Histoire de l'Acadie [2e édition]

De
Lauréat du Prix France-Acadie
Cette nouvelle édition de l'Histoire de l'Acadie confirme son statut de synthèse incontournable sur le sujet. Nicolas Landry et Nicole Lang jettent un nouveau regard sur l'histoire de l'Acadie des Maritimes, de la première tentative de colonisation à aujourd'hui. Ils revisitent les défis posés à ses habitants durant plus de quatre siècles d'histoire en intégrant les études à la fois nouvelles et traditionnelles. L'importance des expériences particulières, que ce soit celles des femmes, des Amérindiens, des gens ordinaires ou celle des élites, est enfin mise de l'avant.
Nicolas Landry oeuvre au campus de Shippagan de l'Université de Moncton depuis 1991, où il enseigne l'histoire. Il détient un doctorat en histoire de l'Université Laval. Il a publié plusieurs livres et articles portant principalement sur l'histoire des francophones du Canada atlantique depuis le xviie siècle. Il a fait paraître plusieurs ouvrages aux éditions du Septentrion.
Détentrice d'un doctorat de l'Université de Montréal, Nicole Lang est professeure d'histoire acadienne et canadienne au campus d'Edmundston de l'Université de Moncton depuis plus de vingt ans. Ses plus récents travaux portent sur l'histoire du travail en Acadie. Elle s'intéresse également aux lieux de mémoire qui rendent hommage aux Acadiens et aux Acadiennes du Canada atlantique.
Publié le : mardi 2 septembre 2014
Lecture(s) : 13
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896648689
Nombre de pages : 474
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Nicolas Landry Nicole Lang
Histoire de l’Acadie e 2 édition
septentrion
Histoire de l’Acadie
Nicolas Landry Nicole Lang
Histoire de l’Acadie

Pour effectuer une recherche libre par mot-clé à l’intérieur de cet ouvrage, rendez-vous sur notre site Internet au www.septentrion.qc.ca
Les éditions du Septentrion remercient le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour le soutien accordé à leur programme d’édition, ainsi que le gouvernement du Québec pour son Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres. Nous reconnaissons également l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Illustrations de la couverture : Groupe de travailleurs du nord-ouest du Nouveau-Brunswick vers . Source : CÉDEM, PC-. Le boulevard Broadway à Grand-Sault, e dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, à la fin du  siècle. Source : Archives publiques du Nouveau-Brunswick, reproduites par le CÉDEM, PB-. Illustrations de la quatrième de couverture : Le havre de Cap-Lumière, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, CÉAAC, PB -. Employée de la compagnie Les Tisserands du Madawaska-Madawaska Weavers. Cette entreprise était gérée par les sœurs Fernande et Rolande Gervais. Collection du Studio Laporte, Société historique du Madawaska. Chargée de projet : Sophie Imbeault Révision : Marie-Élaine Gadbois, Oculus Révision Mise en pages et maquette de couverture : Folio infographie
Si vous désirez être tenu au courant des publications des ÉDITIONS DU SEPTENTRION vous pouvez nous écrire par courrier, par courriel à sept@septentrion.qc.ca, par télécopieur au  - ou consulter notre catalogue sur Internet : www.septentrion.qc.ca
© Les éditions du Septentrion , av. Maguire Québec (Québec) GT Z Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec,  ISBN papier : ---- ISBN PDF : ---- ISBN EPUB : ----
Diffusion au Canada : Diffusion Dimedia , boul. Lebeau Saint-Laurent (Québec) HN S
Ventes en Europe : Distribution du Nouveau Monde , rue Gay-Lussac  Paris
Introduction
Selon les connaissances actuelles, le termeAcadie est employé pour la première fois en  par l’explorateur Verrazano lors d’une expédition en Amérique du Nord. Arrivé dans la région actuelle de Washington en avril, il trouve la végétation abondante et surnomme l’endroit Arcadie en souvenir d’une belle région mythique de la Grèce 1 e antique . Plus tard, au  siècle, le terme sera orthographié sans la lettreret désignera l’actuelle Nouvelle-Écosse continentale, l’île 2 du Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick . La première colonisation officielle de l’Acadie date de  et c’est vers la fin des années  que la colonie devient autonome tant économiquement qu’au point de vue démographique. Durant tout e le  siècle, les frontières entre l’Acadie et la Nouvelle-Angleterre demeurent floues. La France et l’Angleterre, les deux pays colo-nisateurs qui se disputent le territoire, ne s’entendent jamais sur
. William F. E. M, « Verrazzano, Giovanni da »,Dictionnaire biographique du Canada, vol. I (-), [En ligne], http://www.biographi.ca/-.-f. php?id_nbr=. Robert Rumilly souligne que cette interprétation ne fait pas l’unanimité parmi les chercheurs. Certains prétendent qu’il n’est pas sûr que le choix de ce nom par Verrazano ait entraîné l’usage postérieur.Cadiedésignerait plutôt une terre fertile en dialecte micmac. Voir Robert R,L’Acadie fran-çaise, -, Montréal, Fides, , p. . . S. Alphonse Deveau et Sally Ross maintiennent que leraurait été supprimé à mesure que les rapports avec les Micmacs se multiplièrent. Le territoire s’appela doncla Cadiepuis ensuiteAcadie. Voir J. Alphonse D et Sally R,Les Acadiens de la Nouvelle-Écosse : hier et aujourd’hui, Moncton, Éditions d’Acadie, , p. . Voir également David H F,Le rêve de Champlain, Montréal, Boréal, , p. .
8kde l’ac adiehis toire
une délimitation claire. Les frontières se précisent en  avec la signature du traité d’Utrecht alors que l’Acadie – la Nouvelle-Écosse péninsulaire – est cédée à l’Angleterre. Les frontières ne bougeront pas durant les décennies suivantes. Ce sont plutôt des Acadiens et des Acadiennes qui décideront de quitter la Nouvelle-Écosse pour s’installer en territoire français : à l’île Royale ou encore à l’île Saint-Jean. D’autres iront fonder des établissements dans le sud du Nouveau-Brunswick actuel. À la veille de la déportation de , plusieurs milliers d’Acadiens et d’Acadiennes vivent toujours en Nouvelle-Écosse, tandis que d’autres se sont déjà réfugiés en territoire français. La déportation, l’une des conséquences de la guerre que se livraient alors l’Angleterre et la France, affecte toutes ces populations. L’Acadie est vidée de sa population française. Des milliers d’Acadiens et d’Acadiennes sont déportés et dispersés en Nouvelle-Angleterre, en Angleterre et en France, alors que certains réussissent à s’enfuir et à gagner le Canada. Avec la signature du traité de Paris en , les autorités anglaises permettent officiellement aux déportés de regagner la Nouvelle-Écosse. Par contre, ces derniers ne peuvent pas s’installer sur leurs anciennes terres qui sont déjà occupées par des colons anglais. Les Acadiens et les Acadiennes fondent donc de nouveaux établissements et plusieurs optent pour le littoral des colonies anglaises ; c’est la période de la reconstruction d’une nouvelle Acadie qui s’étendra dans les différentes régions de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’île du Prince-Édouard. Plusieurs vagues de peuplement marqueront l’expérience aca-dienne de  à  dans ce qui est devenu l’Acadie des Maritimes. Au Nouveau-Brunswick, des villages acadiens sont fondés dans le sud-est, le nord-est et le nord-ouest. En Nouvelle-Écosse, les Acadiens et les Acadiennes s’installent principalement dans les régions de la baie Sainte-Marie, de Pubnico, de Chezzetcook, de Pomquet, de l’île Madame et de Chéticamp, tandis qu’à l’île du Prince-Édouard, on les retrouve entre autres dans les régions d’Abram-Village, de Mont-Carmel, de Baie-Egmont, de Wellington, de Rustico et de Tignish. La notion de territoire est donc très importante dans le vécu du peuple acadien. Cette synthèse retrace l’évolution de l’occupation du
introduc tionk9
territoire pour que le lecteur et la lectrice soient en mesure de saisir les grands mouvements qui ont marqué l’histoire de l’Acadie durant quatre siècles. Elle tente de répondre aux besoins et aux préoccupa-tions des étudiantes et des étudiants du premier cycle universitaire et du public en général. Elle se penche donc sur l’histoire de l’Acadie des Maritimes, c’est-à-dire de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard, de  à aujourd’hui. Elle présente les grands phénomènes socioéconomiques de l’Acadie des Maritimes sans pour autant négliger les volets politique et institu-tionnel. Elle vise d’abord et avant tout à faire connaître le vécu de tout le peuple acadien, pas seulement celui de son élite. Un accent spécial est mis sur la contribution et l’expérience des femmes et des Amérindiens, deux groupes trop souvent ignorés ou encore négligés dans les textes d’histoire acadienne. L’ouvrage est divisé en sept chapitres qui correspondent à sept grandes périodes de l’histoire acadienne. Chaque chapitre présente un texte complet et analyse l’expérience acadienne sous trois grandes thématiques : le politique, le social et l’économie. Des cartes, des illustrations et de courts textes sont inclus tout au long du livre et développent certains éléments ou phénomènes jugés importants. À la fin du livre, le lecteur et la lectrice peuvent consulter une bibliogra-phie des principales synthèses d’histoire de l’Acadie et une bibliogra-phie sélective, ce qui leur permettra d’approfondir certains thèmes. Les deux premiers chapitres du livre couvrent la période coloniale de  à . Il y est question de l’Acadie française (-) et de l’Acadie anglaise (-). Le chapitre suivant traite de la fin e e du  siècle et de la première demie du  siècle. Il s’attarde au retour des Acadiens et des Acadiennes déportés dans les Maritimes et au phénomène de la reconstruction territoriale et sociale. Les chapitres quatre et cinq se penchent sur la deuxième moitié du e e  siècle et le début du  siècle. Ils analysent les grandes trans-formations économiques et politiques, et leurs effets en Acadie. Le chapitre six couvre la période de  à . Il présente les deux grandes guerres mondiales, la crise économique, le mouvement coopératif et bien d’autres grands bouleversements vécus par la population acadienne durant ces années. Finalement, le dernier
10kde l’ac his toire adie
chapitre examine les nouveaux enjeux et les débats de la période contemporaine en Acadie, de  à . À l’image des nouvelles synthèses canadiennes, celle-ci tente d’intégrer à la fois les études traditionnelles et les nouvelles contri-butions de chercheurs et de chercheuses s’intéressant à la thématique acadienne. Les auteurs souhaitent que cette synthèse permette au lecteur et à la lectrice de mieux comprendre l’expérience acadienne et de bien situer le cheminement de ce peuple dans le contexte de la francophonie canadienne.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.