//img.uscri.be/pth/8008f69013a2db3f1ffd8328e18e63c079119160
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,88 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Fers croisés sur Dumouriez

De
188 pages
Officier d'Ancien Régime, Charles-François Dumouriez mène une carrière qui le conduit sur le champ de bataille de La Grande Guerre de Sept ans, puis en Allemagne, Corse, Pologne sous couvert de missions plus ou moins secrètes... Il sera le vainqueur de Valmy et de Jemmapes. Mais intrigues, renseignement, espionnage auront raison du parcours exceptionnel de cet homme au destin paradoxal. Sophie de Lastours, présente ici les textes de plusieurs auteurs et leur controverse sur le général Dumouriez.
Voir plus Voir moins
Fers croisés sur Dumouriez (1739-1823)
Histoire de la défense Collection dirigée par Sophie de Lastours Cette collection se propose d’étudier les différents aspects qui composent l’histoire de la défense. La guerre, la technologie, la sécurité n’ont cessé de se transformer, de se construire et même de se détruire les unes par rapport aux autres. Elles sont en perpétuelle mutation. L’apparition de nouvelles menaces a toujours conduit les sociétés à tenter de s’adapter avec plus ou moins de succès et parfois à contre-courant des idées reçues. Des questions seront soulevées et des réponses données, même si beaucoup d’interrogations demeurent. L’histoire, la géographie, le droit, la politique, la doctrine, la diplomatie, l’armement sont tous au cœur de la défense et interfèrent par de multiples combinaisons. Ces sujets contribuent à poser les défis et les limites du domaine de la défense à travers le temps en replaçant les évènements dans leur contexte. e On dit par exemple que dans ce XXIsiècle naissant, les guerres entre Etats sont en train de devenir anachroniques au bénéfice de conflits tribaux ou religieux, mais seules des comparaisons, des études détaillées qui s’étendent sur le long parcours de l’histoire permettront de le vérifier. Derniers parus Christophe DARGERE,Je vous écris de mon hôpital... Destins croisés de six soldats ligériens blessés pendant la Grande Guerre, 2011. Oriane BARAT-GINIES,L’engagement militaire français en Afghanistan, 2001-2011, 2011. Emmanuel GOFFI, Lesarmées françaises face à la morale, 2011. Arlette ESTIENNE MONDET, J.B.E Estienne, « Le père des chars », 2011. Michèle RACLOT,28 mai 1940. Le jour où le Brazza s’est englouti,2010. Christophe DARGERE, Siça vient à durer tout l'été. Lettres de Cyrille Ducruy, soldat écochois dans la tourmente 14-18, 2010. Xavier LAVIE, Une garde nationale pour la France, 2010. Henry OLIVARI,Mission d’un cryptologue français en Russie(1916), 2009. Souvenirs croisés de la première guerre mondiale: correspondance des frères Toulouse (1914-1916) et souvenirs de René Tognard (1914-1918), 2008.
Textes rassemblés par Sophie de Lastours Fers croisés sur Dumouriez (1739-1823) Relecture et correction par Nicolas Prudhomme
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01444-9 EAN : 9782343014449
PRÉFACE Jacques LEGENDRE, 1 Historien, maire de Cambrai , Sénateur du Nord TOMBEAU DE DUMOURIEZ Dumouriez embarrasse. Il a joué un rôle essentiel dans un moment crucial de l’histoire de notre pays. Du printemps 92 au printemps 93, il est l’homme fort qui permet, à Valmy, la proclamation de la République, repousse les envahisseurs, occupe les Pays Bas autrichiens et semble en mesure de rétablir la Royauté constitutionnelle. Mais il échoue et depuis il semble effacé de la mémoire nationale. Pour le constater, il suffit de se rendre sur la butte de Valmy. De Dumouriez point de traces, ou si peu. Sur la butte on exalte Miranda et surtout Kellerman, «duc de er Valmy » parla grâce de Napoléon 1, Pair de France par décision de Louis XVIII. Alors qui a gagné cette bataille ? Kellerman seul? Bonaparte, la monarchie restaurée et la 1  Mairede la ville de 1977 à 1992, puis premier adjoint et toujours membre du conseil municipal.
République semblent s’accorder pour effacer de la mémoire nationale cet acteur compromettant, au risque de commettre une injustice historique. Dans le salon d’attente de l’Hôtel de Brienne, résidence des ministres français de la Guerre, une gravure représente la bataille de Jemmapes. Un général charge à la tête des volontaires parisiens. Dumouriez? Non. Dampierre, son subordonné et rival qui s’opposera à lui lors de sa tentative de coup d’état. Ainsi donc, même lorsqu’il s’agit de sa plus incontestable victoire, Jemmapes, et même au Ministère de la Guerre, dont il fut un éphémère titulaire, le souvenir de Dumouriez ne doit pas subsister. Comment expliquer alors que le nom de ce paria de la Mémoire nationale figure sur le plus illustre monument des gloires françaises de la Révolution et de l’Empire: l’Arc de Triomphe ? Certes, il a commandé les armées françaises mais il a aussi livré à l’ennemi le ministre de la Guerre, Beurnonville, et les Commissaires de la Convention venus l’arrêter. Un traître sous l’Arc de Triomphe ? Faut-il donc rouvrir son procès ? C’est sous Louis-Philippe que l’Arc de Triomphe est achevé. Le Roi Citoyen, aide de camp de Dumouriez à Valmy, officier général à Jemmapes et Neerwinden, a fait défection avec lui en 1793. Il ne pouvait pas effacer le nom de son chef et ami de ce temple de la Gloire au prétexte d’une action dont il fut le complice. La mauvaise image de l’homme fort de 1792 serait-elle donc une affaire de parti? Détesté de Napoléon et des républicains de tradition jacobine, suspect aux royalistes de la Restauration, mort en 1823, il aurait finalement souffert de l’accession tardive au pouvoir de son véritable disciple, Louis-Philippe, en 1830. Orléaniste, Dumouriez? C’est bien son drame. Au e XXI siècle,les historiens sont républicains, ou fascinés
8
par Napoléon. Le libéralisme dans sa forme louis-philipparde n’a guère de postérité. Même dans sa ville natale, Cambrai, l’embarras est manifeste. Après la première guerre mondiale, l’Hôtel de Ville, dévasté par les Allemands, s’est doté d’une Salle des Mariages ornée de fresques qui relatent l’histoire de la ville et de ses plus glorieux enfants. Le Général est représenté, mais la Municipalité a précisé «Dumouriez à Valmy ».Aucune rue ne porte son nom et il a fallu attendre 1992 pour que je décide, en qualité de Maire, de faire apposer une plaque sur sa maison natale indiquant « Iciest né Charles-François Dumouriez, vainqueur de Valmy. » Ostracisé ici, honoré là, l’enfant de Cambrai a vécu plusieurs vies entre 1739 et son décès en Angleterre, à Turville Park, en 1823. Chaque période de sa vie mérite d’être racontée et livre une facette de sa personnalité ondoyante et complexe. Né dans une ville fortifiée de la frontière du Nord où son père est Commissaire des guerres, c’est-à-dire une sorte d’intendant militaire, il descend d’une famille de petite noblesse militaire, originaire de Provence, même si son père se veut noble parisien. Très vite orphelin, 2 « noué», il devra faire preuve de courage, de volonté, pour triompher de ses ennuis physiques. Tout naturellement, après avoir vaincu la maladie et fait de solides études dans un des meilleurs collèges parisiens sous la surveillance d’un père bourru, mais attentif, il suit celui-ci en campagne, en Allemagne, manque être tué au 3 combat de Clostercampet termine la guerre avec la Croix de Saint-Louis.
2 Atteint d’une grave scoliose. 3  Le16 octobre 1760, la fameuse phrase «À moi Auvergne, c’est l’ennemi »,qui donna l’alerte, a été prononcée par le sergent Dubois alors qu’elle a souvent été attribuée au chevalier d’Assas, lequel  9