//img.uscri.be/pth/3e2d72ba2d14269f4773e6ecae0cd43fb9cf2a8c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Eaux mêlées à Montmartre

De
440 pages
Mars 1941, Orphelinat Rothschild : Marie-Rose Lévy et Lucien Gaspard se rencontrent pour la première fois. Pendant deux ans, ils vont s'occuper d'une vingtaine d'orphelines juives séparées de leurs parents par les persécutions antisémites. Nombre d'entre elles sont livrées aux Allemands par la police de Vichy en 1942 et 1943, déportées et assassinées. Ces souvenirs tragiques, Marie-Rose et Lucien les recouvriront d'un linceul de silence après la guerre. Leur fils, l'auteur, en découvre les détails à travers une correspondance de guerre retrouvée en 2010.
Voir plus Voir moins
moirese duXX siècle
Michel Gaspard
EAUX MÊLÉES À MONTMARTRE Une histoire familiale
Deuxième période : 19361950
Préfaces de Georges Loinger, Katy Hazan
Eaux mêlées à Montmartre Une histoire familiale Deuxième période : 1936-1950
e Mémoires du XX siècle Déjà parus Michel GASPARD,Eaux mêlées à Montmartre, Une histoire familiale, Première période : 1880-1936,2016.Henri CHENNEBENOIST,Carnets de Chine (1900-1901).Un Français dans la guerre des Boxers,2016.Auguste VONDERHEYDEN,Cahiers de guerre (1914- 1918),2016. Sabine CHERON et Marie-Hélène PRECHEUR,Les coquelicots au vent de la liberté. De Varsovie à Nancy : un rêve réalisé,2016.Rafael MONREAL,Le chemin de Rafael. Un républicain espagnol dans la guerre civile,2016. Anna Senik,Une famille juive de la Pologne à la France de Vichy, Penser ce qui nous est arrivé,2015. Bernard GROUSELLE,De la ligne Maginot à Berchtesgaden. Souvenirs d’un français libre,2015. Viktor GEIGER,Viktor et Klára. Camp de travail en Ukraine dans le Donbass (1945 – 1946),2015. Henri CHENNEBENOIST, Carnets de campagne 1914–1918,2015. Paul GRISON,Un soldat écrit à sa famille depuis le Maroc, l’Algérie, l’Indochine (1944 – 1953),2015. Jean GRIBENSKI,De Suwałki à Paris. Histoire d’une famille d’origine juive polonaise : les Gribinski/Gribenski (vers 1840-1945),2015. Pedro CANTINHO PEREIRA,Un « Malgré nous » dans l’engrenage nazi, Les sacrifiés de l’Histoire ,2015.Fernand THOMAS,Mémoires de guerre, La vie malgré tout (1914 – 1918),2014. e Renaud de BARY,batterie. Journal intime d’un appeléLa 4 en Algérie (1 mars 1961 - 5 janvier 1963),2014. Richard SEILER,Charles Mangold, chef de l'armée secrète en Périgord,2014. Henri FROMENT-MEURICE,Journal d’Egypte, 1963-1965,2014.
Michel Gaspard
Eaux mêlées à Montmartre Une histoire familiale Deuxième période : 1936-1950
Préface : Georges Loinger, Katy Hazan
© L'HARM ATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-336-31181-4 EAN : 9782336311814
A mes parents, grands-parents, arrière-grands-parents et à ceux qui les ont précédés Aux déportés de 1940-1944 A mes enfants, petits-enfants et à ceux qui les suivront &¶HVW XQH TXHVWLRQ TXL P¶D WRXMRXUV DQJRLVVpH« OH SDVVDJH GX SUpVHQW DX SDVVp OD PRUW GH WDQW GH FKRVHV YLYDQWHV (Q FH PRPHQW QRXV YLYRQV O¶KLVWRLUH &HX[ TXL OD UpGXLURQW HQ SDUROHV VDXURQWLOV FH TX¶XQH OLJQH GH OHXU H[SRVp UHFRXYUH GH VRXIIUDQFHV LQGLYLGXHOOHV " &H TX¶LO \ D HX HQ GHVVRXV GH YLH SDOSLWDQWH GH ODUPHV GH VDQJ G¶DQ[LpWp " Hélène Berr, Journal 1942-1943
/HV DUFKLYHV F¶HVW VHF Serge Klarsfeld
PREFACE
*HRUJHV /RLQJHU 3UpVLGHQW GHV $QFLHQV GH OD 5pVLVWDQFH MXLYH GH )UDQFH .DW\ +D]DQ $JUpJpH G¶KLVWRLUH 'LUHFWULFH GX VHUYLFH $UFKLYHV HW +LVWRLUH GH O¶26( Enfant de Strasbourg, j’ai fait mes études secondaires au lycée derrière la cathédrale. J’apprenais l’allemand, le+RFKGHXWVFK, et l’auteur de ce livre, Michel Gaspard, me dit que j’ai peut-être été l’élève de son grand-père Paul Lévy. Je ne m’en souviens pas clairement, c’était entre 1925 et 1930. Paul Lévy faisait des causeries à la radio de Strasbourg sur les langues et la littérature d’Alsace, je ne sais plus non plus si je l’écoutais... De la radio à cette époque, je me rappelle surtout les discours d’Hitler hurlant : «-XGHQ -XGHQ -XGHQ LFK ZHUGH VLH DXVURWWHQ », les Juifs, je les exterminerai !
Michel Gaspard me dit aussi que l’immense maison de son arrière-grand-père Léon Weil, à Bouxwiller, abritait dans une aile de la cour la famille du rabbin Ernest Weill, de 1897 à 1920. Ce rabbin célèbre était le père de Joseph Weill, né et grandi en voisin de Lily Weil, grand-mère de l’auteur qui épousa Paul Lévy en 1920. Le docteur Joseph Weill a été le guide spirituel de toute ma génération à Strasbourg. C’est lui qui m’a convaincu, en 1932, de renoncer à mon métier d’ingénieur pour me former comme professeur de gymnastique au service de la jeunesse israélite, j’étais un grand sportif. C’est ainsi que j’ai participé à la création du collège Maïmonide au côté de Marcus Cohn, à Paris au milieu des années 1930, pendant que Joseph Weill fédérait tous les mouvements de jeunesse des Juifs d’Alsace au sein du0HUND] +DQRDUà Strasbourg. Mobilisé en 1939 malgré son âge, démobilisé en 1940, Joseph Weill est devenu à partir de 1941 le grand dirigeant de l’OSE qui fut à l’origine du sauvetage de milliers d’enfants.
En 1939, la baronne Germaine de Rothschild recueillait dans son château de La Guette, à l’Est de Paris, 130enfants juifs dont les parents avaient été internés en Allemagne par les nazis. Elle m’a demandé de prendre la direction de cette nouvelle maison d’enfants réfugiés, mais c’est Flore, mon épouse, qui

en prit la charge à l’automne 1939 car j’étais mobilisé. Après l’invasion allemande, Flores’est réfugiée avec tous les enfants à la Bourboule en zone Sud, dans un hôtel loué par la Baronne. J’étais prisonnier dans un Stalag en Bavière, je me suis évadé en décembre 1940 en compagnied’un cousin retrouvé par hasard.
Ayant rejointFlore et les enfants de La Guette, j’ai bientôt retrouvé aussi Joseph Weill,à Montpellier où l’OSE était« repliée » comme on disait à l’époque. Je me suis mis avec lui au service de l’enfance en détresse, au sein des équipes de l’OSE. Je ne sais pas combien d’enfants menacés de déportation j’ai réussi à faire passer en Suisse en 1943 et 1944, plusieurs centaines m’a-t-on dit. J’ai eu beauco: nombre de mesup de chance camarades ont été pris, déportés, assassinés. Parmi les passeurs d’enfants, Mila Racine, Marianne Cohn, Nicole Salon-Weil, Thérèse Tédesco… Des dizaines d’autres membres des réseaux de l’OSE et desEclaireurs Israélites ont subi le même sort.
(DX[ PrOpHV j 0RQWPDUWUH: dans ce livre attachant, l’auteur raconte la rencontre de ses parents Lucien Gaspard et Marie-Rose Lévy, tous deux éclaireurs, à l’orphelinat Rothschild où ils donnentdes cours aux jeunes filles juives étrangères accueillies par les bons soins de la baronne Germaine. Ils les soutiennent, essayent de les sauver quand arrivent les rafles en 1942 et 1943. En les suivant à cette époque, on retrouve les grandes organisations et les grands personnages que j’ai bien connus, qui ont permis le sauvetage des enfants : Joseph Weill et Andrée Salomon, Eugène Minkowski et Falk Walk, Robert Gamzon, bien d’autres. Et l’onentrevoit la multitude des actes quotidiens de tous ceux qui ont aidé tant de gens persécutés à survivre. Pour le sauvetage d’un seul des enfants cachés en lieu sûr ou passés en Suisse, que d’énergies diverses a-t-il fallu mettre ensemble !
Je suis heureux d’avoir connu si longtemps depuis 1945 la fin des nationalismes, des haines religieuses et raciales qui avaient fait tant de ravages en Europe. La construction européenne nous a apporté plus d’un demi-siècle de prospérité, de paix, de meilleure compréhension entre les peuples. La période actuelle, hélas, nous rappelle une fois de plus que les démons ne meurent jamais. Le nationalisme frileux, le populisme sont de retour ici et là, avec la peur et parfoisla haine. L’Europe unie semble vaciller sur ses bases sous les coups de tous ceux qui voudraient sa mort.Aujourd’hui plus que jamais, les leçons des temps sinistres de ces(DX[ PrOpHVne devraient pas être oubliées,pour qu’ilspuissent ne jamais revenir. Georges Loinger

(DX[ PrOpHV j 0RQWPDUWUH, un livre au titre évocateur qui rend hommage au roman de Roger Ikor. Ce second volume est une promenade dans les méandres de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, qui fourmille de détails pour les amoureux du passé. Elle nous mène parmi les éclaireurs de Montmartre avant-guerre, sur les pathétiques chemins de l’Exode en 1940, dans le 12e arrondissement de l’Orphelinat Rothschild sous la botte nazie; en passant par Lyon où l’Ecole Polytechnique était exilée par les Allemands, et Marseille où se réfugiait Albert Cohen, fils du directeur de l’Orphelinat et proche camarade de Lucien Gaspard. L’auteur, découvrant une correspondance de guerre de ses parents avec Albert Cohen, cartes-lettres interzones écrites en 1942 et 1943, en a fait après déchiffrage le roman de leur rencontre. Il les suit patiemment, par petites touches et par cercles concentriques. Il s’interroge sur leur engagement réciproque, sur leurs activités, avec curiosité et le plus honnêtement possible, sans cacher les lacunes de leur histoire, sans en faire des héros qu’ils n’étaient pas. De la micro histoire enchâssée dans la grande histoire. Pendant la guerre, leur histoire croise celle del’orphelinatRothschild qui reçoit de nombreux enfants juifs envoyés par les familles persécutées de Berlin, Vienne, Francfort. Marie-Rose, éclaireuse israélite, Lucien, éclaireur laïc prennent en charge un groupe d’orphelines comme professeurs bénévoles du petit lycée, créé par le nouveau directeur de l’orphelinat, Fernand Cohen, et baptisé*\QpFpH. Tous deux sont des amis proches de sa famille et surtout de son fils Albert. A travers leur parcours, on retrouve les organisations juives de résistance, l’OSE, les EIF, l’UJRE, et le scoutisme parisien. On croise les grands noms de ceux qui ont permis le sauvetage des enfants. Marie-Rose et la famille Lévy, clandestins ne portant pas l’étoile, vont survivre à Paris. Lucien terminant ses études navigue entre Lyon, Paris, Lille, Marseille, Grenoble et le Vercors. Les deux amoureux seront de modestes exécutants occasionnels des réseaux de cache de l’OSE et des Eclaireurs Israélites.
Les plus proches amis éclaireurs de Lucien à Lyon, les Dreyfus-Kahn, sont parmi les responsables du réseau clandestin de l’OSE décidé par Joseph Weill après la nuit de Vénissieux en août 1942 et mis sur pied par Georges Garel et Andrée Salomon. La plus proche cousine éclaireuse de Marie-Rose, Yvette Salmon, se marie en août 1942 avec un chef des fermes-écoles de Lautrec, André Lyon-Caen, qu’elle rejoint au moment de la création de l’organisation de sauvetage des EI,/D 6L[LqPH. D’autres camarades parisiens de Lucien, Théo Klein, Nicha Bienenfeld, sont parmi les chefs de/D 6L[LqPHà Grenoble. Deux d’entre eux, Marc Amon et Thérèse Tedesco le paieront de leur vie. Mais il faut auparavant sortir les enfants de la région parisienne. Lucien de son côté cherche à explorer une filière vers Limoges avec la complicité de Fernand Cohen, en mars 1942. Après avoir transporté du courrier pour l’Amérique, il passe la ligne de démarcation à La Rochefoucauld, avec sa