//img.uscri.be/pth/f86b4c5f71531e34ae70323afa184a0f2215f103
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Des grottes du Darfour à l'exil

De
304 pages
De juin 1992 à 1995, une guérilla oppose l'armée tchadienne, épaulée par les Soudanais, aux combattants du Conseil national de redressement du Tchad, dirigé par le colonel Abbas Koty Yacoub. Ce petit groupe armé, retranché dans les grottes du Darfour, mena une résistance acharnée et courageuse contre le régime dictatorial et clanique du président Idriss Déby, avec des moyens dérisoires. Ce sont les mouvements de ces combattants, leur vie quotidienne jalonnée d'attentes, d'emprisonnements et de combats, que décrit cette chronique.
Voir plus Voir moins
EDOTTES GR DARS DUÀ L OFRU LHCEIXE QUNIROLUE UNDCANI ETT eDEÉVEH 2 à9159ujni1 99érilla o, une guémract esoppl eép, léaudihaneenduna soS rel eapbatt com auxais, liesnoC ud stnadrree  dalontinac( d,)rnrid  égiseesntmeu  dhaTcbbsaK to yaYocbupar le colonel Aim ,sneyd rap énurpoDé. moe  dvuen,stnreépd c uoissees dns insio, ueaqtrol piqitcerinoitel ed ruanaise emée soudap rlraéup ul strcêan (esirlapuop secilim sel t mil les par queiw)dnaajsej sed é,rm apencraet r snad éhtorg selres itaidientcha eep,sc rguoit te nchaacéernt  eruocuegac esrtnotes du Darfour, emanu enr sésiattnedisérp ud euqpe, byDés isdr Iidtcmi er gé eellaniet cial ator.ser «  réd iosienem stss Ceénévio sna,sdnna trts moyens avec deaDfrd  ul iouo,rle sans uestud-oapicnirpd tnemel dntsoe s léouér rel sfeoftr socés dans lœuf pano sté tté éffuoden més asdiIl.  lèvur acteême ium- l etruLua. tsenemrnveou gxued sed séugujnre peu clhistoitreid  e rnu eapaggnsue  tonoiémp els rael eiov e damistislaime emtnfueféotsnl » . cie-llcee  duom sel tnos eC s Tchadionnue del tuetd ne s :ale  llerôcnu etr el rgér uoj ap é ,dtnsesinomerpnts nemee coet dq ,stabmircéd eue ttcet qunirochevemtn sedc sec ombattants, leureiv ouq iditenneal jnéonde teat ed neicitamrofn I7.97 1ûtao0  3iuivtns elemé agil aon, essiprof tseà éngaH  ragidn ssriHie.eissoKéb )eluterd  u (Préfec Bakaoré2.01 2 àt esl  Isenneida0102 ed x en deus.fant éteamir eedp rèitilreaio dicffenu rof itamm nos les forces canei rtes reivd na
DES GROTTES DU DARFOUR À L’EXIL
CHRONIQUE D’UNE LUTTE INACHEVÉE
P our M ieux c onnaître  le t cHaD
H issein i Driss H
Préface d’Acheikh Ibn-Oumar
162982-31 eI-8-233-6BS N :79agagr
21/260   94:gaP e1RU1-D4CE1._2iMes en ge 1  17/1 SEDS TEOTGRFOAR DDU
  604: 9711//221ge 1  Mise en CED4_21.OFRA1-RUS TE DDUS DEOTGR
C O L L E C T I O N D I R I G É E P A R M A R I E - J O S É T U B I A N A
P OUR M IEUX C ONNAÎTRE LE T CHAD
D A N S L A C O L L E C T I O N B I B L I O T H È Q U E P E I R E S C ( e n c o l l a b o r a t i o n a v e c l ’ A R E S A E ) 2006 Marie-José Tubiana. Carnets de route au Dar For 1965-1970.
Le but de notre collection est de contribuer à l’édification du Tchad moderne en permettant aux Tchadiens de mieux connaître leur pays dans toute sa diversité et sa richesse. Nous avons publié des travaux inédits, des documents d’archives, des traductions françaises d’ouvrages étrangers et réimprimé des textes devenus introuvables.
D E R N I E R S O U V R A G E S P A R U S 2000 Baba Moustapha. Le souffle de l’harmattan. (P RIX A LBERT B ERNARD DE L ’A CADÉMIE DES S CIENCES D ’O UTRE -MER ) Gérard Serre. Une nomadisation d’hivernage dans l’Ouadi Rimé (Tchad 1956). 2001 Géraud Magrin. Le sud du Tchad en mutation : des champs de coton aux sirènes de l’or noir. (P RIX A LBERT B ERNARD DE L ’A CADÉMIE DES S CIENCES D ’O UTRE -MER ) Victor-Emmanuel Largeau. À la naissance du Tchad 1903-1913 (Documents présentés par Louis Caron). 2002 Claude Durand. Les anciennes coutumes pénales du Tchad. Les grandes enquêtes de 1937 et 1938. Joël Rim-Assbé Oulatar. Tchad. Le poison et l’antidote. Essai. 2003 Le Tchad au temps de Largeau 1900-1915 (photographies, dessins). Al-Hadj Garondé Djarma. Témoignage d’un militant du Frolinat. Bichara Idriss Haggar. Tchad. Témoignage et combat politique d’un exilé. 2004 Marie-José Tubiana. Parcours de femmes. Les nouvelles élites : entretiens. 2005 Les contes oubliés des Hadjeray du Tchad recueillis et édités par Peter Fuchs, traduits de l’allemand par Hille Fuchs. Alain Vivien. Ndjaména naguère Fort-Lamy, histoire d’une capitale africaine. 2006 Zakaria Fadoul Khidir. Le chef, le forgeron et le faki. Lidwien Kapteijns. Mahdisme et tradition au Dar For. Histoire des Massalit 1870-1930, traduit de l’anglais par Geneviève d’Avout et Joseph Tubiana. Mahmat Hassan Abakar. Chronique d un enquête criminelle nationale. 2007 Oumar Djimadoum. Un vétérinaire tchadien au Congo. Contes Toubou du Sahara recueillis au Niger et au Tchad par Jérôme Tubiana. Antoine B ANGUI -R OMBAYE . Taporndal. Petites chroniques du pays gor et d’ailleurs. B ICHARA I DRISS H AGGAR . François Tombalbaye 1960-1975. Déja, le Tchad était mal parti. Arnaud D INGAMMADJI . Ngarta Tombalbaye. Parcours et rôle dans la vie politique du Tchad (1959-1975) . 2008 Hommes sans voix. Forgerons du nord-est du Tchad et de l’est du Niger. Textes réunis par Marie-José T UBIANA . 2008 Louis C ARON . Au Sahara tchadien. L’administration militaire au moment de l’Indépendance. Borkou - Ennedi - Tibesti 1955-1963 .  2010 Jean L AOUKOLÉ . Les rebelles selon Monsieur le préfet . François B ESNIER . Moussoro. Cent ans déjà . 2011 Jean L AOUKOLÉ . La démocratie humiliée. Le référendum de la République de Békoï dans le canton Hillé Chingnaka.
e2ag P
CHRONIQUE
4: 9  60/221711/
DES
INACHEVÉE
LUTTE
D’UNE
À
DARFOUR 
DU
GROTTES 
e3
L’EXIL
 PagCED4_21.OFRA1-RUge   1seMin  eTES DU DDES GROT
ANAIB-José TUet MarieenF VAERànJ honaév rioisfionlaé ne ic a AHCTuq»DtiiaocssURPO« onNOCXUEIMELERTÎANnt orésegea uvraosmuté él Asià p eL
CONCEPTION GRAPHIQUE & MISE EN PAGE – ANNE LEBOSSÉ
L’auteur de ce livre s’est exprimé ici librement et revendique la responsabilité de son texte.
PHOTO DE COUVERTURE : Fadoul Hissein (à gauche) et un autre combattant lors de notre abandon du C d’Arou. P    © L'H ARMATTAN , 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-29162 8 -EAN : 9782336291628  
P ga4e    604: 9                    RGTOED SUR-1ARFODU DTES  ne esiM_21.CED4122//117   1ge
OURF14R-C.DE_M12G SETTORD SEAD UD
P OUR M IEUX C ONNAÎTRE LE T CHAD
L’Harmattan
5egaP
Préface d’Acheikh Ibn-Oumar
DES GROTTES DU DARFOUR À L’EXIL
CHRONIQUE D’UNE LUTTE INACHEVÉE
H ISSEIN I DRISS H AGGAR
/12 7/1249   06:ne si e 11 g e
G ORDSEC.1214DEe en_MisD  UTTSEUO-RADFR496: 02 6gePa   1 eg 1/21/71 
TCHAD Kutum GuérédaKuKlebtuia s 14° jMebel un Tindelti Sirba SOUDAN Azerni Baré Adré ArdamataAdikongAm DukhuSnaraf Oumra HMaajrjfearïnHashEla-bGaeneMinuarneiKahomrla jeb3e l0 8M8amrra R Zalingei ArouHajjerThur Baïdoukou TougoullaKas
Bakaoré Er Iriba Tina
22°
D ARFOUR OCCIDENTAL
12°
Mellit D ARFOUR SEPTENTRIONAL El-Fasher
100
0
Nyala D ARFOUR MERIDIONAL
km
24°
Ed-Da’ein
26°
/117122/06  9 :4gaP 
Le récit de Hissein Idriss Haggar est à la fois passionnant et ordinaire. Passionnant, assurément, ce parcours d’un jeune lycéen tchadien qui abandonne sa scolarité et s’enrôle dans les rangs d’un de ces mouvements « politico-militaires » qui, depuis des décennies, font partie intégrante du paysage tchadien. Passionnantes, les tribulations du jeune guérillero dans les monts et ouadis de la zone frontalière entre le Tchad et le Soudan, dans l’ouest du Darfour, avec ces épisodes lourds ou légers, stimulants ou déprimants, mais toujours dramatiques et souvent poignants. Mais l’itinéraire de Hissein Idriss Haggar est en même temps un phénomène ordinaire, dans la mesure où c’est celui de dizaines de milliers de jeunes Tchadiens, depuis que notre pays s’est trouvé entraîné dans ce « labyrinthe » sans fin, en ce funeste mois d’octobre 1965, au cours duquel l’avidité et l’incompétence d’un obscur responsable de l’administration territoriale, couplées avec les prétentions seigneuriales d’un notable local et l’exaspération paroxysmique des populations rurales de Mangalmé, formèrent les ingrédients d’un séisme dévastateur dont les répliques se manifestent régulièrement depuis (Netcho Abbo. Mangalmé 1965. La révolte des Moubi , L’Harmattan, PMCT , 1996).
7e
P RÉFACE
 SEDTORG SETD UDARFOUR-14DEC.12_iMese  neg1   
seMi2_.1gen  eOFRAD UDCED41-RUDES TES GROT:49  Page8
8
Ordinaire aussi, le ton du narrateur, qui relate cet enchaînement d’épreuves, de privations, de sacrifices et, naturellement, de combats, avec simplicité et naturel, comme s’il s’agissait d’un voyage de vacances raconté à des copains. Il n y a aucun calcul délibéré dans ce choix de style. Le passage par le maquis fait partie de la vie « normale » : père, oncle, grand frère, ami d’enfance… beaucoup de membres de l’entourage ont connu cet épisode, à un moment ou un autre. Ce style factuel, sans fioritures, exprime bien la quasi banalité de cette aventure pour un jeune Tchadien et, en même temps, loin d’en appauvrir la relation, lui donne au contraire un souffle d’authenticité et une puissance d’expression certaine. Comme si le vécu brut, rendu tel quel, de la vie de ces hommes qui avancent suivant la formule arabe « en tenant leur vie dans la paume de la main » comme un fruit offert, se passe de toute élaboration littéraire qui n’ajouterait rien à l’efficacité narrative. « Révérence gardée » envers Hemingway, Pour qui sonne le glas , me vient irrésistiblement à l’esprit, et plus généralement les romanciers américains de la première moitié du siècle dernier. Avant de nous entraîner dans ses aventures, l’auteur commence par rappeler « le contexte de la lutte » : une synthèse courte, dense de la situation politique au Tchad, caractérisée essentiellement par le reniement du président Idriss Déby des aspirations nationales au nom desquelles son mouvement le MPS (Mouvement Patriotique du Salut), avait mené lui aussi une guérilla victorieuse contre le président Hissène Habré, et par le dévoiement de la promesse de démocratie et d’égalité, en un pouvoir hyper personnel : « Le président pourrait se faire Roi à l’aube du XXI e siècle ! Il veut bien des concitoyens égaux, s’ils le sont devant lui. Plus de lettrés ni
1   711//221  60
  21/21/P  94:60
d’illettrés ; plus de bonne moralité ni de mauvaise foi… plus de compétence ni de médiocrité… » En 1992, un groupe de compagnons historiques du MPS , dirigés par le défunt colonel Abbas Koty, décide (ou plutôt fut contraint) de se retirer du système pour reprendre la lutte dans les maquis, sous l’égide cette fois du CNR (Conseil National pour le Redressement) 1 . C’est ce mouvement que Hissein Idriss Haggar décide de rejoindre, en ralliant « à pied, à cheval, en voiture » la première base militaire de Baïdoukou (dans la région soudanaise de Geneina). Voyage clandestin et naturellement plein de risques et d’épreuves, comme un avant goût de la vie au maquis, à travers la frontière, et la campagne du Darfour soudanais. Cette première base se trouva rapidement prise en tenailles entre les forces soudanaises et tchadiennes, et le groupe fut désarmé puis éloigné dans un camp de prisonniers, à l’intérieur du Soudan, à Ed-Daein. Là, une tentative d’évasion tourna au massacre et les rescapés, renforcés par des éléments du mouvement qui venaient par d’autres filières, réussirent tant bien que mal à créer une deuxième base à Hashaba. En pleine réorganisation, dans des difficultés et un dénuement croissants, les combattants apprirent par la radio, le 16 août 1993, l’arrivée à Ndjaména du chef du CNR , le colonel Abbas Koty, suite à un « accord de réconciliation signé la veille à Tripoli avec le régime, sous l’égide de la Libye et du Soudan ». Les combattants se scindèrent entre ceux qui acceptaient cette voie de la « réconciliation » et l’abandon de la lutte et ceux qui étaient d’avis contraire. La désorganisation provoquée par cette cacophonie était en train de déployer ses
(1) Bichara Idriss Haggar. Tchad : Témoignage et combat politique d’un exilé , L’Harmattan, PMCT , 2003.
9
e9ag1-D4OFRU_2iMCE1.n se e  17ge 1DEUD SRAD RG SETTO