Guadeloupe

De
Publié par

Le 25 février 1848, les onze membres du Gouvernement provisoire prennent la décision, à l'Hôtel de Ville de Paris, d'abolir l'esclavage. Ainsi 87 000 esclaves sont libérés en Guadeloupe. Les maîtres, eux, que deviennent-ils et surtout, qui sont-ils ? On passe trop souvent sous silence que ces colons ont continué à vivre confortablement en Guadeloupe. Ils maintiennent et renforcent leur domination économique en bénéficiant des avantages octroyés par la création des banques coloniales. Ils investissent dans la production sucrière, la banane et les grandes surfaces commerciales.
Publié le : mardi 1 juin 2010
Lecture(s) : 103
Tags :
EAN13 : 9782296257450
Nombre de pages : 269
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

PRÉFACE

Guadeloupe, 1848 : qui possède des esclaves ?

/¶pWDEOLVVHPHQW GH OD OLVWH GHV DIIUDQFKLV GH GDQV OHV
FRORQLHV IUDQoDLVHV XQ WUDYDLO HQ FRXUV QH VH GLVVRFLH SDV GH O¶LQYHQWDLUH
de leurs maîtres. Qui sont ceux qui possèdent des esclaves au moment de
O¶pPDQFLSDWLRQ JpQpUDOH GH ? Depuis longtemps ce problème me
SUpRFFXSH DX YUDL GHSXLV PHV DQQpHV G¶pWXGHV XQLYHUVLWDLUHV
Entreprendre des recherches dans ce domaine implique une connaissance
approfondie des archives, celles des colonies françaises en particulier.
2U XQH WHOOH FRQQDLVVDQFH QH V¶DFTXLHUW YpULWDEOHPHQW TX¶DX ILO GHV
années. Les questions se posent avec insistance au néophyte, puis les
réponses apparaissent et la compétence se précise. Mais cela prend des
DQQpHV YRLUH GHV GpFHQQLHV j QDYLJXHU GDQV GHV RFpDQV G¶DUFKLYHV j
V¶LQYHVWLU GDQV GHV HQTXrWHV HW j DSSUHQGUH VRQ PpWLHU G¶KLVWRULHQ
&RPPHQW QH SDV UHFRQQDvWUH TX¶LO \ D GHV TXHVWLRQV TXL VH ERXVFXOHQW HW
GHPHXUHQW VDQV UpSRQVH GHV SUREOqPHV VDQV VROXWLRQ WDQW TX¶RQ Q¶D SDV
OD PDvWULVH GH O¶DUVHQDO DUFKLYLVWLTXH

/¶pWDEOLVVHPHQW G¶XQH OLVWH LQWpJUDOH GH SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV
QpFHVVLWH O¶DQDO\VH GH SOXVLHXUV IRQGV GH GRFXPHQWV $X SRLQW GH GpSDUW
nous possédons la liste des nouveaux libres (décret du 27 avril 1848)
WLUpH GHV UHJLVWUHV G¶pWDW-civil, qui permet de préciser le nom des
SODQWDWLRQV VXU OHVTXHOOHV LOV WUDYDLOODLHQW 7UqV YLWH RQ V¶DSHUoRLW TXH OHXU
dénombrement comporte des difficultés insoupçonnées. Ainsi, ces
registres ne permettent pas de comptabiliser tous les propriétaires
HVFODYDJLVWHV &RPELHQ G¶HQWUH HXx échappent-LOV j O¶DQDO\VH? Pour le

*XDGHORXSH /HV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV HQ

savoir, nous avons dû poursuivre des investigations archivistiques dans
plusieurs autres fonds. Comment inventorier le nom de ces maîtres qui
Q¶DSSDUDLVVHQW SDV GDQV OHV UHJLVWUHV SUpFpGHQWV? Des maîtres qui
possèdent pourtant des esclaves en 1848.

Des archives des commissions coloniales, en particulier de celles
GH OD FRPPLVVLRQ G¶DEROLWLRQ SUpVLGpH SDU 9LFWRU 6&+¯/&+(5 HQ
RQ SHXW WLUHU GHV QRPV GH SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV /HWWUHV
pétitions, adresses en contiHQQHQW XQ JUDQG QRPEUH 0DLV RQ V¶DSHUoRLW
YLWH TX¶HOOHV QH SHUPHWWHQW G¶pWDEOLU TX¶XQH OLVWH IUDJPHQWDLUH XWLOH
certes, mais de manière complémentaire.

Au cours de mes travaux universitaires, dès les années
1969 M¶DYDLV QRWp O¶LPSRUWDQFHdu fonds de la série Colonies K conservé
alors à Paris, aux Archives Nationales. Les registres et les cartons de
cette série - K1 à K15 -WUDLWDQW GH O¶LQGHPQLWp FRORQLDOH FRQVWLWXHQW GHV
trésors. Bien avant la création du Centre de Recherches
CaraïbesAmériques &(5&$0 MH P¶pWDLV SURPLV GH WUDYDLOOHU VXU FH IRQGV SRXU
en tirer une étude portant sur les colonies françaises en 1848. Or,
O¶LQGHPQLWp FRORQLDOH QH VH GLVVRFLH SDV GHV pYpQHPHQWV VXUYHQXV DX
PRPHQW GH O¶DEROLWLRQ GH O¶HVFODYDJH 8QH SULRULWp V¶HVW GRQF LPSRVpH:
HQWUHSUHQGUH GHV UHFKHUFKHV JOREDOHV LQWpJUDQW O¶LQGHPQLWp j O¶HQVHPEOH
GH &H TXL VXSSRVDLW XQ WUDYDLO FROOHFWLI '¶R OD FUpDWLRQ GL[ DQV
SOXV WDUG G¶XQH pTXLSH GH UHFKHUFKH SXLV GX &(5&$0

Engagé moi-SURSRVp OH VXMHWPrPH VXU G¶DXWUHV SLVWHV M¶DL DORUV
GH O¶LQGHPQLWp IRQGp VXU OD VpULH &RORQLHV . j WURLV SHUVRQQHV
VXFFHVVLYHV /D SUHPLqUH 1HOO\ 6&+0,'7 D HX O¶RFFDVLRQ G¶H[DPLQHU
quelques éléments de cette série K, dans le cadre de ses travaux
universitaires. Ses rechercheG¶DSSURIRQGLU O¶pWXGH GH ODV OXL SHUPLUHQW
période 1848-1852 en France et aux colonies, en particulier la
*XDGHORXSH &HSHQGDQW LO Q¶pWDLW SDV TXHVWLRQ SRXU HOOH GH V¶LQYHVWLU
WRWDOHPHQW GDQV GHV UHFKHUFKHV SRUWDQW VXU O¶LQGHPQLWp FRORQLDOH GH FHWWH
époque.

Nous avions observé que les documents de la série K exposent
une histoire complexe, difficile à saisir. Des investigations qui exigent du
FKHUFKHXU XQH IRUPDWLRQ FULWLTXH HW VFLHQWLILTXH pOHYpH (Q RXWUH O¶pWXGH
GH FHV DUFKLYHV GH O¶LQGHPQLWp QpFHVVLte un investissement total et de
longue durée. Nelly SCHMIDT étant prise par ses recherches consacrées

8

Préface

DX[ DEROLWLRQV GH O¶HVFODYDJH F¶HVW ,QH] ),6+(5-BLANCHET (Madame
/$5$ TXL KpULWD GX VXMHW GH O¶LQGHPQLWp $ORUV pWXGLDQWH-chercheuse en
histoire et en anthropologie, elle sut magistralement exploiter ce fonds de
OD VpULH . GDQV OH FDGUH G¶XQ 'LSO{PH GH O¶Ecole des Hautes Etudes en
Sciences Sociales(E.H.E.S.S.). Elle a travaillé aux Archives Nationales
SRXU OD UpGDFWLRQ HQ G¶XQ YROXPLQHX[ PpPRLUH G¶pWXGH LQWLWXOp
/¶LQGHPQLWp FRORQLDOH GDQV OHV FRORQLHV DPpULFDLQHV GH OD )UDQFH
1855 S 4XDQW j OD WURLVLqPH SHUVRQQH TXH M¶DL FRQWDFWpH EHDXFRXS
plus tard, pour travailler sur ce fonds, sa personnalité et sa formation ne
lui permirent pasG¶HIIHFWXHU GHV LQYHVWLJDWLRQV GH QLYHDX VFLHQWLILTXH HW
GH V¶LQWpJUHU DX JURXSH GX &(5&$0

Ayant orienté mon épouse Inez LARA sur ce thème de recherche,
M¶DL SDUWLFLSp DYHF HOOH j OD FRQVWLWXWLRQ GH VRQ LPSUHVVLRQQDQW ORW GH
documents et de fiches qui mentionnent les données concernant les
SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV LQGHPQLVpV 8Q ORW GH GRFXPHQWV HW GH ILFKHV TXL
QRXV DFFRPSDJQH G¶DLOOHXUV GHSXLV GDQV QRV GpPpQDJHPHQWV
successifs.

On peut, disons-OH FODLUHPHQW VH SHUGUH GDQV FHV DUFKLYHV . V¶\
noyer sans rémission.Leur contenu exige, on ne le soulignera jamais
assez, des connaissances, un sens critique et une rigueur scientifiques,
bref une formation complète qui surclasse de beaucoup la formation
classique, littéraire, ordinaire, dispensée à des jeunes universitaires,
OLFHQFLpV DJUpJpV RX SDV HQ KLVWRLUH /¶pWXGH GH O¶LQGHPQLWp FRORQLDOH
comme celle de la période des abolitions du XIXe siècle, requiert de
O¶KLVWRULHQ XQH DWWHQWLRQ SDUWLFXOLqUH ,O V¶HQJDJH GDQV XQ WUDYDLO GH IRQG
TXL FRXYUH O¶(XURSH OHV &DUDwEHV O¶$IULTXH HW O¶$VLH (Q RXWUH LO OXL HVW
FRQVHLOOp G¶DYRLU XQH H[SpULHQFH GHV TXHVWLRQV FRORQLDOHV GHV ;9,,H
XVIIIe et XIXe siècles,ce qui sous-entend une spécialisation conjuguant
histoire moderne et histoire contemporaine, pour reprendre le jargon
universitaire français.

Au demeurant, ce fonds de la série K renferme deux trésors
inestimables :

-OH SUHPLHU XQ JLVHPHQW G¶DUFKLYHV FRQVWLWXH OH IRQGHPHQW G¶XQH
solide thèse de doctorat qui embrassetoutes les colonies françaises. Un
travail de recherche de longue haleine qui ne peut pas être mis en
Q¶LPSRUWH TXHOOHV PDLQV pYLGHPPHQW;

9

*XDGHORXSH /HV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV HQ

- le second de ces trésors est, pour qui sait la cerner, une liste de
FRORQV GH SODQWHXUV HW G¶LQGLYLGXV TXL SRVVqGHQW GHV HVFODYHV GDQV OHV
colonies françaises en 1848.

&¶HVW FHWWH GHUQLqUH ULFKHVVH TXL H[SOLTXH OD UDLVRQ SURIRQGH GH
mon intérêt pour ce fonds OD SRVVLELOLWp TXH QRXV DYRQV G¶LQYHQWRULHU OHV
SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV /H ORW GH GRFXPHQWV HW GH ILFKHV GRQW LO HVW
question antérieuremHQW QRXVD SHUPLV G¶DERUGHU FH SUREOqPH HW GH
surmonter plusieurs obstacles.

$\DQW ODLVVp OH PpPRLUH GH O¶(+(66 HW OHV ILFKHV j OD
« critiquerongeuse des souris», nous avons tous travaillé au sein du
CERCAM dans des domaines historiques divers. Occupée par
O¶DGPLQLVWUDWLRQ GX &HQWUH GH 5HFKHUFKHV &DUDwEHV-Amériques
(CERCAM), Inez FISHER-%/$1&+(7 FRPPHQoD G¶DERUG SDU
V¶LQYHVWLU FRPSOqWHPHQW GDQV XQ WUDYDLO GH JHVWLRQ 6RXV QRWUH LPSXOVLRQ
OH &HQWUH VH FRQVDFUD GqV j O¶pWXGH GH O¶HVSDFH GHV &DUDïbes, à la
WUDLWH QpJULqUH HW DX[ V\VWqPHV HVFODYDJLVWHV /¶KLVWRULHQQH
JXDGHORXSpHQQH VH FRQVDFUD pJDOHPHQW j O¶pWXGH GH /pRQDUG 6e1e&$/
personnage central associé au courant indépendantiste de la Guadeloupe
TXL pPHUJH HQ (OOH D FROODERUp DYHF O¶81ESCO aux débats
1
internationaux concernant la «paysannerie »des Caraïbes, un sujet
TX¶HOOH D FKRLVL SRXU VRQ '($ 1RXV DYRQV SDU DLOOHXUV PHQp HQVHPEOH
GHV WUDYDX[ GH UHFKHUFKH DERXWLVVDQW HQ j OD UpGDFWLRQ G¶XQ RXYUDJH
intituléCapitaine de vaisseau MORTENOL. Croisières et campagnes de
2
guerre, 1882-1915.

Les progrès technologiques±à la nouspensons surtout
photographie numérique et aux ordinateurs±facilité nos ont
investigations et une exploitation rationnelle des fonds archivistiques.
PoXU HQWUHSUHQGUH O¶LQYHQWDLUH GHV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV HQ
WKpRULTXHPHQW RQ SRXYDLW HVSpUHU REWHQLU SDU FH IRQG GH O¶LQGHPQLWp
coloniale, tous les noms recherchés. Cependant, pour plusieurs raisons
que nous expliciterons, les documents de la série K ne suffisent pas à
ERXFOHU FHW LQYHQWDLUH ,OV QH QRXV SHUPHWWHQW SDV HQ HIIHW G¶pODERUHU
une liste complète, exhaustive, des propriétaires esclavagistes, ni
G¶pYDOXHU GH PDQLqUH SUpFLVH OHXU LPSRUWDQFH UHVSHFWLYH ,O QRXV D IDOOX

1
UNESCO, Colloques sur la « paysannerie » des Caraïbes, 1981-1982.

2
3DULV (GLWLRQV /¶+DUPDWWDQ

10

Préface

FRQVXOWHU G¶DXWUHVles archives bancaires (Banque de lafonds :
*XDGHORXSH OHV IRQGV QRWDULDX[ OHV VRXUFHV GH O¶LPPLJUDWLRQ DVLDWLTXH
3
et la presse coloniale.

Finalement, nous avons voulu, Inez LARA et moi, nous investir
pendant des années dans des recherches visant à dresser une liste de tous
OHV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV GHV FRORQLHV IUDQoDLVHV HQ 1RXV
publions dans cet ouvrage nos conclusions valables pour la Guadeloupe.
/¶pWDEOLVVHPHQW GH FHV FRQFOXVLRQV pYLGHPPHQW PHW TXHOTXHIRLV HQ
ligne des documents qui concernent des colonies autres que la
Guadeloupe. Nous ne cachons pas en outre, les difficultés rencontrées et
les limites de notre enquête. Une enquête que nous dédions à tous nos
FRQFLWR\HQV GH O¶DUFKLSHO DXVVL ELHQ FHX[ TXL GHPHXUHQW DX SD\V- la
Guadeloupe - que ceux quivivent et travaillent en exil, hors des
Caraïbes orientales.

Oruno D. LARA



3
8QH OLVWH FRPSOqWH GH FHV IRQGV G¶DUFKLYHV HW GH VRXUFHV LPSULPpHV HVW IRXUQLH HQ
chapitre suivant.

11

LE PROBLÈME

Intérêt de la liste des indemnitaires

1RXV GLVSRVRQV GH SOXVLHXUV OLVWHV GH SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV
/¶LQYHQWDLUH WLUp GH OD 6pULH . HVW O¶XQ GH FHX[ TXL QpFHVVLWHQW XQH
analyse très approfondie.

Commençons par expliquerFODLUHPHQW FH TX¶HVW O¶indemnité
RFWUR\pH DX[ FRORQV DSUqV O¶pPDQFLSDWLRQ GHV HVFODYHV GDQV OHV FRORQLHV
IUDQoDLVHV (Q Q¶RXEOLDQW SDV GH SUpFLVHU TXH O¶REMHFWLI LFL Q¶HVW SDV GH
V¶pWHQGUH VXU FH WKqPH PDLV GH GUHVVHU XQH OLVWH GH SURSULpWDLUHV
G¶HVFODYes en 1848.

&HWWH LQGHPQLWp GRQQpH DX[ SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV HQ
compensation est une mesure déterminante dans la reconstruction
FRORQLDOH TXL V¶RSqUH HQ (OOH V¶DFFRPSDJQH GH OD FUpDWLRQ GHV
banques coloniales qui serviront de bases financières pour une
exploitation industrielle des colonies, Guadeloupe et Martinique.

Les colons perdent leurs esclaves qui ont travaillé depuis 1635 à
les enrichir. Mais ils conservent leurs patrimoines fonciers et leur
position dominante dans les deux colonies. Ils oQW OD SRVVLELOLWp G¶RULHQWHU
FRPPH LOV YHXOHQW O¶pFRQRPLH GHV vOHV HW G¶LPSRVHU OHXU YRORQWp GH
maîtriser le marché du travail en faisant appel à des immigrants. Ce sont
eux, lesbékés (blancs créoles),les vrais patrons de ces colonies,
devenues départements français en 1946.

*XDGHORXSH /HV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV HQ

1
Le motBékénous le savons vient,, deBuckra (ouBackra)
signifiant Blanc (individu), maître, terme qui apparaît vers 1685-1690 en
Jamaïque et vers 1790 dans le Sud des Etats-Unis.Buckra dériveraitdu
mot africainmbakara provenantG¶XQH ODQJXH (ILN GX 6XG 1LJpULD
parlée par lesIbibio.

Buckra étaitun terme utilisé aussi bien par les Nègres esclaves
que par les propriétaires blancs, comme on peut le constater en
2
parcourant les journaux intimesGH FRORQV DQJODLV GH O¶pSRTXHBéké
V¶HPSOR\DLW pJDOHPHQW GDQV OHV FRORQLHV DQJODLVHV 'RPLQLFD HW *UHQDGD
On disaitBétjé àSainte-Lucie. Le terme en Guadeloupe a donnéBéké
*RX\DY¶, signifiant petit blanc.

/D GLIILFXOWp D pWp GH GUHVVHU HW G¶H[SRVHU XQH OLVWH LQWpJUDOH GHV
propriétairesG¶HVFODYHV GDQV O¶DUFKLSHO JXDGHORXSpHQ *UkFH DX[
3
investigations exposées dansLa liberté assassinée, il a été possible de
surmonter une situation complexe et de retrouver le relevé des noms de
SURSULpWDLUHV HVFODYDJLVWHV TXL Q¶DSSDUDLVVHQW SDV GDQV OHVdossiers de la
VpULH . SRXU FRPSOpWHU O¶LQYHQWDLUH 6LJQDORQV DX SDVVDJH TX¶XQ WUDYDLO
de recherches analogue doit être entrepris, avec pour objectif final, le
dénombrement intégral des esclaves en 1848. Les indications portées sur
OHV UHJLVWUHV G¶pWDW-ciYLO RXYHUWV DSUqV O¶DEROLWLRQ HQ YHUWX GX GpFUHW GX
27 avril 1848, ne suffisent pas, en effet, à élaborer une liste exhaustive
des esclaves. Au vrai, le lecteur comprendra aisément que ces deux listes,
celle des maîtres et celle des esclaves, se conjuguent étroitement en 1848,
GDQV XQH KLVWRLUH TXL PpULWH G¶rWUH FRQQXH GH WRXV OHV LQVXODLUHV

Les Nègres esclaves ont enrichi les colons par leur travail et en
1848, ils ont été affranchis sans recevoir de compensation. Bien au
contraire !Expulsés de leurs cases, arrachés à leursjardins, ils ont du
partir chercher du travail, affronter la gendarmerie, les
gardesFKDPSrWUHV OH PDUFKp GH O¶HPSORL HW OHV PHQDFHV GH WRPEHU VRXV OH FRXS
du décret du 27 avril 1848 réprimant le vagabondage.


1
VoirOruno D. LARA,Glossaire LQ 7KqVH GH 'RFWRUDW G¶+LVWRLUH 8QLYHUVLWp 3DULV
VIII, 1971.
2
Diary of William Jones, 9 juillet 1778.
3
. Cf. Oruno D. LARA,La liberté assassinée. Guadeloupe, Guyane, Martinique et La
Réunion, 1848-1856 3DULV (GLWLRQV /¶+DUPDWWDQ

14

Le Problème

Pendant que les «nouveaux libres» se battent pour survivre en
Guadeloupe et en Martinique, les colons - leurs anciens propriétaires
perçoivent leurs indemnités et leurs titres de rentes des banques
coloniales. Cette manne financière arrive à point nommé pour leur
permettreG¶LQYHVWLU PDVVLYHPHQW GDQV OD FRQVWUXFWLRQ G¶XVLQHV FHQWUDOHV
à vapeur. Ce financement doit favoriser le développement de la
production sucrière. Nonobstant la victoire du sucre de betterave dans les
années 1830, les colons veulent imposer leur sucre de canne en France.
7RXWH O¶pFRQRPLH LQVXODLUH HVW RULHQWpH YHUV FHWWH SURGXFWLRQ HW
O¶HQWrWHPHQW GHV FRORQV DERXWLW YHUV -1885 à une catastrophe
économique qui va avoir des répercussions sociales dans la longue durée.
Une première crise de surproduction conduit, à terme, à la fermeture des
XVLQHV /H FK{PDJH V¶LQVWDOOH GpILQLWLYHPHQW /D FRORQLH SORQJH GDQV OD
mendicité. Tandis que les anciens colons, lesbékés,pavanent, pérorent et
se terrent confortablement dans leurs superbes habitations, défendues par
les «IRUFHV GH O¶RUGUH», les chômeurs±RSA Rmistes,±à abandonnés
leur sort, surveillés par la police, doivent se taire et ne compter que sur
des représentants croupions.

Depuis 1848, les gouvernements français successifs ont couvert
de leur domination une situation coloniale unique au monde. Dans des
îles étroites, ils ont laissé coexister deux groupes de personnes :

- G¶XQH SDUW GHV FRORQVbékés V¶pWDQW HQULFKLV VRXV OH V\VWqPH
esclavagiste de 1635 à 1848, qui, ayant été indemnisés et profitant des
banques coloniales, ont pu élargir leurs patrimoines, fonder des branches
tentaculaires aux Etats-Unis, en Asie, en Afrique et en Europe. Ils ont été
rejoints par de «nouveaux colonsª IUDQoDLV DUULYpV DSUqV O¶DEROLWLRQ GH
O¶HVFODYDJH HW VXUWRXW GHSXLV 6 (loi de départementalisation) ;

- G¶DXWUH SDUW XQH SRSXODWLRQ G¶DQFLHQV HW GH QRXYHDX[ OLEUHV
G¶LPPLJUpV DIULFDLQV DVLDWLTXHV GX 3URFKH-Orient, des individus
atomisés vivant en dehors de tout modèle de consensus et de société.

&¶HVW HQ SUHQDQW FRQVFLHQFH GH FH SUpVHQW ORXUG GH PHQDFHV
VRFLDOHV TXH QRXV FRPSUHQRQV PLHX[ O¶LPSRUWDQFH GH FHWWH TXHVWLRQ
G¶LQGHPQLWp TXL VXUJLW HQ DX PRPHQW R OH SRXYRLU FHQWUDO
HQYLVDJH GH VXSSULPHU O¶HVFODYDJH DX[ FRORQLHV

15

*XDGHORXSH /HV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV HQ

Le plan proposé commence par un bref rappel au sujet de la
QRWLRQ G¶LQGHPQLWp VRXV OD FRORQLVDWLRQ HQ FRQWH[WH HVFODYDJLVWH 8Q
UpVXPp GHV WUDYDX[ GH OD &RPPLVVLRQ GH O¶LQGHPQLWp SHUPHW GH
comprendre les modalités de sa répartition et de sa liquidation. Une
dernière partieSURSRVH OD OLVWH GHV SRVVHVVHXUV G¶HVFODYHV WHOOH TX¶HOOH
émerge des documents consultés.

/D GpFLVLRQ G¶DEROLU HW G¶LQGHPQLVHU

La décision définitive de supprimer le système esclavagiste dans
les colonies françaises a été prise le 3 mars 1848 par François ARAGO,
ministre de la Marine et des Colonies et ministre de la Guerre. Après une
HQWUHYXH DYHF 9LFWRU 6&+¯/&+(5- revenu du Sénégal - ARAGO
réussit à imposer à ses collègues du Gouvernement provisoire la création
G¶XQH FRPPLVVLRQ SUpVLGpH SDU 6&+¯/&+(5la nomination de ce
dernier comme sous-VHFUpWDLUH G¶(WDW FKDUJp GHV &RORQLHV HW OH GpFUHW GX
4 mars 1848 paru auMoniteur universel.

$5$*2 HW 6&+¯/&+(5 RQW-il évoqué la question
G¶LQGHPQLVHU OHV FRORQV OH RX OH PDUV? Sans nul doute. Le problème
GH O¶LQGHPQLWp QH VH GLVVRFLH SDV GH O¶DEROLWLRQ GH O¶HVFODYDJH SRXU OHV
FRORQV FRPPH SRXU O¶eWDW

'qV OD SURFODPDWLRQ RIILFLHOOH GH O¶pPDQFLSDWLRQ JpQpUDOH OH
février 1848 par le Gouvernement provisoire - mais non publiée dans le
Moniteur- des colons, affolés, obtiennent une entrevue avec le ministre.
Dans sa lettre aux gouverneurs du 26 février 1848, ARAGO, tenant
compte de la criaillerie de ces planteurs, demande aux « populations des
FRORQLHV G¶DWWHQGUH DYHF FDOPH HW FRQILDQFHla solution» venue de
4
Paris, qui saurait protégerles droits acquis.

/H GpFUHW GX DYULO PHQWLRQQH O¶LQGHPQLWp HQ FHV WHUPHV:

« Article 5± /¶$VVHPEOpH QDWLRQDOH UqJOHUD OD TXRWLWp GH O¶LQGHPQLWp TXL
devra être accordée aux colons ».



4
.Oruno D. LARA, op.cit., p. 42.


16


La piste logique

Le Problème

8QH SUHPLqUH OLVWH GpFRXOH GRQF GH O¶pWXGH GH FHV FRORQV
LQGHPQLWDLUHV TXL DSSDUDLVVHQW GDQV OD VpULH . 2Q V¶HIIRUFHUD GH SUpFLVHU
la question pour permettre au lecteur de comprendre les enjeux de
O¶pPDQFLSDWLRQ GH /D *XDGHORXSH TXL VXELW OH MRXJ Folonial et
esclavagiste du gouvernement français et des békés, devient, après les
décrets du 27 avril 1848, une colonie où le travail est libre. Une liberté
décrétée par le pouvoir dominant. Une liberté théorique. Dans la pratique,
nous savons que les colons blancs, les planteurs békés, restent les
GRPLQDQWV GX V\VWqPH FRORQLDO DYHF O¶(WDW IUDQoDLV

1RXV Q¶DYRQV SDV WHQX FRPSWH pYLGHPPHQW GHV OLVWHV GH
propriétaires terriens dressées au XVIe siècle et dans la première moitié
du XIXe siècle, avant 1845-1848.

&RPPHQW GpQRPEUHU OHV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV?

Résumons brièvement les différentes séries de noms de
SURSULpWDLUHV TXL RQW VHUYL GH EDVHV SRXU O¶pODERUDWLRQ G¶XQH OLVWH
GpILQLWLYH /H GpQRPEUHPHQW V¶HVW HIIHFWXp HQ WHQDQW FRPSWH GHV
différentes sourcHV TXL QRXV RQW SHUPLV G¶pWDEOLU OHV LQYHQWDLUHV VXLYDQWV:

1-,QYHQWDLUH GHV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV WLUp GH O¶pWDW-civil des nouveaux
affranchis de 1848.
Liste I
Il convient de signaler que ces registres indiquent presque uniquement
des noms de plantaWLRQV &HX[ GHV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV Q¶DSSDUDLVVHQW
SDV V\VWpPDWLTXHPHQW GDQV OHV GpFODUDWLRQV '¶DXWUH SDUW WRXV OHV
QRXYHDX[ OLEUHV Q¶RQW SDV pWp HQUHJLVWUpV j O¶pWDW-civil.

2± ,QYHQWDLUH GHV QRPV GH SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV WLUpV GHV
GRFXPHQWVlettres individuelles, pétitions de planteurs et négociants, adresses des
&KDPEUHV G¶$JULFXOWXUH HW GHV &KDPEUHV GH &RPPHUFH- conservés dans
les fonds des commissions coloniales de la période 1848-1850.
Liste II

17

*XDGHORXSH /HV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV HQ

3 - Inventaire des noms de propriétairesG¶HVFODYHV WLUpV GH OD 6pULH .
ListeIII

Les informations fournies par le registre K12, indiquant les
WLWXODLUHV GH SDUWV G¶LQGHPQLWp OHXUV ©collocataires » et les « porteurs ».

&HV UHFKHUFKHV VH GLVWLQJXHQW SDU OHXU FRPSOH[LWp /¶pODERUDWLRQ
de cette Liste III implique une étude approfondie des dossiers de la Série
. &¶HVW G¶DLOOHXUV O¶REMHW SULQFLSDO GH FHW RXYUDJH 2U LO DSSDUDvW D
priori, que ce fonds est le seul susceptible de nous fournir des indications
précises sur le patrimoine de ces propULpWDLUHV G¶HVFODYHV (W FHSHQGDQW
on aurait tort de se fonder sur cette supposition en toute quiétude.
/¶H[HPSOH GHV SURSULpWDLUHV GH OD SODQWDWLRQ 5(,6(7 DX /DPHQWLQ
(Guadeloupe), qui représente plus de 140 esclaves, est significatif: le
gérant annonceDX[ SURSULpWDLUHV TX¶LO D WRXFKp SOXV GH 000 francs
G¶LQGHPQLWp DORUV TX¶LOV Q¶DSSDUDLVVHQW TXH SRXU HQYLURQ 000 f. dans
O¶(WDW GHV UqJOHPHQWV GpILQLWLIV GH O¶LQGHPQLWp GH OD 6pULH .

4 -,QYHQWDLUH GHV QRPV GH SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV WLUp GHV VRXUces
bancaires.
ListeIV
,O V¶DJLW GHV SOXV ULFKHV DFWLRQQDLUHV GHV EDQTXHV FRORQLDOHV FUppHV
par la loi des 25 avril, 26 juin et 11 juillet 1851, promulguéeà
BasseTerre le 14 novembre 1851. La liste publiée nous a permis de circonscrire
des possesseurV G¶HVFODYHV WUqV RSXOHQWV

5 -,QYHQWDLUH GHV QRPV GH SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV WLUp GHV VRXUFHV GH
O¶LPPLJUDWLRQ
ListeV
Lapresse officielle des colonies publia régulièrement la liste des
GHPDQGHXUV GH WUDYDLOOHXUV LPPLJUpV DUULYDQW GH O¶,QGH

6 -,QYHQWDLUH GHV QRPV GH SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV WLUp GHV FRQVHLOV
coloniaux et des conseils privés.
ListeVI

7±,QYHQWDLUH GHVQRPV GH SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV WLUp GH OD SUHVVH
FRORQLDOH GpFODUDWLRQV G¶DIIUDQFKLVVHPHQWV
ListeVII

18

Le Problème

La loi Mackau de juillet 1845 légalisant le rachat forcé des
HVFODYHV SURYRTXD OH GpYHORSSHPHQW GH FH W\SH G¶DIIUDQFKLVVHPHQW
Ainsi, entre 1846 et mai 1848, de nombreux esclaves purent se racheter à
leurs maîtres qui purent profiter de cette source de financement.
5DSSHORQV SDU H[HPSOH TX¶$QGUp 0257(12/ SqUH GX FpOqEUH RIILFLHU
de marine Sosthène Héliodore Camille MORTENOL, racheta en 1847 sa
liberté à ses maîtres LACROIX et VAULTIER DE MOYENCOURT,
pour la somme de 2 I DORUV TXH OH SUL[ PR\HQ G¶XQ HVFODYHà cette
époque était de 1 I HW TXH O¶LQGHPQLWp ILQDOHPHQW DFFRUGpH SDU
HVFODYH HQ *XDGHORXSH Q¶H[FpGD SDV I 1RXV OLPLWRQV QRV UHFKHUFKHV
aux numéros des journaux officiels de janvier à mai 1848. On pourrait
évidemment élargir cet intervalle et commencer par les numéros datant
de 1845-1846, pour inventorier tous les maîtres qui se sont ainsi
débarrassés de leurs esclaves.

8 -,QYHQWDLUH GHV SURSULpWDLUHV G¶HVFODYHV WLUp GH OD SUHVVH FRORQLDOH
FRQGDPQDWLRQV G¶HVFODYHV

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.