée (suite) : Lyon, Marseille, Toulouse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310 L’occupation totale de la France : le tournant de novembre 1942 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321 La section RF et le BCRA : missions d’action . . . . . . . . . . . . 327 Travail politique de la France Libre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332
SOMMAIRE
Chapitre IX. MILIEU DE PARTIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .: 1943 Le contexte stratégique et politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les efforts d’organisation de la France Libre . . . . . . . . . . . . . Les missions ponctuelles de sabotage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le travail des réseaux : un tour de France . . . . . . . . . . . . . . . . Sud-Est. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bassin Parisien et alentours. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ouest. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nord et Nord-Est. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sud-Ouest. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bourgogne, Lyonnais, Franche-Comté. . . . . . . . . . . . . . . . .
9
337 338 343 356 360 363 368 370 377 388 403
Chapitre X. UNE SÉRIE DE FAUTES407. . . . . . . . . . . . . . . . . : 1943-1944 Le cas Déricourt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 408 La chute de PROSPER428. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Funkspiele. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 452
Chapitre XI. VEILLÉE DARMES:JANVIER-MAI477. . . . . . . . . . . . 1944 . Dans les états-majors : les préparatifs du débarquement et de l’insurrection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 477 L’intensification du travail de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 496
Chapitre XII. UNE SÉRIE DE SUCCÈS:JUIN-SEPTEMBRE1944 . . . . . . Le lancement de la campagne OVERLORD. . . . . . . . . . . . . . . . . L’entrée en action de la guérilla . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les nouvelles formations interalliées : JEDBURGH. . . ., SAS Derniers combats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
517 518 524 535 552
Chapitre XIII. ÉPILOGUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 561 Chapitre XIV. BILAN STRATÉGIQUE577. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
APPENDICES
Appendice A. Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 595 Appendice B. Agents féminins envoyés en France par le SOE . 629 Appendice C. Ravitaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 634 Appendice D. Note à l’intention des pilotes de Lysander et de Hudson effectuant des opérations aériennes avec atterrissage (Hugh Verity) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 646
10
DES ANGLAIS DANS LA RÉSISTANCE
Appendice E. Rapport sur l’activité, les projets et les besoins des groupements constitués en France en vue de la libération du territoire national (Jean Moulin) . . 661 Appendice F. Exemples d’ordres d’opération de la section F . . . 674 Appendice G. Sabotage industriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 682 Appendice H. Périodes d’activité des réseaux de la section F, 1941-1944 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 701 Appendice I. Réseaux de la section F homologués par les autorités françaises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 704 Appendice J. Repères chronologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 707 Appendice K. Messages codés diffusés par la BBC à l’approche du débarquement allié en Normandie . . . . . . . . . . 711 Appendice L. Schémas des chaînes de commandement du SOE . 722
NOTES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 727 REMERCIEMENTS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 773 TABLE ANALYTIQUE775. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . INDEX781. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
NB : à l’exception de ceux du chapitre IV, les intertitres ne sont pas de l’auteur mais ont été introduits à la traduction pour faciliter la lecture.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.