Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant
JOHN K. FAIRBANK ET MERLE GOLDMAN
HistoiredelaChine Desoriginesànosjours
T E X T O Collection dirigée par Jean-Claude Zylberstein
originesànosjours
oiredelaChine
HISTOIRE DE LA CHINE
DU MÊME AUTEUR
La Grande Révolution chinoise, « Champs Histoire », 1997.
18001989,
Flammarion,
coll.
JOHN KING FAIRBANK
MERLE GOLDMAN
HISTOIRE DE LA CHINE Des origines à nos jours
Traduit de langlais (ÉtatsUnis) par Simon Duran
Ouvrage traduit avec le concours du Centre national du livre
TALLANDIER
Titre Original :China, A New History. © 1992, 1996, 2006 by the President and Fellows of Harvard College.
© Éditions Tallandier pour la traduction et lédition en langue française, 2010. Cartographie © Flavie Memet / Éditions Tallandier, 2010.
2, rue Rotrou75006 Paris www.tallandier.com
SOMMAIRE
Table des cartes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Préface de la nouvelle édition, par Merle Goldman . . . . . Préface de lédition originale, par John K. Fairbank . . . . .
15 19 23
INTRODUCTION. POUR MIEUX COMPRENDRE LHISTOIRE DE LACHINE27. . . . . . . . . . . . . . . . . Diversité des perspectives historiques . . . . . . . . . . . 27 Géographie. Le contraste entre le Nord et le Sud . . . . . 30 Lhomme dans la nature . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Le village : famille et lignage . . . . . . . . . . . . . . . . 45 LAsie centrale et la Chine . . . . . . 52: la steppe et le sillon
Première partie ESSOR ET DÉCLIN DE LAUTOCRATIE IMPÉRIALE
CHAPITRE PREMIER. LES ORIGINES ET LES DÉCOUVERTES DE LARCHÉOLOGIE59. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La Chine au Paléolithique . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Le Néolithique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 L. . . . . . . . . 64archéologie des dynasties Shang et Xia Lessor du pouvoir central . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Les Zhou occidentaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Les nouvelles découvertes archéologiques et leurs conséquences . . . . . . . . . . . . . . . . 74
CHAPITREII. LA PREMIÈRE UNIFICATION: LE CONFUCIANISME IMPÉRIAL. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 L. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83utilité des dynasties Princes et philosophes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Le code confucéen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Le taoïsme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 L. . . . . . . . . . . . . . . . . . 94unification par le Qin Consolidation et expansion sous les Han . . . . . . . . . 98 Le confucianisme impérial . . . . . . . . . . . . . . . . 104 La cosmologie corrélative . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Empereurs et lettrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
CHAPITREIII. RÉUNIFICATION À LÉPOQUE BOUDDHISTE. . . 117 Désunion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 L. . . . . . . . . . . . . . enseignement bouddhique . 119 La réunification sous les dynasties Sui et Tang . . . . . . 122 Le bouddhisme et lÉtat . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Le déclin de la dynastie Tang . . . . . . . . . . . . . . 129 Des Tang aux Song, transition et évolution sociale . . . . 132
CHAPITREIV. LÂGE DOR DE LACHINE: LESSONG DUNORD ET DUSUD. . . . . . . . . . . . . . 139 Efflorescence de la croissance matérielle . . . . . . . . . 139 Éducation et système des examens . . . . . . . . . . . . 147 L. . . . . . . . . . . avènement du néoconfucianisme 150 La formation de lagentry society. . . . . . . . . . . . . 158
CHAPITREV. LES PARADOXES DE LACHINE DESSONG ET LASIE CENTRALE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 La symbiose duWenet duWu. . . . . . . . . . . . . 169 Lémergence d. . . . . . un pouvoir étranger en Chine 174 La Chine dans l. . . . . . . . . . . . . 184empire mongol Interpréter l193époque Song . . . . . . . . . . . . . . . .
CHAPITREVI. LE GOUVERNEMENT SOUS LA DYNASTIEMING. 197 Lhéritage de lempereur Hongwu . . . . . . . . . . . . 197 Problèmes fiscaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202 La Chine se tourne vers l. . . . . . . . . . . intérieur . 208 La politique des factions . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
CHAPITREVII. LA RÉUSSITE DESQING. . . . . . . . . . . . 217 La conquête mandchoue . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 L. . . . . . . . . . . . . . . adaptation institutionnelle 221 Linterlude jésuite 228. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lexpansion du pouvoir des Qing en Asie centrale . . . . 230 Tentatives pour une intégration politicoculturelle . . . . 232
Deuxième partie LA CHINE IMPÉRIALE TARDIVE 16001911
CHAPITREVIII. LE PARADOXE DE LA CROISSANCE SANS DÉVELOPPEMENT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L. . . . . . . . . . . . . . . . .essor démographique La baisse des rendements agricoles . . . . . . . . . . . L. . . . . . . . . . . . . .assujettissement des femmes Le marché intérieur et lorganisation du commerce . . . La symbiose entre les marchands et les fonctionnaires . . Les limitations de la loi . . . . . . . . . . . . . . . . .
249 249 253 257 262 267 271
CHAPITREIX. LAGITATION AUX FRONTIÈRES ET LOUVERTURE DE LACHINE. . . . . . . . . . . . . . 277 La faiblesse de lautorité de lÉtat . . . . . . . . . . . . 277 La révolte du Lotus blanc (17961804) . . . . . . . . . 280 La Chine maritime : à lorigine des Chinois de loutremer 282 Les compagnies commerciales européennes et le commerce à Guangzhou . . . . . . . . . . . 288 Révolte à la frontière du Turkestan (18261835) . . . . . 291
Lopium et la lutte pour un nouvel ordre à Guangzhou (18341842) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un siècle placé sous l. . . . . . . .influence des traités
293 297
CHAPITREX. RÉVOLTE ET RESTAURATION. . . . . . . . . . 305 La grande révolte Taiping (18511864) . . . . . . . . . 305 La guerre civile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309 La restauration Qing des années 1860 . . . . . . . . . . 314 La destruction des autres foyers de révolte . . . . . . . . 318
CHAPITREXI. LE DÉBUT DE LA MODERNISATION ET LE DÉCLIN DU POUVOIR DESQING. . . . . . . . . . « Autoaffermissement » et défaillance . . . . . . . . . . Le conflit entre le christianisme et le confucianisme . . . Le mouvement réformateur . . . . . . . . . . . . . . . La révolte des Boxers (18981901) . . . . . . . . . . . . La dégradation morale . . . . . . . . . . . . . . . . . .
321 321 327 331 339 342
CHAPITREXII. LA RÉVOLUTION RÉPUBLICAINE347(19011916) . Le nouvel équilibre du pouvoir . . . . . . . . . . . . . 347 La liquidation de la rébellion par la militarisation . . . . 348 Lactivisme de lélite dans la sphère publique . . . . . . 352 L354influence japonaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les réformes Qing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 356 Constitutionalisme et décentralisation . . . . . . . . . . 359 Des problèmes structurels insolubles . . . . . . . . . . 364 La révolution de 1911 et la dictature de Yuan Shikai . . 367
Troisième partie LA RÉPUBLIQUE CHINOISE 19121949
CHAPITREXIII. ÀLA RECHERCHE DUNE SOCIÉTÉ CIVILE CHINOISE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 375 Les limites du libéralisme chinois . . . . . . . . . . . . 375 Les limites du réformisme chrétien . . . . . . . . . . . 379