//img.uscri.be/pth/d4f729f9ea2c3478a28d8093893ad542465dcaa3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 29,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Histoire de la presse sénégalaise Tome 1 Volume 2

De
382 pages
Les journaux sont apparus relativement tôt au Sénégal, avant même les débuts de la conquête coloniale et par conséquent la stabilisation des frontières extérieures du pays. Mais ces journaux étaient loin de constituer une presse sénégalaise, qui naît à partir de 1913 avec l'arrivée et la coexistence durable et continue de plusieurs titres, un lectorat moins cloisonné, une diversité des contenus, un début de professionnalisation. Depuis, ce petit monde n'a cessé de s'élargir, servi par les circonstances d'une époque bouleversée.
Voir plus Voir moins
38
12396-7
9 7 8 2 3 4 3 1 2 3 9 6 7
DiéganeSÈNE
HISTOIRE DE LA PRESSE SÉNÉGALAISE Tome 1 Des origines à la Seconde Guerre mondiale (18561945) Volume 2
Préface du professeur Iba DerTHIAM
DEUXIÈMEPARTIE DESJOURNAUXENMOUVEMENT(S) (1927-1939)
205
Après sa réélection de 1919, le député du Sénégal qui, alors a atteint le sommet de sa popularité en Afrique, est un homme important en métropole où
a dès lors p Pourtant dès le milieu des années 1920, le député entame, en même temps que la dernière moitié de ce qui devait lui rester de mandat parlementaire et de carrière politique, une impopularité grandissante surtout dans les milieux intellectuels et de la presse. Cette impopularité se traduit par des défections parfois retentissantes. Celle de D consentement mutuel et de la rupture unilatérale décidée par Diagne et ses
nouveau journal, venu prendre le relaisL Français,cessé de porter : logiquement La France Coloniale,à Dakar en fin février 1927 comme lancée hebdomadaire voué à la cause de Diagne et du diagnisme. Première manifestation de profondes mutations dans le domaine de la presse pendant
Le Petit Sénégalais.Mais ils ont désormais une connotation essentiellement
opposants, qui sont eux-mêmes divisés en deux sous-camps portés respectivement parL Français etLque les avant circonstances les rassemblent, un peu plus tard, sans jamais les unir vraiment. La période est également celle de la naissance du pluralisme dans la thématique de la presse avec la création de journaux embrassant pratiquement le point de départ précédent de titres qui e treize ans, atteignent et dépassent l : 45 dont la presque totalité 43 sont des créations de cette période, à côté des 36 publiés entre 1856 et 1926. Dans cet ensemble, les publications confessionnelles restent à leur niveau quantitatif de 1925,vie Paroissiale de Dakar La  disparue en 1937 étant « remplacée » presque immédiatement cette même année par un titre de glise protestante,Bulletin Protestant du Sénégal et des Colonies limitrophes.Journal de la mission protestante au Sénégal il est alors mensuel officiellement mais comm régulière. C Eglise catholique,Bulletin Protestant à aucun aspect Un autre journal qui se dit confessionnel,Islam-AOF,voit le jour au courant de 1938. Première « publication musulmane » connue, il est rédigé en français
207
avère beaucoup moins régulière que la précédente. Ses éditions disponibles aux archives et renvoient à des animateurs au moins apparemment plus imprégnés de culture métropolitaine slam, comme nous le verrons le moment venu.
208
CHAPITREPREMIER LAPRESSEPOLITIQUE
Les années 1927-1939 sont dominées par les grands titres qui donnent à  :
et les plus présentes dans le quotidien des Sénégalais.
générale et des sociétés éditrices. Cet principales de ces années part perçue comme un progrès notable. Elle est invisible puisqu elle que le statut de la publication qui dans la p s lecteurs ou même le souci de transparence des journalistes et des responsables de journaux. Ils sont rares à se préoccuper, dans le monde des journaux sénégalais, de la nature juridique
conformant au minimum indispensable : la déclaration de création et le dépôt légal, seules obligations légales en réalité qui les préoccupent. Mais est pas négligeable:pour la première fois, un pas est posé en direction de externe des journaux. Le dernier aspect est lié des plus remarquables pour qui : les mutations de la presse elle-même par des innovations majeures, avec n de nouveaux types de journaux. Associatives, corporatistes, syndicales ou économiques, ces publications font leur apparition timide certes, mais suffisamment nette pour être remarquable introduisant durablement ialisée dans le paysage sénégalais. La curiosité est qu s arrivé à briser sa bipolarité, reflet de la division tenace du Sénégal en camps opposés politiquement. La force du débat ou plus sûrement du clivage , le goût immodéré des Sénégalais pour camp » tant
quantité, une presse de partisans. Il reste à voir si elle est la plus crédible. Par son tirage, ses lecteurs supposés, son aire de diffusion, son organisation et ses  presse semble en tout cas tenir le bon bout de la concurrence.
209