Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Haïti 1804-2004

De
212 pages
Chaque peuple honore ses héros à sa façon, a le droit et le devoir de le faire. Cet ouvrage que l'auteur offre au public dans l'optique d'une commémoration grandiose du bicentenaire de l'indépendance d'Haïti, le 1er janvier 2004, n'a pas été facile à rédiger compte tenu de l'atmosphère délétère qui prévalait en Haïti. Il a fallu un certain courage pour oser proclamer sa fierté d'être Haïtien et surtout faire cette profession d'admiration à l'endroit de tous les héros haïtiens qui ont conduit la guerre de l'indépendance à la victoire et proclamé in fine l'Etat d'Haïti.
Voir plus Voir moins

HAÏTI: 1804-2004
Le Bicentenaire d'une Révolution oubliée

Recherches Amériques latines Collection dirigée par Denis Rolland et Joëlle Chassin
La collection Recherches Amériques latines publie des travaux de recherche de toutes disciplines scientifiques sur cet espace qui s'étend du Mexique et des Caraïbes à l'Argentine et au Chili.

Déjà parus
Philippe LÉTRILLIART, Cuba, l'Église et la Révolution, 2005. Marie-C. SEGUIN, José Lezama Lima: poète des quatre éléments,2005. Christine DELFOUR, L'invention nationaliste en Bolivie, 2005. Guylaine ROUJOL PEREZ, Les enfants de Cali. Les enfants défavorisés de la deuxième ville de Colombie, 2005. Albert BENSOUSSAN, J'avoue que j'ai trahi. Essai libre sur la traduction, 2005. Xavier V A TIN, Rites et musiques de possession à Bahia, 2005. Christophe ALBALADEJO & Xavier ARNAULD DE SARTRE (sous la direction de), L'Amazonie brésilienne et le développement durable, 2005. Guido Rodriguez Alcala et Luc Capdevila (présenté par), Une colonie française au Paraguay au XIX' siècle: La NouvelleBordeaux,2005. Idelette MUZART-FONSECA DOS SANTOS & Denis ROLLAND (arg.), Le Brésil face à son passé: la guerre de Canudos,2005. Severo SALLES, Dictature et lutte pour la démocratie au Brésil (1964-1985), 2005. STRESSER-PEAN, Le soleil-Dieu et le Christ, 2005. site: www.librairieharmattan.com e.mail: harmattanl@wanadoo.fr

@ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-9157-3 EAN: 9782747591577

Wiener Kerns FLEURIMOND

HAITI . 1804-2004
Le Bicentenaire d'une Révolution oubliée

..

Préface Dr Antoine Fritz Pierre

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris FRANCE
L'Harmattan Hongrie Espace L'Harmattan Kinshasa

Kônyvesbo1t Kossuth L. u. 14-16

Fac..des

Sc. Sociales, Pol. et Adm. , BP243, KIN XI de Kinshasa - RDC

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

L'Harmattan Burkina Faso 1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12

1053 Budapest

Université

Mise en page: Johary Rajabo Couverture: logo officiel du Bicentennaire de l'indépendance d'Haïti

Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.355.2 et suivants du Code de la propriété intelectuelle.

Du même auteur
La Communauté Haïtienne de France dix ans d'Histoire Paris, Editions l'Harmattan, 2003. (1991-2001),

Chez d'autres éditeurs
Haïti, A Slave Revolution, 200 Years After 1804, ouvrage collectif, New-York, International Action Center, 2004. Lettres ouvertes à Dessalines, ouvrage collectif, Paris, Dauphin Noir Edition, 2004.

A mon père Jacques Antoine Fleurimond

Préface

Ce nouvel ouvrage que Wiener Kerns Fleurimond offre au public dans l'optique d'une commémoration grandiose du bicentenaire de l'indépendance d'Haïti, le 1er janvier 2004, n'a pas été facile à rédiger, compte tenu de l'atmosphère délétère qui prévalait en Haïti même encouragé par une campagne unanime de la quasitotalité des médias hexagonaux contre Haïti durant l'automne de l'année 2003. Il a fallu un certain courage sinon un courage certain pour oser proclamer sa fierté d'être Haïtien et surtout faire cette profession d'admiration à l'endroit de tous les héros haïtiens qui ont conduit la guerre de l'indépendance à la victoire et proclamé in fine l'Etat d'Haïti. Pressenti comme préfacier, la lecture du manuscrit ne m'a rassuré et déterminé à le présenter qu'au moment où la campagne d'intoxication atteignit son paroxysme avec la sortie du titre intentionnellement accablant et démobilisateur: "Haïti n'existe pas". Drôle de titre quand même et drôle de plaidoyer par un "ami d'Haïti" pour attirer l'attention du peuple haïtien sur ses insuffisances, ses erreurs, ses désarrois, sa misère et fouetter son orgueil en vue d'un sursaut pour un renouveau salvateur. J'ai compris que Wiener Kerns Fleurimond a eu raison de ne pas se laisser distraire d'une part par la conjuration et les manifestations

12

haineuses des clercs et de l'autre par les dénigrements et les actes revanchards et sans grandeur de tous ceux pour qui, la commémoration et l'exaltation du geste de 1804 constitueraient un camouflet inacceptable. Wiener Kerns Fleurimond est journaliste, éditorialiste politique et tout le monde le sait. Il al' avantage de lire de bons auteurs et de vrais historiens, ceux qui ne trichent pas avec la vérité et n'ont aucun intérêt à l'occulter ou à la travestir sur commande. Il rencontre beaucoup de monde, participe à beaucoup de débats et de conférences, entend et suit les réflexions, des uns et des autres. Il connaît les préjugés, les préventions et les positions de beaucoup qui prétendent parler pour les autres sans les écouter ou les entendre. Il est à même de décortiquer leurs arguments pour en saisir la charpente qui sustente leurs raisonnements et dénoncer les buts avoués ou inavoués de certains comportements ou de certaines prises de position, à la limite nihilistes; la plupart tourne autour d'objectifs sophistes, donc stériles et surtout néfastes dans la formation des jeunes intelligences de nombre de compatriotes sans repères, par exemple, dans la diaspora. Son livre est avant tout une profession de foi dans les valeurs mobilisatrices des hommes qui ont forgé la nation haïtienne et dans leur haute portée exemplaire qui doit toujours entourer la transmission de l'héritage à la postérité dans son incessant devenir. Le devoir de chaque génération est de connaître ces hommes, de croire en ces valeurs originelles et d'en tirer la quintessence pour s'arc-bouter aux missions présentes et les réussir. Dans son livre, Wiener Kerns Fleurimond a l'ambition de s'en acquitter le mieux possible et il y croit. La connaissance qu'il a acquise de ses nombreuses et exaltantes lectures, il nous la communique

13

avec générosité, sans pédanterie mais avec un enthousiasme communicatif. Ses récits sont lests, pleins de mouvements qui génèrent des images qui nous interpellent, nous happent et nous placent devant, voire dans les scènes mêmes qu'il décrit et dans lesquelles nous semblons intervenir. Cette interactivité nous fait passer par toute la palette des sentiments que le tumulte, le tohubohu ou l'allégresse des vivats ainsi que l'héroïsme tragique des événements inspirent. Wiener Kerns Fleurimond est un homme de communication. Il croit à ce qu'il dit et écrit. Il respecte l'opinion de tout le monde mais ne se prive pas de son droit à l'analyse et à la compréhension. Aussi explique-t-ille pourquoi de tel ou tel silence, la ou les raisons de tel ou tel choix de nos intellectuels, de nos écrivains ou de nos hommes politiques dans l'histoire nationale. Lisez et relisez attentivement, entre autres, le chapitre sur "les intellectuels haïtiens et Dessalines" et vous comprendrez que cet ouvrage, dans son raccourci, nous apprend autant sinon plus que la plupart de nos manuels petits ou grands d'Histoire d'Haïti avec leur savoir figé, que certains traités sur la même matière avec leur contenu disparate, que maints autres essais hagiographiques sélectifs ou partisans qui encombrent les allées de la bibliographie historique haïtienne. Au demeurant il nous interpelle, requiert notre opinion dans un sens ou dans l'autre, nous introduit à notre corps défendant dans un débat qui est nôtre et qui ne peut laisser aucun lecteur haïtien indifférent. Et du coup il nous conduit à des perceptions simples: Chaque peuple a son histoire avec ses héros, ses légendes et ses mythes. Chaque peuple honore ses héros à sa façon, a le droit et le devoir de le faire. Chaque peuple vit ses légendes et ses

14

mythes, comme il l'entend pour pérenniser ses traditions d'exaltation et de mobilisation en vue de cette création continue de la patrie, un droit immanent reconnu inviolable. Pour qui donc travaille cette sirène qui, dans un grand quotidien parisien, ose susurrer à notre entendement des propos faussement amicaux; cet "ami" nous recommande de renoncer à nos mythes et surtout au premier d'entre eux, celui de 1804 ? Au nom de qui et de quel droit? Sûrement pas au nom de ses ancêtres dont un bataillon de soldats généreux et courageux a combattu à SaintDomingue dans les rangs de l'armée indigène après avoir abandonné ceux de l'armée expéditionnaire sous les ordres du général Leclerc. Bas les masques, ne touchez pas, "cher grand ami d'Haïti" à nos mythes, puisque par votre baguette magique ces hauts faits d'histoire deviennent des mythes, alors quoiqu'il en soit, n'y touchez surtout pas! En les honorant encore aujourd'hui à la face du monde, c'est notre façon à nous de lutter pour proclamer notre dignité de peuple bafoué et vilipendé. C'est ce à quoi Wiener Kerns Fleurimond nous convie et nous exhorte dans son très intéressant ouvrage.

Dr Antoine Fritz Pierre de la Société Haïtienne d'Histoire et Géographie

Repères chronologiques d'Haïti de 1492 à 2004

REPÈRES CHRONOLOGIQUES

D'HAÏTI DE 1492 À 2004

1492 : Christophe Colomb débarque en Haïti et baptise l'île du nom d'Hispaniola. 1503 : Les premiers esclaves noirs arrivent en Haïti. 1625 : Les premiers Français s'installent en Haïti. 1685 : Promulgation du Code Noir régissant officiellement la vie des esclaves. 1697 : Traité de Ryswick, les Espagnols cèdent à la France le tiers occidental de l'île d'Haïti. 1751-1758 : Première révolte des nègres marrons sous le commandement de Makandal. 1776 : Indépendance des Etats-Unis, bataille de Savannah à laquelle participent des esclaves affranchis dont Henri Christophe. 1789 : La Révolution française. 1791 (l4 août) : Le Serment des ancêtres ou Cérémonie du BoisCaïman sous les ordres de l'esclave Boukman. 1791 (22 août) : Soulèvement général des esclaves. 1793 (29 août) : Sonthonax sous la pression des esclaves proclame l'abolition de l'esclavage. 1801 (8 juillet) : Toussaint Louverture promulgue la première Constitution nègre de l'histoire et se fait proclamer Gouverneur général à vie de Saint-Domingue. 1802 (ler février) : Débarquement du corps expéditionnaire du

18

Repères chronologiques d'Haïti de 1492 à 2004

général Leclerc envoyé par Napoléon Bonaparte pour rétablir l'esclavage. 1802 (7 juin) : Arrestation de Toussaint Louverture. 1802 (août) : Début proprement dit de la guerre de l'indépendance haïtienne sous la conduite de Jean-Jacques Dessalines. 1803 (7 avril) : Mort de Toussaint Louverture au Fort de Joux dans le Jura en France. 1803 (18 mai) : Congrès de l' Archaie pour la création du Drapeau haïtien. 1803 (18 novembre) : La bataille de Vertières, victoire de l'armée indigène et capitulation de l'armée française commandée par Donatien Rochambeau. 1803 (19 novembre) : Fin de la colonie française de SaintDomingue (1697-1803). 1804 (1er janvier) : Proclamation de l'indépendance d'Haïti aux Gonaïves, Jean-Jacques Dessalines est proclamé Gouverneur général à vie de l'Etat souverain d'Haïti. 1804 (22 septembre) : Jean-Jacques Dessalines se fait proclamer Empereur d'Haïti et prend le nom de Jacques 1er. 1805 : Première Constitution haïtienne, Miranda visite Haïti et rencontre Dessalines. 1806 (17 octobre) : Assassinat de l'Empereur. 1807 : Haïti se divise en deux Républiques, (17 février) Henri Christophe se fait proclamer Président de la République du Nord, (9 mars) Alexandre Pétion Président de la République de l'Ouest et du Sud. 1811 : Réélection d'Alexandre Pétion. 1811 (26 mars) : Henri Christophe se fait proclamer roi d'Haïti sous le nom d'Henry 1er. 1815 : Visite de Simon Bolivar en Haïti, il est reçu par Pétion qui

Repères chronologiques d'Haïti de 1492 à 2004

19

lui apporte l'aide d'Haïti en hommes, armes et autres moyens pour la libération de l'Amérique du Sud. 1818 (29 mars) : Mort de Pétion atteint de la fièvre typhoïde. 1820 (8 octobre) : Suicide du roi Henri Christophe. 1820 (26 octobre) : Réunification de la République d'Haïti et de la partie de l'Est de l'île sous la présidence de Jean-Pierre Boyer. 1822 (9 février) : Le président Boyer réalise l'unité de l'île d'Haïti (Haïti et Saint-Domingue) jusqu'en 1843 (21 ans). 1825 (17 avril) : Charles X, roi de France, reconnaît l'indépendance d'Haïti contre une indemnité de 150 millions de francs or. 1843 : Le Président Jean-Pierre Boyer part pour l'exil en France, début de la révolution paysanne du Sud d'Haïti communément appelée la "révolution des Piquets" dirigée par le général JeanJacques Acaau. 1860 : Haïti signe un Concordat avec l'Etat du Vatican. 1862 : Les Etats-Unis d'Amérique reconnaissent l'indépendance d'Haïti. 1864 : Suite à la signature du Concordat avec le Vatican, les premiers Frères de l'Instruction Chrétienne et les Sœurs de SaintJoseph de Cluny arrivèrent en Haïti. 1904 (1er janvier) : Célébration, aux Gonaïves dans le faste, du centenaire de l'indépendance d'Haïti par le Président Nord Alexis. 1912 (8 août) : Explosion du Palais National avec le Président Cincinnatus Leconte qui perd la vie. 1915 (28 juillet) : Début de l'occupation américaine. 1915-1920 : Résistance paysanne dite "des Cacos" sous les ordres de Charlemagne Péralte et de Bénoît Batraville contre la présence américaine. 1934 (21 août) : Fin de l'occupation américaine. 1937 (16 octobre) : Massacre de plusieurs milliers d'Haïtiens

20

Repères chronologiques d'Haïti de 1492 à 2004

vivant en République Dominicaine ordonné par le Président Léonidas Trujillo. 1941 : Campagne antisuperstitieuse contre le Vaudou menée par l'Eglise catholique sous la présidence d'Elie Lescot. 1946 Ganvier) : Révolution socio-politique visant à un changement de société en Haïti. 1957 (22 octobre) : Début de la dictature des Duvalier (François .. .). 1986 (7 février) : Fin de la dictature des Duvalier (... JeanClaude). 1987 (29 mars) : Adoption de la dernière Constitution haïtienne. 1990 (13 mars) : Ertha Pascale Trouillot première femme Présidente d'Haïti. 2000 (21 mai) : Suite à des élections controversées, début de l'une des plus graves et longues crises politiques haïtiennes. 2004 (1er janvier) : Commémoration sous haute tension politique du bicentenaire de l'abolition de l'esclavage et de la proclamation de l'indépendance d'Haïti par le Président Jean-Bertrand Aristide. 2004 (29 février) : Sous la pression d'un petit groupe armé, une coalition militaire franco-américaine s'introduit dans le pays, dépose le Président Aristide et le déporte en exil en République Centre-Africaine.

Introduction