//img.uscri.be/pth/67cd68d32d07a7abca7d15ec4f4bb8bc21d172cb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Frères contemplatifs en zone de combats

De
277 pages
Le frère René Voillaume est bien plus que l'inspirateur du vécu et du récit de ces années de guerre au Djebel Bissa. Les frères de cette fraternité ne sont restés dans leur montagne avec leurs frères "montagnards" et les membres de l'Armée de Libération Nationale, qu'à la demande du frère René Voillaume. Dans le dialogue qu'ils ont entretenu avec eux, ils ont pu, ensemble, définir et corriger leur conduite dans des situations difficiles auxquelles ils n'étaient pas particulièrement préparés.
Voir plus Voir moins

Frères contemplatifs en zone de combats
Algérie: 1954-1962 (Willaya IV)

Autres travaux du rédacteur de ce rapport

- «Charles de Foucauld et l'Islam - Politique et mystique» thèse de doctorat d'Etat, « lettres et sciences humaines» Paris Sorbonne 1988 (dactylographie) - « Paysans des montagnes forestières du Dahra oriental Djebel Bissa» - thèse de Ille cycle - Paris EPHES 1972 (dactylographie). - « L'intelligence scientifique et la compétence technique des Paysans, base de la Révolution Agraire ». Alger 1975 Revue du Ministère de l'Agriculture« Terre et Progrès ».

Louis Saïd KERGOA T

Frères contemplatifs en zone de combats
Algérie: 1954-1962 (Willaya IV)

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris France

L'Harmattan Hongrie 1053 Budapest Kossuth L.u. 14-16

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

HONGRIE

@ L'Harmattan,

2005

ISBN: 2-7475-8148-9 EAN : 9782747581486

Tous les frères du Maghreb, plus particulièrement les frères de la fraternité du Djebel Bissa, dédient ce long« rapport» à la mémoire de Frère René Voillaume, fondateur des Petits Frères de Jésus et leur responsable général durant la guerre d'indépendance de l'Algérie, à la mémoire du Cardinal Léon-Etienne Duval, leur évêque durant cette période et leur défenseur fraternel, à la mémoire du Commandant Si Lakhdhar Bouchemaa, qui fut leur protecteur en Wilaya IV. Ils dédient également ce rapport au Capitaine Si Hamdane Kafoufi, toujours parmi nous, qui les protégea également en Zone 4 de cette Wilaya IV ainsi qu'à toutes les familles de leur «ferqa » Bouqraba et de leur douar Sinfita, qui furent toujours à leurs côtés, les soutinrent dans toutes les situations difficiles et auxquelles ils restent unis par les liens d'une profonde amitié fraternelle.

Photo 1 . Léon Etienne Duval Archevêque d'Alger

" Vous êtes là (au Bissa)par ma volonté...
Mettez mon nom en avant pour toute explication.

(aux frères du Bissa 1955)
~

"

Photo 2 - frère René VoiUaume, fondateur des fraternités.

Vous essaierez de faire admettre votre loyale adhésion à la justesse de leur cause ("juste désir d'accéder à leur indépendance '?, au~dessus de tout nationalisme, mais ce sera difficile parce que vous serez obligés de refuser certaines formes de participation qui auraient été justement les seules preuves convaincantes, pour ces peuples, de votre sincérité. /I
/I

(Frère René Voillaume, " L'unité de l'amour ", Lima 1er décembre 1951 - Au cœur des masses, 1957, pA 77.

Introd uction

Mystique et politique Cousignes De Sœur Magdeleine Des visages... des photos Djebel Bissa: présentation rapide

Première Partie

La fraternité du Djebel Bissa 1 Le passé de la région Ténès-Cherchell 2 Le passé des fraternités Le passé de la fraternité du Bissa 1945 - 1954 3 1954 - 1962 : Guerre d'indépendance Relations avec les civils Relations avec les militaires 4 Mars 1958 : Le frère Prieur au Bissa 5 Août 1958 : Retrait provisoire 6 Octobre 1962 : Demande de retour Conclusion: 1er janvier 1958 : Lettre de Si Lakhdhar aux frères Documents: Lettres et diaires 1 1955-1956: Derniers mois paisibles 2 1956 mai-juin: Menaces d'arrestations 3 1956 août: Première opération militaire française. 4 1956: L'ALN se manifeste 5 1956 décembre: Opération militaire sur la fraternité 6 1957 mai: Démantèlement de notre douar 7 1958 : Retrait provisoire 8 1959-1960: Voyages au Bissa. 9 1961-1962: La paix à l'horizon 10 1963 janvier: Le retour, l'école primaire mixte du Bissa 1er novembre 1959 : Lettre de Si Lakhdhar.

Deuxième Partie

Conclusion Annexes

En guise de " Préface" Celui qui publie ces pages a pris part aux événements qu'elles relatent sous le nom de Said Aissa. En cela il se veut simplement le porte-parole de ses frères et le témoin de ce qu'ils ont vécu. Il répond aussi au désir du frère René Voillaume, alors Prieur des Petits Frères de Jésus, qui aurait fait cette préface, s'il était encore parmi nous l, et qui lui écrivait le 25 mai 1982 :
" Paris le 25 mai 1982

Cher Saïd, Ce nom me vient plus spontanément à la mémoire que celui de Louis! Que deviens-tu? Tu sais que je suis plongé dans la rédaction de I 'histoire des origines de la Fra ternité2. Je pense indispensable d'aller jusqu'à la fondation des fraternités ouvrières, mais il est une période de la vie de nos fraternités que je ne saurais passer sous silence parce qu'elle est exemplaire et qu'elle permet de mieux révéler un aspect de notre vocation: c'est la période que les deux fraternités d'El Abiodh et du Bissa ont vécu en Algérie au moment de la guerre de l'indépendance. En y songeant, je sens mon incapacité à pouvoir la décrire avec suffisamment d'exactitude, ne l'ayant pas vécue moi-même. J'ai écrit à Milad pour lui demander de m'écrire quelque chose sur la manière dont la fraternité d'El Abiodh a vécu cette période. Et j'ai songé à toi pour la fraternité du Bissa: pourrais-tu, soit m'écrire tes souvenirs, soit les dicter dans une cassette, ce qui te serait sans doute plus facile. Raconte tout ce dont tu te souviens et tout ce que tu jugerais utile pour comprendre
I Le frère René Voillaume nous a quittés le 13 mai 2003. 2 Histoire des origines de la Fraternité, 15 vol. dactylographiés, non publiés, à l'usage interne des communautés des Petits Frères de Jésus.

comment la vocation de la fraternité a été vécue dans ces conditions particulièrement difficiles. C'est surtout, je crois, l'aspect de témoignage de non-violence, témoignage de paix et témoignage de fidélité dans les amitiés, qu'il faudrait faire ressortir. Tu m'excuseras de te surcharger de ce petit travail: mais je crois que c'est très important. Ecris-moi donc bien vite un petit mot pour me dire ce que tu comptes pouvoir faire. Je m'oblige à rester à Cépie pour terminer justement ce travail qui est beaucoup plus long et difficile que je ne pensais. Je t'embrasse de toute mon affection. fro René. "

12

Pourquoi avoir tant attendu?
Pendant de nombreuses années, les Petits Frères de Jésus ont hésité à publier ces pages. Ils ont craint de paraître dire aux lecteurs: "Voyez comment nous avons été admirables durant la guerre de Libération". Ces pages veulent au contraire montrer la souffrance et le courage des montagnards, hommes, femmes, enfants et vieillards. Ce sont eux qu'il faut admirer. Les frères n'avaient pas d'enfants à protéger, à sauver; ils n'avaient pas de vieux parents à mettre à l'abri lors de chaque opération militaire. Ils ont seulement essayé d'être à leur hauteur, d'être avec eux, et un peu comme eux. Et ils ont essayé d'obéir à l'unique commandement de Jésus: aimez-vous les uns les autres.

Note aux lecteurs
Les « Petits frères de Jésus)} ont pour tradition d'adopter un prénom d'usage dans la langue des communautés où ils sont implantés. Ce sont ces prénoms qui sont utilisés dans le texte, comme ils l'étaient quotidiennement au Bissa où les frères continuent à être nommés de cette façon. n se trouve qu'entre eux, les membres de l'A.L.N. se nommaient également" frère ", ce qui pourrait causer des difficultés d'identification pour les lecteurs. Toutefois, les noms des membres du maquis étaient généralement précédés de la particule" Si" 3, marque de respect de l'interlocuteur. Conformément à ces pratiques, dans cet ouvrage, les membres de la fraternité sont simplement nommés" frère X " et les noms des membres de l'A.L.N. sont précédés de" Si ". Dernière remarque quant à la rédaction des textes de ce travail. La deuxième partie de ce long «rapport)} n'est en rien une sorte d'annexe de la première partie; cette deuxième partie se compose de documents (lettres, diaires) relatant, dans l'ordre chronologique, les moments forts de ces années de guerre. La première partie, récit de ce que fut pour les frères cette vie dans la guerre, cette partie s'est parfois appuyée sur certains de ces documents d'archives de la deuxième partie, pour évoquer l'un ou l'autre détail de leur vie, quand la mémoire du rédacteur l'exigeait. Des redites inévitables sont donc prévues et acceptées comme tel1es, par principe. Ces redites ne sont pas toujours répétitions purement matériel1es, el1es peuvent même ajouter parfois un "plus" à l'une ou l'autre partie de l'ensemble.

3 Dans tous les secteurs passés sous administration de l'A.L.N. l'habitude fut prise de faire précéder les noms, spécialement les noms des officiers et des cadres, de la particule" Si ", abréviation de " sid, sidi ", particule qui marque le respect. Particule employée à toutes les époques à l'égard d'un notable, religieux ou non, à l'égard des lettrés. Cette utilisation reste en usage vis-à-vis des survivants de la guerre et de toute autorité. Ici, elle sera employée parce qu'universellement utilisée par les montagnards de ces régions, et, en conséquence &atemelle, par les Petits Frères de Jésus également, pendant la guerre, et conservée par la suite. 14

Mystique et Politique
« Mystique» et «Politique» peuvent et devraient toujours coexister en tout être humain. Tout être humain, qu'il soit en priorité contemplatif ou homme d'action, se trouve engagé dans une société concrète, dans la "Cité", avec tous ses problèmes. " La politique c'est le souci des autres" nous expliquait un militant algérien, pendant la Guerre d'Indépendance. Parallèlement, la "mystique" est en tout être" le souci de l'Autre". Ce domaine de la véritable politique n'a évidemment rien de commun avec la course au pouvoir de certains partis politiques et de certains de leurs leaders. Parallèlement, la mystique n'a rien de commun avec un quelconque sentimentalisme religieux. Pour Abou Hamid al Rhazali (Ghazali) (1058-1111) la politique est" cette science qui permet à I 'homme de vivre pacifiquement et fructueusement." Et, remarque très importante, note le Professeur Henri Laoust, "c'est paradoxalement, en apparence tout au moins, dans" l 'Ihya ouloum al din" (Renaissance des sciences de la religion), dont on a en général voulu faire un manuel d'introduction à la vie contemplative, que l'on trouve la meilleure définition de la politique et aussi sa justification en tant que science rigoureusement indispensable à la vie de l'homme en société ,,4 comme à celle de l 'homme qui a choisi la retraite. Dans sa Préface au "Commentaire des Livres de la Politique" d'Aristote, Thomas d'Aquin nous dit que la politique est une" science sociale" (scientia civilis), science principale (principaliorem) et architectonique à l'égard de toutes les autres sciences pratiques. "Et c'est pourquoi Aristote affirme, à la fin du 2e livre de l'Ethique, que la
4 Laoust Henri, La politique de Ghazali, pp. 191-192.

philosophie des choses humaines s'achève (perficitur) avec la ,,5 politique. La Mystique est le "pati divin a ", "la passion des choses divines". " Je Le désire et Il me désire", disait Hassan Basri (643-728 / 21-110)), le patriarche de la mystique musulmane, du " Tassawuf", et qui fut, lui aussi, un homme politique, témoin d'une grande crise de la Communauté islamique naissante. Mystique et politique peuvent coexister. Coexistence n'entraîne pas dépendance de l'un par rapport à l'autre. Sagesse mystique n'apporte pas nécessairement sagesse politique. Existerait-il un seuil qui, franchi par l'un, supprimerait toute possibilité d'existence de l'autre? Une personne engagée de tout son être dans l'action politique peut-elle conserver la liberté d'esprit nécessaire à la contemplation? Et un contemplatif uni à Dieu de tout son être est-il capable de réflexion politique? La réponse est affirmative. Coexistence, autonomie, et pourtant supériorité de la contemplation sur l'action, du mystique sur le politique, ou, comme disent de façon plus précise les philosophes, supériorité de l'action immanente (activité de l'esprit, connaître et aimer) sur l'action transitive ou productive. Ceux qui accuseront les fIères restés au Djebel Bissa, en zone de combats, de faire de la politique auront raison. Cette accusation ne les déshonore pas, bien au contraire. Cette situation ne les mettait nullement à l'abri de toute erreur ou de toute "bavure". " La peur de se souiller en entrant dans le contexte de l 'histoire est une crainte pharisaïque ». a écrit Jacques
5 Thomas d'Aquin, Préface aux Commentaires des Livres de la politique d'Aristote, p. 25 - Nouvelles éditions latines. 16

Maritain. Et encore: "La pureté des moyens ne consiste pas à attendre un monde moralement aseptique avant de ,,6 consentir à travailler dans le monde. Voyons maintenant comment les Petits Frères de Jésus de la Fraternité du Djebel Bissa ont essayé de vivre ce " Mystique et Politique" durant la Guerre d'Indépendance de l'Algérie, comment ils ont essayé de vivre leur vie contemplative au milieu d'un monde blessé par la guerre et la haine.

Maritain J. " Humanisme intégral" - p. 142 et pp. 252-253. Ces pages, avec toutes leurs citations, sont prises dans Kergoat L. "Charles de Foucauld et l'Islam - Mystique et Politique" thèse de doctorat d'Etat, Sorbonne,1988, vol. J, pp. 150-152, dactylographie, et texte de présentation lors de la soutenance. 17

6

Consignes de Sœur Magdeleine
"Le monde ouvrier, le monde des pauvres doit se libérer de l'oppression, de l'injustice. Oui, il faut vous mettre de leur côté contre l'injustice, mais pas contre celui qui la commet, car vous trahiriez votre vocation d'amour universel. Vous ne pouvez rompre avec aucun milieu, vous pouvez rompre avec les défauts, les injustices, oui, mais pas avec les êtres humains. Notre vocation est très exigeante sur ce point. Ne vous laissez pas entamer par le mal. Acceptez humblement d'être incomprises. Aimez votre Seigneur de tout votre cœur. Aimez vos frères, soyez à leur

service. Dans votre quartier, allez au secours de ceux
qui souffrent, mais ne vous mettez contre personne au monde. Restez celles qui portent un peu de douceur, un peu de joie dans le monde qui souffre. " ( Consignes de Sœur Magdeleine, fondatrice des Petites Sœurs de Jésus, à ses sœurs engagées dans la lutte ouvrière et auprès des populations en lutte pour leur indépendance.) Cette consigne donnée aux sœurs et aux frères engagés à fond dans des luttes sociales ou dans des zones de combats ne semble-t-elle pas défier le simple bon sens en politique, tout particulièrement en temps de guerre? Ne sommes-nous pas là dans le déraisonnable absolu? Se mettre du côté des pauvres et des victimes de l'injustice, lutter contre l'oppression et l'injustice, mais jamais contre ceux qui causent oppression et injustices? Du rêve! Et c'est pourtant ce que frères et sœurs essaient de vivre dans des situations extrêmes. Le souci des autres, le souci de l'Autre, l'amour universel sont à ce prix: chimère et utopie pour certains, mais pour eux, frères et

sœurs, et pour beaucoup d'autres, croyants ou incroyants, le seul et unique idéal réaliste, même en politique.

20

Des visages...

des photos

Beaucoup de photos (souvent défraîchies, photos de guerre!) dans ce témoignage des Petits Frères de Jésus, beaucoup de photos de visages: ces visages nous disent très souvent les sentiments profonds de ces personnes. Trop de photos peut-être, pour ceux qui seraient choqués de voir réunies, dans un même travail, ces visages de personnes en lutte les unes contre les autres. Pourquoi les avoir ainsi réunies? La réponse est très simple: tous ceux que les Frères tiennent à présenter ainsi, tous ceux que nous avons intimement connus, les uns plus que les autres, tous luttaient pour la paix et la liberté. Ceux dont nous aimons à contempler les visages à travers de pauvres photos, présence trop matérielle, beaucoup étaient prêts à signer une paix solide, dès 1956-1957 et cherchaient les moyens d'arrêter les massacres. Le lecteur va les rencontrer tout au long de ce travail. Nous pouvons même les nommer tous, car, à une exception
près, ils sont partis pour Il l'Univers radieux du Firdaous
Il

(Paradis).Comme en une longue litanie de la Paix, les voici:

-

Le frère Léon-Etienne Duval, archevêque d'Alger, luttant au nom de la vérité! Le frère René Voillaume, fondateur, dans l'Eglise, des Petits Frères de Jésus, dont ceux du Djebel Bissa, luttant au nom de la fraternité universelle.

- Le colonel Si M'hamed Bougara, responsable de la wilaya IV, acceptant la présence de ces religieux chrétiens, et lui, luttant pour la justice, sans chercher une récompense, Il sans même savoir s'il y a une récompense ".

-

Le commandant Si Lakhdhar Bouchemaa, qui ne pensait qu'à la paix dans une authentique indépendance, et qui fut le protecteur des frères du Bissa.

- Le capitaine Si Hamdane, le seul aujourd'hui parmi nous, qui, en pleine zone interdite, fondait des écoles pour les enfants. - Le frère Abd-er-Rahim fraternité. (Maurice), l'ange de notre

-

Monsieur Emile Orotino, "Monsieur Emile", pour tous les habitants de Beni Haoua (Francis-Garnier), ne sachant ni lire ni écrire, mais d'une intelligence politique rare, qui n'avait qu'un désir: la Paix.

- Le grand ami, Manu Espi, un passionné de la paix et de l'amitié universelle. Voilà tous les visages que les frères du Bissa ont aimés et que nous avons voulus pour éclairer ces pages.

22

Dj ebel Bissa Présentation géographique

rapide

Carte

1

- Bissa-Situation

Le Djebel Bissa: le pays et ses habitants.7 Le massif du Bissa, appelé jusqu'au XIXe siècle, le massif des Beni Hidja, se trouve dans la partie orientale de la chaîne du Dahra, à l'est de Ténès. Le sommet atteint 1152 m. La fraternité se situe à 750 m., face à la mer.

7

Bissa: terme de tamazight (berbère, disait-on autrefois.,à la suite des

Romains), nom féminin, de la même famille que "Tebessa" ou "Theveste" : "Thist", dit-on en tamazight locale pour "Bissa". Egalement féminin en arabe. .Les frères disent: je vais au Bissa; les forestiers français disaient: je vais à Bissa; le Bacharha Si Saïd Boualem, dont toute la famine est de la région, a écrit:. " le massif montagneux de la Bissa" (Mon pays la France, p.U9). Grammaticalement parlant, Si Boualem avait raison: la Mitidja, la Bissa.

C'est une région habitée par une population semimontagnarde, qui bénéficiait, jusqu'en 1850-1860, d'un équilibre agro-sylvo-pastoral assez solide. Politiquement, ces hommes ne se soumirent jamais réellement à un pouvoir étranger, fut-il romain, vandale, turc ou français. Ils parlent un dialecte tamazight, assez proche du parler "OuargIi", selon les spécialistes.8

Photo 3 - La chaîne du Bissa vue de la route du littoral.

8 Pour aider les £fêtes à apprendre le dialecte du Bissa, les Pères Blancs de Kabylie leur conseillèrent leurs travaux sur le parler de la région de Ouargla, considérant ce parler comme le plus proche de celui du Bissa. L'histoire devra expliquer cette parenté linguistique.

24

Première Partie